Par Stéphane Deschamps

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 2 sur 5



ASPECT ET DESIGN
Souvent attaqué sur le design « simpliste » de ses téléphones, Sagem a voulu frapper fort en proposant un terminal de toute beauté. Difficile de ne pas craquer au regard de la coqué laquée blanc et aluminium. Les matériaux sont superbes et le toucher très agréable. Certains se demanderont sans doute s'il s'agit vraiment d'un Sagem… mais oui ! Ce résultat est en partie dû au créateur ora-ïto dont le nom apparaît sur la tranche latérale gauche.



D'un point de vue générale, on retrouve la forme « bar-type » du myX-6, mais la finition est tout de même bien meilleure sur le myX-8 avec notamment les courbures arrondies.



Sans être imposantes, les dimensions du myX-8 pourront apparaître comme généreuses pour certains utilisateurs. Il est vrai que le téléphone est plus grand et plus épais comparé à la plupart des autres terminaux (ci-dessous avec un Sony Ericsson T610).



Après quelques minutes passées à contempler l'appareil, vous serez également surpris par la qualité d'affichage de l'écran dont la diagonale atteint 5,5 cm. En effet, l'écran TFT est capable d'afficher 262 000 couleurs, jusqu'à 11 lignes de texte et offre une résolution QVGA (240*320 pixels). Le rendu est tout simplement excellent.

Le clavier du myX-8 est plutôt réussi. On se souvient des touches minuscules du myX-6 et des touches « trop plastiques » du myX-7. Si les touches du myX-8 ne sont pas aussi réussies que celles du myS-7, elles ont le mérite de répondre parfaitement aux commandes et de ne pas être gênantes pour les gros doigts. La partie supérieure du clavier est composée de 4 boutons et d'un joystick.



Les personnes qui ont eu le myS-7 entre les mains seront surprises du joystick du myX-8 qui est bien plus enfoncé dans le clavier que son prédécesseur. Après quelques minutes d'entraînement, la manipulation s'avère correcte. Eviter juste d'avoir les doigts gras, car la navigation deviendrait dans ce cas hasardeuse.



La tranche latérale gauche accueille une seule touche faisant à la fois office de réglage pour le volume et de déclencheur en mode appareil photo. Trois boutons en un, c'est plutôt bien pensé. La tranche latérale droite accueille quant à elle le port infrarouge.
Le capteur photo se trouve sur la façade arrière accompagnée d'un tout petit miroir (non protégé) et du flash. Enfin la tranche inférieure du téléphone contient la prise son du micro ainsi que la connectique permettant de brancher le chargeur, le kit piéton, un câble data…

Et la carte mémoire miniSD ? Et bien celle-ci est accessible uniquement en enlevant la coque arrière du téléphone. Même si celle-ci s'enlève aisément, on aurait préféré pouvoir utiliser la carte mémoire sans opter la coque, comme c'est le cas sur le myS-7.



La carte SIM se trouve quant à elle logée sous la batterie que vous aurez tout le mal du monde à retirer sans vous cassez les ongles.
1 2 3 4 5

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.