SFR RED 30 Go = 10

Un coprocesseur neural dans le futur Exynos de Samsung ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
samsung

Huawei et Apple ont tous deux présenté des chipsets intégrant des technologies dédiées aux fonctions d’intelligence artificielle. Selon la presse coréenne, Samsung pourrait les rejoindre rapidement. Mais cela ne serait effectif que dans deux ou trois ans.

Depuis un an et demi, le monde de l’électronique grand public, et plus particulièrement celui de la téléphonie mobile, se focalise sur l’intelligence artificielle. Bien sûr, d’autres applications ont émergé dans nos smartphones, comme les doubles capteurs photo, les écrans sans bordures ou la réalité virtuelle et augmentée. Mais ce qui semble être important pour le futur, à moyen terme, de nos terminaux, c’est l’intelligence artificielle. Google, Facebook, Apple, Microsoft et Samsung ont largement contribué à faire de l’intelligence artificielle une application grand public avec des outils comme Cortana, Siri, Bixby ou Assistant.

Exynos
Les successeurs de l'Exynos 9 seront capables de gérer seul un assistant virtuel

Intelligence artificelle : la prochaine étape

Il y a cependant une limite technologique : les processeurs pour smartphones qui existaient jusqu’à encore très récemment ne sont pas capables de prendre en charge seule une requête complexe (nous ne parlons pas de demander à Siri de jouer une playlist ou à Bixby de lire un message). Aujourd’hui, ce sont des supercalculateurs qui s’en chargent. Des supercalculateurs que le mobile sollicite à la demande grâce à Internet. Cette technologie demande donc une connexion permanente. Et, bien sûr, des tuyaux de plus en plus importants à mesure que les consommateurs vont utiliser de plus en plus souvent leur assistant virtuel personnel.

D’où l’idée d’offrir aux terminaux ce qu’il faut comme puissance pour leur permettre de répondre seul à une requête. Deux innovations ont eu lieu dans ce sens ces dernières semaines. La première provient de Huawei : il s’agit du Kirin 970, l’un des premiers chipsets pour smartphone à embarquer un système « neural ». Ce mot, vous l’avez lu aussi dans nos colonnes pour la seconde innovation : celle d’Apple. La firme de Cupertino a présenté son propre chipset équipé pour l’intelligence artificielle : l’A11 Bionic.

En retard, mais pas perdu pour autant

Si deux des trois premiers acteurs mondiaux de la téléphonie ont présenté leur chipset créé pour l’intelligence artificielle, il semble logique que le troisième (qui se trouve être aussi le leader mondial du secteur) le fasse. Selon le quotidien coréen The Korea Herald, les travaux ont démarré chez Samsung. Mais les premiers résultats ne sont attendus que dans deux ou trois ans. Ce qui donnera évidemment une longueur d’avance aux deux précurseurs. Pour rattraper une partie de son retard, Samsung pourrait, comme pour Bixby, racheter une start-up et intégrer sa technologie, à en croire les analystes interrogés par nos confrères. Un peu à l’image des 300 millions de dollars que Samsung a injectés dans la société britannique Graphcore.

Si vous vous demandez pourquoi Samsung n’a pas pris la peine d’investir plus tôt dans l’intelligence artificielle dans les chipsets, la réponse est simple : la firme coréenne s’occupait de renforcer son activité de production de composants liés à la mémoire des terminaux (RAM et stockage). Samsung est le leader mondial de ce marché. Et, financièrement, il contribue considérablement aux bénéfices de l’ensemble du groupe « Samsung Electronics », plus encore que les terminaux mobiles.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer