SFR RED 30 Go = 10

Android Go : Google parvient à convaincre les marques indiennes

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
android oreo

En présentant Android Go, Google s’adressait avant tout aux constructeurs de smartphones des pays émergents, notamment indiens, ceux qui l’ont suivi avec Android One, avant de l’abandonner. Et heureusement, la firme a été entendue.

En mai dernier, Google a présenté Android Go, une nouvelle initiative pour démocratiser le smartphone (et les services Google) dans les pays émergents, notamment l’Inde où la pénétration des téléphones intelligents est encore assez faible, mais connait une explosion considérable. Le but était alors de reconquérir le coeur des constructeurs indiens (mais pas que) qui ont supporté Android One, mais qui ont été déçus par la mise en oeuvre et les résultats commerciaux.

Les marques indiennes séduites

Cette mouture d’Android, qui rappelle le programme Android One (depuis repositionné pour remplacer, dans l’esprit, la gamme Nexus), est destiné aux smartphones dont la plate-forme technique est très légère. Comprenez un chipset quad-core, de 512 Mo à 1 Go de RAM et 8 Go de stockage. Android Go, dont la première version compatible est Oreo 8.1, s’accompagne de sa propre suite de services Google : Search Go, Gmail Go, Maps Go, Assistant Go, YouTube Go, Files Go, Play Go, etc. Et bien sûr, le suivi des mises à jour est garanti.

Google Files Go
Google Files Go, l'une des applications d'Android Go

La promesse semble avoir séduit les marques indiennes qui étaient revenues sur Android Stock. Selon le portail d’information indien Factor Daily, quatre marques bien connues dans nos colonnes s’apprêteraient à dévoiler des terminaux Android Go dans les prochaines semaines (voir prochains mois) : Micromax, Intex, Lava et Karbonn. Micromax serait le premier. Son téléphone pourrait arriver pour le Jour de la République, fête nationale indienne qui tombe le 26 janvier.

Prix de vente inférieur à 30 euros

Et son prix serait de 2000 roupies environ, soit... 26 euros. Soit un montant trois fois moins important que le prix de vente moyen d’un smartphone 4G en Inde. Bien sûr, il n’y a pas de mystère : les constructeurs parviennent à ce prix grâce à des spécifications techniques très basses, compatibles avec des composants qui ne sont plus de première jeunesse. Cependant, tant que cela fonctionne et, surtout, tant que cela permet à Google d’enregistrer de nouveaux utilisateurs, tout va bien !

Dans son article, Factor Daily cite un dirigeant d’une marque indienne de téléphonie qui a souhaité rester anonyme. Ce dernier explique qu’Android Go est une initiative que les marques locales attendent pour revenir sur le marché indien des smartphones (second marché mondial derrière la Chine et devant les États-Unis) qui a été trusté par les marques chinoises durant ces deux dernières années. En effet, dans une étude Canalys datant de novembre dernier, le marché indien des smartphones est représenté à 75 % par ces marques : Samsung, Xiaomi (numéro 2), Vivo, Oppo et Lenovo. Quatre chinois et un Coréen. Micromax a totalement disparu du Top 5.

S'approprier les primo accédants

Aujourd’hui, les marques indiennes ne représentent plus que 15 % du marché (contre 50 % en 2015). C’est donc pour revenir à la charge que quatre constructeurs locaux, et pas des moindres, s’associent à Android Go. Ils espèrent qu’avec un prix 3 fois inférieur au marché actuel et 7 fois moindre que le Mi A1 de Xiaomi (vendu 13999 roupies en Inde), ils captureront tous les primo-accédants. Soit aujourd’hui la majorité des consommateurs.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer