Black Friday avec Electro Dpt
Electro-Dpt

La start-up d’Andy Rubin, Essential, est-elle déjà en difficulté ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
essential

Les informations en provenance d’Essential Products ne sont pas totalement positives. Si le premier smartphone est une réalité, il accuse déjà un retard de livraison. En outre, deux managers sont déjà sur le départ. Voilà qui n’est pas de bon augure.

Dans une start-up, il y a des hauts et il y a des bas. Des idées plebsictéent par le public. Des produits qui font le buzz. Des investisseurs qui se rétractent. Des salaires qui ont du mal à arriver. Mais ce qu’il y a de particulièrement excitant dans une start-up, ce sont les débuts. Car tout est encore possible. Tout reste à construire. Et même s’il y a des difficultés, même s’il y a des sacrifices, l’émulsion provoquée par la folie créatrice est telle que tout cela passe au second plan. Ce n’est donc généralement pas au début que les créateurs abandonnent.

Départs consécutifs

Et pourtant, deux managers d’Essential Products, la nouvelle start-up d’Andy Rubin sont sur le départ. L’information émane de nos confrères de Business Insider. Ils expliquent que Brian Wallace, directeur marketing, et Andy Fauché, directeur de la communication, ont tous les deux décidé de partir de la société. Le premier rejoint l’artiste Will.i.am dans une nouvelle start-up sur les objets connectés. Les deux managers avaient été débauchés en fin d’année dernière de Magic Leap, la fameuse participation de Google dans la réalité augmentée.

Essential PH-1

Peut-être s’agissait-il d’une mission pour les deux hommes ? Cependant, il semble évident, dans le fonctionnement habituel des start-ups, que les personnes ayant un rôle dans une société naissante à fort potentiel sont impliquées financièrement par le biais d’une participation. Un profil comme Brian Wallace, ancien employé de Samsung en charge du marketing de la division mobile aux États-Unis, était certainement un atout de taille pour une société qui aura bien besoin de communiquer sur son premier smartphone, le PH-1.

Des retards de livraison

Un premier smartphone qui peine justement à arriver chez les consommateurs. Alors que les premières livraisons étaient promises pour le mois de juin, elles ne seraient toujours pas arrivées à destination. Un premier produit est toujours difficile à lancer. Et un directeur marketing et un directeur de la communication sont importants pour apaiser les « early adopters » qui auront fait confiance.

Ces signes ne sont donc pas bons. Mais cela ne veut pas dire que le projet d’Andy Rubin est en danger. D’abord, parce que les finances de la start-up sont bonnes, après un tour de table confortable. Ensuite, parce que ces départs peuvent ne rien à voir avec la stratégie de l’entreprise, mais avec d’autres raisons : contractuelles, humaines ou encore de nouvelles opportunités. Espérons que des signes meilleurs arriveront rapidement.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer