OPPO Reno2

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 7 sur 11



OS : Réactivité de système d’exploitation et de l’interface utilisateur

Il faut être honnête et le reconnaître : HTC n'a pas toujours fait un sans faute avec son interface HTC Sense. On se rappelle bien entendu de la réussite quasi-sans faute de Sense à ses débuts, quand Android était encore lent et peu fonctionnel. C'est cette interface qui a permis, réellement, d'ouvrir le système au grand public. Mais on se souvient aussi des errances : Sense sur HTC Sensation, par exemple, à sa sortie, était un calvaire. Lent, poussif, difficile à maîtriser... HTC n'avait pas vu aussi juste que les années précédentes.

Déjà, à l'époque, la configuration n'était plus une excuse : nous étions sur des modèles puissants, du moins suffisamment pour faire tourner un OS mobile. En 2013, les composants embarqués ne donnent plus le droit à l'erreur et il ne tient qu'aux constructeurs d'optimiser au mieux leur ROM pour qu'elle tourne sans aucun problème. Nous n'avions pas pardonné à Sony des microlags dans l'interface du Xperia Z, nous n'avons rien à dire à HTC sur la copie software rendue avec le One. Le nouvel HTC Sense est parfaitement fluide, que ce soit dans les menus, les widgets ou au lancement des applications.

HTC a travaillé son interface pour en faire une sorte d'hybride entre la puissance d'Android et la rapidité d'accès aux informations d'un Windows Phone. Pour cela, le fil déjà décrit que vous trouvez à gauche des menus est parfait, très bien animé et amène rapidement aux applications qu'il regroupe. Le retour à l'écran d'accueil après une tape sur le bouton Home est instantané, l'affichage du multitâche est rapide et bien fichu et les commandes tactiles réagissent toutes au doigt et à l'œil.

Côté navigation, c'est assez étrange que HTC ait laissé une version du navigateur autre que Chrome, alors qu'il est installé par défaut sur Android 4.1 – et qu'il est bien plus puissant que le navigateur proposé. Du coup, on commencera par changer le raccourci du bureau vers Chrome et on pourra profiter de ce qui se fait de mieux actuellement en termes de navigation mobile. Rien à redire de ce côté-là, la navigation est efficace, les pages s'affichent dans leur beauté Full HD en moins de 2 secondes en Wi-Fi, moins de 5 secondes en 3G.

HTC One : navigateur HTC One : paramètres



L'accroche GPS est particulièrement rapide et, elle aussi, fait son boulot. En d'autres termes, il est idéal qu'on ne la remarque pas, que le processus soit transparent et c'est exactement ce qu'il se passe sur ce One. Si vous activez toutes les sources de géolocalisation, vous serez repérés de manière très précise en quelques secondes. Même en EDGE, dans le métro par exemple, on peut consulter Maps sans problème pour se guider une fois le réseau 3G récupéré. D'ailleurs, notez que nous n'avons pas été perturbés le moins du monde par l'accroche réseau : le smartphone trouve tous les réseaux EDGE imaginables quand il ne capte pas de 3G et bascule sur le réseau 3G assez vite pour que nous ne le remarquions pas. Encore une fois, HTC n'a pas fait de compromis et a choisi un modem parmi ce qui se fait de mieux actuellement.

La batterie, elle, permet de tenir un jour et demi en utilisation lourde, peut-être plus si vous faites attention : un standard sur le haut de gamme en ce début d'année.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Partagez cet article

  • LinkedIn

Comparer les prix du HTC One

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer