SFR RED 30 Go = 10

Bilan du Salon de l’Auto : en route vers la voiture hyper connectée

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
mondial automobile 2014

Le Mondial de l’Automobile a fermé ses portes dimanche soir. Traditionnellement, quelques nouveautés logicielles et fonctionnelles touchent la téléphonie mobile. Voici un résumé de ce qu’il faut retenir de cette édition 2014.

Depuis quelques années, les salons dédiés à l’automobile de Detroit, Genève, Francfort, Turin, Tokyo ou Paris ont tous la même idée en tête. Nous vendre la voiture verte et connectée. De nouveaux partenariats entre les constructeurs et les opérateurs sont signés. Des innovations sont montrées. Mais le grand public a encore quelques difficultés à mesurer ces avancées tant elles sont confidentielles (à l’image de la FlyBox d’Orange), voire expérimentales.

Mais, avec l’arrivée d’Android Auto et CarPlay, présentés respectivement en juin dernier par Google et Apple, la donne change. La majorité des grands constructeurs ont choisi leur camp (jouant même parfois sur les deux tableaux). Et la connectivité, celle apportée dans un premier temps par le smartphone puis par une puce 4G embarquée, devrait être offerte au grand public dans le courant de l’année prochaine. Ce qui suscite quelques partenariats amusants.

Tesla
Tesla S avec puce Orange

Une voiture électrique qui sait jouer les modems

À commencer par celui entre Orange et le constructeur américain Tesla. Le premier équipera de cartes SIM les berlines électriques commercialisées en France du second. Un partenariat comparable à celui signé entre Orange et Renault, Smart et PSA, même si l’opérateur avoue qu’il n’y gagnera pas beaucoup d’argent. L’idée est d’offrir un bouquet de services connectés aux acheteurs d’une Tesla Model S, sans avoir besoin de partager la connexion du smartphone. Évidemment, cela implique un plan data pour le conducteur : 7 Go de données seront téléchargeables par mois, ce qui est plutôt très bien. D’autant que le coût est pris en charge par Tesla (et Orange...). L’avantage de cette solution est d’offrir un accès Internet permanent pour l’assistance à la navigation offboard, la localisation en temps réel du véhicule, le verrouillage des portes, l’accès à des radios en ligne, etc.

Mirror Link : le standard de la voiture connectée ?

Autre partenariat. Autre constructeur automobile. Et une approche différente de la connectivité, puisqu’ici, l’ordinateur de bord s’appuie sur le smatphone pour se connecter à Internet. Les acteurs en présence sont HTC, Volkswagen et Coyote. Le but : développer une application d’aide à la conduite pour les voitures compatibles Mirror Link. La démonstration faite lors du Salon de l’auto rassemblait une Passat (mais cela fonctionne aussi avec une Polo), un HTC One (M8) et la future version d’iCoyote, l’application mobile du célèbre « avertisseur de radars » dont le service s’étend désormais à toutes les zones de danger.

Mirror Link compatible Android, BlackBerry, Windows Phone, mais pas iOS

Au coeur de ce système se trouve Mirror Link, un standard de communication entre un smartphone, une application et une voiture. Les trois éléments doivent évidemment être certifiés pour que cela fonctionne. Ce standard, qui vise à uniformiser la communication entre les smartphones et les voitures, est soutenu par 13 constructeurs auto, 19 fabricants de systèmes audio embarqués, une soixantaine d’accessoiristes et 9 fabricants de smartphones : BlackBerry, HTC, Huawei, LG Electronics, Microsoft / Nokia, Samsung et Sony. Vous remarquerez l’absence d’Apple, mais aussi celle de Lenovo / Motorola.

Lors du Salon de l’auto, le CCC (Car Connectivity Consortium), qui gère le standard, a annoncé sept applications certifiées : aux côtés d’iCoyote se trouvent Audioteka (écoute de livre audio), BringGo (assistance de navigation), Glympse (partage de localisation), miRoamer (flux musicaux en streaming), Parkopedia (localisation des parkings) et Sygic (GPS onboard). Cependant, une application également croisée sur le salon ne fait pas partie de cette liste. Et pourtant, elle serait compatible Mirror Link (mais peut-être pas certifiée) : Nokia Here.

Nokia Here : solution adaptable et adaptée

Depuis la scission de l’activité Devices & Services avec le reste des actifs de Nokia, Here Maps n’a jamais été aussi dynamique. L’application se relance sur les plates-formes mobiles, ajoutant encore de nouvelles fonctionnalités. Parallèlement, elle explore de nouveaux horizons et s’adapte au marché de l’automobile. Durant le Salon de l’auto, Nokia a présenté Here Auto, une déclinaison à quatre roues de l’assistant de navigation gratuit présent sur smarphone.

Here Maps

Nouvelle interface adaptée à celui du tableau de bord, services connectés pour trouver de nouveaux points d’intérêt, compatibilité avec CarPlay, Google Auto et MirrorLink, Here Auto est même personnalisable par le constructeur grâce à un kit de développement. Compatible avec 80% du parc de véhicules présentés lors du salon, Here Auto se veut être une alternative particulièrement sérieuse à Garmin et TomTom.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer