Par Sofian Nouira

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 7 sur 12



Réactivité OS + Interface Utilisateur (UI)

Sur le papier, la dotation matérielle de cet Optimus G est la même que celle du Google Nexus 4, lui aussi fabriqué par LG. Il propose en effet un chipset quadruple cœur Qualcomm Snapdragon S4 (APQ8064), cadencé à 1,5 GHz, et épaulé par 2 Go de mémoire vive (RAM). Toutefois, on sait par expérience que les smartphones Android des constructeurs qui embarquent une surcouche ne sont jamais aussi fluides que ceux estampillés « Nexus » et proposant une interface 100% Google. Toutefois, nous étions plutôt confiants pour l’Optimus G dans la mesure où le constructeur coréen avait déjà réussi à nous proposer un smartphone remarquable de réactivité avec l’Optimus 4X HD. Évidemment, ce dernier n’a pas vraiment fait parler de lui puisqu’il a eu la mauvaise idée de sortir juste peu de temps après le Samsung Galaxy S3. Et pourtant, en termes de fluidité, ce 4X HD était meilleur que ses concurrents directs comme le Galaxy S3, le HTC One ou les Sony Xperia S et T.

LG Optimus G : multitâches



Toutefois, ce même LG a placé la barre très haut avec le Nexus 4 qui est le premier smartphone Android capable de rivaliser avec un iPhone ou un Windows Phone de même génération pour ce qui est de la fluidité. Évidemment, nous n’en attendions pas tant de l’Optimus G qui doit pour sa part composer avec l’interface utilisateur propre au constructeur. Aussi, quelle ne fut pas notre surprise de constater que le smartphone que nous testons ici se révèle en tout point aussi fluide et aussi réactif que son presque jumeau, le Nexus 4. Des menus aux bureaux d’accueil en passant par le gestionnaire multitâche, la navigation se déroule toujours sans l’ombre d’un accroc dans l’interface. En utilisation intensive, mais normale, nous n’avons jamais été en mesure de faire ralentir la bête, même en enchainant les applications lourdes et en ouvrant une vingtaine d’onglets dans le navigateur Web Chrome.

La seule petite concession faite par l’Optimus G lorsque nous l’avons maltraité vient de l’affichage sur les bureaux qui se recharge parfois quand trop d’applications gourmandes sont ouvertes en parallèle. Toutefois, ce défaut, qu’il partage avec le Galaxy S3 par exemple, est ici réduit à sa portion congrue dans la mesure où ce temps de chargement survient d’une part rarement, et dure d’autre part moins d’une seconde. Bref, il n’est au final pas irritant du tout et on sent que les 2 Go de mémoire vive sont bien utilisés. Notez qu’une telle quantité de mémoire vive n’est pas une rareté, mais qu’elle reste l’apanage de quelques modèles seulement comme (à date) les Samsung Galaxy Note 2 et S3 4G, HTC One, Google Nexus 4 et Sony Xperia Z.

LG Optimus G



Les applications se lancent avec célérité et elles tournent à la perfection. En plus des caractéristiques évoquées plus haut, l’Optimus G profite d’une puce graphique (GPU) Adreno 320. Il permet donc de faire tourner absolument tous les jeux disponibles sur Android avec facilité, et ce, quelle que soit leur complexité graphique. Mieux, avec un tel GPU, l’Optimus G peut voir venir. Il est à peu près certain qu’il ne sera pas vraiment dépassé avant au moins un an.

Bien sûr, des smartphones plus puissants dans ce domaine existent déjà, comme le HTC One et son GPU Adreno 330. Toutefois, les jeux qui exploitent à fond les capacités graphiques de l’Optimus G sont encore rarissimes car les développeurs les conçoivent pour qu’ils puissent tourner sur le plus grand nombre possible d’Android. De fait, il aura coulé beaucoup d’eau sous les ponts avant que la majorité du parc de smartphones Android disponibles dispose de puces graphiques plus puissantes que celle de l’Optimus G. Pour vous en convaincre, sachez qu’un smartphone comme le Galaxy S2 sorti il y a deux ans fait tourner les derniers jeux que l’on trouve sur Google Play sans sourciller…

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.