Par Nicolas Six

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 2 sur 6



Aspect et Design

Samsung a opté pour un dessin sympathique, tout en rondeur. Le B3310 est un drôle de petit galet peint en bleu turquoise. Sa taille est assez menue, et même s'il est plutôt épais (1,7cm), ses courbes sont très agréables à prendre en main. On coulisse facilement l'écran pour libérer un clavier Azerty à 26 touches. Cette manoeuvre n'immobilise qu'une main : pratique.







Les matériaux du B3310 sont de qualité moyenne. Mais pouvait-en attendre mieux d'un mobile à 130€ ? Vu de face, le Samsung arbore des plastiques pas très flatteurs. Vu de dos, sa coque gris clair fait franchement toc. Ce type de revêtement marque l'usure du temps assez rapidement. Malgré cela, le Samsung dégage une impression de robustesse.



Le pavé de direction est très agréable, précis et rapide. Le clavier numérique (0 à 9) est placé à gauche de l'écran sur une ligne verticale. Troublant. Est-ce difficile de taper un numéro ? Pas tant que cela. Et on s'y habitue très rapidement. On finit même par apprécier. Le clavier coulissant Azerty à 26 touches est-il agréable ? Les touches sont assez larges. La disposition des lettres et des symboles est un peu déroutante au départ. On regrette surtout que les lettres B et N soient placées à droite de la barre d'espace, ce qui est inhabituel. Mais une fois encore, on s'y habitue rapidement.



Ce clavier à 26 touches permet de taper deux fois plus vite. Pour saisir un paragraphe de texte, on met 2 minutes, contre 5 minutes avec le clavier numérique du Nokia N95 par exemple. Mais ce clavier Azerty n'est pas plus rapide qu'un clavier « virtuel ». Sur l'écran tactile d'un iPhone ou d'un mobile Android, la saisie du paragraphe de texte requiert toujours approximativement deux minutes. Pourtant, le clavier 26 touches du Samsung permet de gagner une poignée de secondes. Pas pendant la saisie du texte : juste avant. Le clavier mécanique est toujours prêt à taper. Tandis qu'un clavier virtuel n'est pas immédiatement disponible. Il ne s'ouvre que quand on fait la demande. Le déploiement prend deux secondes. Le clavier virtuel envahit l'écran et perturbe l'utilisateur en modifiant l'affichage. Rien de tout cela avec un clavier mécanique. A tout moment, on peut saisir un texte immédiatement, sans déconcentration.
1 2 3 4 5 6

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.