HUAWEI MATE 10 PRO HUAWEI MATE 10 PRO
HUAWEI MATE 10 PRO

Wi-Fi HaLow : un nouveau WiFi économe en énergie (CES 2016)

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
wifi alliance

Le groupement d’intérêt général Wi-Fi Alliance présente à l’occasion du CES une nouvelle version de la norme WiFi. Appelée Wi-Fi HaLow, elle se destine à l’Internet des objets connectés, mais pourrait faire fureur dans les montres et les bracelets.

Le Bluetooth, dont la prochaine version arrivera cette année, est aujourd’hui la norme la plus courante pour relier deux objets connectés, comme des smartphones, des montres, des bracelets, des manettes de jeu ou même des enceintes. La raison est simple : alors que le Wi-Fi privilégie depuis toujours la vitesse de transmission des informations, allant même jusqu’à multiplier les connexions simultanées (MiMo), le Bluetooth, lui, s’est consacré depuis la version 3.0 à réduire son empreinte énergétique sur l’ensemble du système. Résultat : le Wi-Fi est une connexion relativement énergivore (qui est d’ailleurs coupée quand le mobile est en veille et sur un mode éco), tandis que le Bluetooth parvient à ne pas ponctionner l’autonomie des batteries.

Donc, quand la mouvance des objets connectés est arrivée, c’est tout naturellement au Bluetooth que les industriels ont pensé pour créer un réseau intelligent entre eux, le fameux Internet des Objets (ou Internet of Things en langage de Shakespear). Pourtant, le Wi-Fi a clairement un rôle à jouer dans cette histoire. D’abord parce que le Wi-Fi est plus répandu que le Bluetooth (ce dernier est presque absent des télévisions, box ADSL, PC, stations d’accueil, consoles de jeu vidéo, etc.). Ensuite parce que le Wi-Fi offre encore des débits bien plus élevés que le Bluetooth. Et quand le nombre d’informations transitant d’un objet à un autre va s’intensifier, il faudra y offrir de la bande passante. D’où l’objectif de Wi-Fi HaLow.

Un WiFi moins gourmand

Wi-Fi HaLow est une nouvelle composante de la version IEE 802.11ah de la norme Wi-Fi. Il s’agit d’une version spécialement étudiée pour baisser l’empreinte énergétique du WiFi sur les objets connectés, notamment ceux qui fonctionnent sur batterie, et pour augmenter la portée géographique. La première conséquence est l’utilisation d’une troisième bande de fréquence : 900 MHz (une bande de fréquence utilisée en France par l’UMTS...). Comparée aux 2,4 et 5 GHz, la bande 900 MHz fonctionne sur une longueur d’onde deux fois plus grande. Elle assure également une meilleure connexion malgré les obstacles d’une maison (comme les murs). Bien sûr, ce changement n’affectera pas la norme Wi-Fi en elle-même : l’interopérabilité sera donc assurée.

Le Wi-Fi HaLow est naturellement destiné à équiper les objets connectés domestiques, comme les thermostats connectés, les bornes météo, l’éclairage connecté, les robots ménagers autonomes ou encore les systèmes de volet électrique et de fermeture des portes. Un WiFi de meilleure qualité, assurant une connectivité sur de plus grandes distances et réduisant la consommation électrique (et donc la facture), tout cela est évidemment ciblé. Selon la Wi-Fi Alliance, les usages toucheront aussi la voiture connectée, le mobilier urbain (comme les bornes Wi-Fi gratuites qui pourraient remplacer les cabines téléphoniques devenues inutiles), et les secteurs industriel, commercial ou agricole. Mais nous pensons aussi à autre chose.

Une révolution pour les smartwatches et les smartphones ?

Les accessoires connectés, comme les smartwatches devraient aussi être impactés. Outre le problème d’usage à long terme, l’un des principaux problèmes des montres connectées est le manque d’autonomie. Et cette nouvelle norme devrait aider les fabricants à trouver (partiellement) une solution. Nous pensons également à la téléphonie mobile en elle-même : une norme Wi-Fi moins gourmande en énergie assurerait une meilleure autonomie des téléphones. Le Wi-Fi HaLow est donc une annonce importante. Reste à savoir quand ce nouveau WiFi entrera en circulation, comment les régulateurs locaux (comme l’ARCEP) intègreront cette norme dans le paysage radioélectrique français et à quelle vitesse les industriels commenceront à l’intégrer.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer