Bouygues OPPO Reno + Forfait Bouygues Sensation 100 Go

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 2 sur 6



Aspect et Design

L'iPhone 3G est assez long (11,6 cm) et large (6,2 cm). Il est relativement lourd (133g). Mais sa coque est fine (1,2 cm) : on le met en poche sans véritable gêne. Sa face avant est très sobre et extrêmement bien finie. Son design est vraiment élégant. L'arrière du mobile, en plastique laqué, est joliment courbé. L'iPhone 3G est disponible en deux versions : blanc ou noir.





La robustesse du mobile d'Apple est surprenante. Après plusieurs chutes d'un mètre de hauteur, notre modèle de test ne comportait que quelques griffes. L'écran en verre est particulièrement résistant. Après plusieurs mois d'usage sans protection, aucune griffe n'est visible. L'iPhone 3G est bâti pour durer bien plus longtemps que la plupart de ses concurrents.



Au premier abord, la conception de l'iPhone paraît banale. Ses boutons ne sont qu'au nombre de trois : alimentation, volume, et retour. Tout se passe au niveau de l'écran tactile. Y compris la saisie des SMS et la frappe des numéros de téléphone. Par bonheur, cet écran est très large : il couvre 80 % de la face avant du mobile. Il est bien défini et lumineux. Bonne nouvelle, le stylet n'est plus nécessaire. L'iPhone se pilote entièrement au doigt. C'est une grande innovation. Cet écran tactile est particulièrement sensible. Il est capable de percevoir la pression de plusieurs doigts à la fois, car sa technologie est « multipoint ». Presque tous les concurrents de l'iPhone se contentent d'un écran monopoint : ils captent un seul doigt à la fois. Pire : à la différence de l'iPhone, les écrans monopoint ne perçoivent pas toute la largeur du doigt. Ils ne perçoivent qu'un point très étroit. Conséquence : le « toucher » de l'iPhone est largement plus précis, et beaucoup plus agréable.







La saisie des SMS demande un temps d'adaptation. Le clavier est dit « virtuel » : les touches sont affichées sur l'écran tactile. Elles sont assez petites, mais très sensibles, et très claires. Les premières semaines sont difficiles à passer : on tape souvent à côté des touches. Mais on s'y fait rapidement. Et on finit par taper deux fois plus vite que sur un clavier numérique à 10 touches mécaniques. Presque aussi vite qu'avec un clavier mécanique Azerty à 26 touches. Attention : beaucoup de seniors ne s'y habitueront jamais vraiment.
1 2 3 4 5 6

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer