SFR RED 30 Go = 10

BlackBerry Priv : il ne sauvera pas la marque canadienne

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
blackberry

Selon un cadre dirigeant de AT&T, le Priv de BlackBerry ne rencontrerait pas le succès commercial attendu par l’opérateur et le constructeur. Les volumes faiblissent et les retours augmentent. La question du maintien de cette activité se pose une fois encore.

Nos confrères de l’édition américaine de CNET ont publié hier un article plutôt triste sur BlackBerry. Dans ce dernier, un cadre dirigeant de l’opérateur AT&T, partenaire commercial privilégié de la firme de Waterloo, s’est exprimé (sous couvert d’anonymat) sur les ventes du Priv, le premier BlackBerry sous Android. Et selon ses commentaires, le smartphone ne rencontre pas le succès attendu par le constructeur et l’opérateur. Pire, le public visé par le smartphone ne répondrait pas présent et abandonnerait le téléphone.

BlackBerry Priv

Peu de ventes, beaucoup de retour

Car ce ne sont pas simplement les ventes qui ne se multiplient pas comme il le faudrait. Ce sont aussi les retours du produit qui sont plus nombreux que prévu. Cela sous-entend qu’une partie significative des consommateurs qui tentent l’aventure BlackBerry sous Android rapporte le téléphone après l’avoir essayé. Selon les chiffres officiels, BlackBerry aurait commercialisé 600 000 téléphones sur le trimestre entre décembre et février, contre 850 000 attendus et 700 000 ventes réalisées trois mois plus tôt. Mais combien l’utilisent encore aujourd’hui ?

Selon le cadre de AT&T, deux problèmes se télescopent. D’abord, le consommateur visé par BlackBerry n’est pas celui qui achète son smartphone. Alors que John Chen espérait convaincre les utilisateurs d’Android qui cherchent un terminal avec un clavier physique, ce sont en fait les fidèles de la marque, ceux qui ont un modèle sous BlackBerry OS 7 ou 10, qui ont majoritairement été convaincus. Mais ces derniers, peu habitués à Android, ont été déçus par l’expérience et ont rapporté leur téléphone. Et les usagers d’Android ? Ils ne cherchent pas tant que cela à disposer d’un clavier complet, aussi bien soit-il.

BlackBerry trop cher ?

Second problème selon AT&T, le prix. BlackBerry se positionne avec le Priv sur le segment haut de gamme où règnent Samsung et Apple. Rares sont les marques capables aujourd’hui de vendre des téléphones au-dessus des 600 dollars. Et BlackBerry ne semble plus en en faire partie, même si les mobiles valent ce montant. D’autant que le Priv a démarré sa commercialisation à un prix supérieur à celui de l’iPhone 6S 16 Go.

Le Priv est-il une erreur ? Certainement pas. Car au-delà des chiffres commerciaux certainement décevants, ce premier smartphone sous Android est avant tout une vitrine technologique qui pave la voie aux modèles suivants. John Chen a déclaré officiellement que deux terminaux sous l’OS de Google arriveront cette année (vous pouvez retrouver les premières fuites à leur sujet ici). Cependant, ils pourraient être les derniers en cas de nouvel échec. L’automne dernier, le patron de la firme a réaffirmé son objectif : soit l’activité smartphone est rentable en 2016, soit elle est supprimée. Espérons que l’issue financière de cette histoire sera positive.

Partagez cet article

Comparer les prix du BlackBerry Priv

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer