SFR RED 30 Go = 10

Les opérateurs ralentissent-ils trop les mises à jour d’Android ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google android 5 key lime pie

Lors d’une conversation improvisée sur Google Plus entre un usager et le vice-président de Motorola chargé du développement des produits, le constructeur a relancé le débat sur l’implication des opérateurs dans le processus de mise à jour des smartphones sous Android.

Généralement, si vous souhaitez être parmi les premiers à bénéficier d’une mise à jour poussée par les constructeurs, vous devriez l’acheter en open-market et non en pack opérateur. Car les Orange, Bouygues Telecom et SFR (pour la France) s’incluent généralement de force dans la boucle pour modifier et valider les ROM distribuées par les constructeurs. Cela provoque un délai de quelques jours à quelques semaines. Ce qui est toujours désagréable.

Moto X
Le Moto X de Motorola profitera d'Android L... mais quand ?

Déjà, les fondeurs et les constructeurs prennent du temps pour adapter Android « stock » à leurs besoins, vous imaginez facilement que l'implication des opérateurs ne rend pas le processus plus fluide. A la veille de l’arrivée officielle d’Android L, prévue cet automne, certains consommateurs commencent à peine à voir KitKat parvenir dans leurs mains. Et tout un chacun cherche à responsabiliser les autres maillons de la chaîne.

Une mise à jour qui pourrait être retardée par les opérateurs ?

Un échange de message sur Google Plus entre plusieurs usagers de Motorola et le vice-président du constructeur américain en charge du développement des produits, Punit Soni, a relancé le débat sur l’implication des opérateurs. L’un d’eux a simplement demandé si Android L arriverait sur Moto X, ce qui a été confirmé par le dirigeant.

Un autre a alors fait remarquer que les clients d’AT&T verront Android L quand la version suivante de l’OS sera sur le point de sortir. Et le vice-président d’appuyer les propos en expliquant qu’il essaie vraiment d’accélérer le processus de mise à jour, sous-entendant qu’il fait déjà des efforts. Cela veut-il dire qu’il accélère le développement interne pour raccourcir le délai à son propre niveau, ou qu’il discute avec les opérateurs pour qu’ils interviennent le plus vite possible (ou le moins possible...) ? Car l’implication n’est pas la même...

Responsabiliser les opérateurs dans les retards

Dans cette petite phrase anodine, nous y voyons une tentative de se dédouaner de la part de Motorola et rejeter la faute des retards sur les opérateurs. Le constructeur est souvent l’un des plus prompts à appliquer les mises à jour sur ses produits (la version d’Android qu’il utilise étant proche de l’originale). Il est donc rarement pris en faute, contrairement à d’autres. Ici, Motorola agit presque comme un porte-parole. Mais auprès de qui ? Des usagers ? Un peu, pour l'image de marque. De Google ? Largement plus. Car il serait fâcheux que les Motorola, HTC, Sony, LG, Samsung et consorts perdent la certification Google...

Google passe de la carotte au bâton

Car après la carotte, Google passe à la politique du bâton pour rendre les mises à jour plus rapides, plus systématiques et plus fréquentes. Les conditions d’utilisation du Google App Suite et de Google Play Services se sont durcies en début d’année : pour en profiter, les fabricants doivent appliquer les mises à jour d'Android mises à disposition par Google durant les 18 mois qui suivent la sortie d'un smartphone.

Cela veut dire qu’un G3 apparu en juin devra logiquement suivre les mises à jour jusqu’en décembre 2015, période incluant donc Android L et Android N, avant d’être « autorisé » à ne plus suivre les mises à jour majeures. Pour qu’un mobile soit certifié Google, toute la chaîne de valeur doit mettre les mains dans le cambouis : fondeurs, constructeurs ET opérateurs. Même si ces derniers ne sont pas vraiment impactés par une perte de certification. Et c'est certainement là le problème : si les fabricants perdent en image de marque quand un mobile est mis à jour tardivement (ou jamais), les opérateurs non.

Android L confirmé pour le Moto X

Par le biais de cette conversation, Motorola a annoncé officiellement l’arrivée d’Android L sur le Moto X, son flagship de 2013 (l’annonce de fin juin étant finalement une imposture). Une simple formalité dans la mesure où le smartphone est sorti il y a tout juste un an et qu’Android L devrait apparaître avant la fin de l’année. Selon les nouvelles conditions d’utilisation de Google Play Services et Google App Suite, le Moto X devra suivre cette nouvelle mise à jour. C’est également le cas du Moto G, du Moto E et même du Moto G 4G. Ce dernier pourrait même être éligible à la version suivante d’Android.

Comparer les prix du Motorola Moto X

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer