Par Sofian Nouira

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS

Page 4 sur 8



Réactivité

L'une des surprises réservées par la fiche technique du Galaxy Nexus est à aller chercher du côté du chipset (SoC) du smartphone. Ce dernier est un TI OMAP 4 double cœur dont les deux processeurs sont cadencés à 1,2 GHz. Étonnant quand on sait que Samsung fabrique ses propres processeurs, et fait plutôt appel à ceux de Qualcomm quand il ne case pas l'un des siens dans un smartphone. Nous n'avons pas plus de détails, mais la raison de la présence de cet OMAP est certainement à aller chercher du côté de Google.

Surtout que ce processeur dispose de performances moins impressionnantes que l'Exynos 4210 de Samsung que l'on trouve dans le Galaxy S2 si l'on s'en réfère aux différents benchmarks des appareils embarquant ces chipsets.

Test samsung Galaxy Nexus Android 4.O Ice Cream Sandwich TI OMAP 4 1,2 GHz 5 megapixels Google 1080p SFR



Néanmoins, quel que soit son fournisseur, un chipset double cœur cadencé à 1,2 GHz reste une caractéristique haut de gamme à l'heure actuelle. Et c'est bien plus qu'il n'en faut pour faire tourner correctement un Android. Pour ce qui est de la mémoire vive, Samsung propose 1 Go de mémoire vive (RAM), soit le top actuel.

Mais nous avons vu par le passé que toute excellente qu'elle soit, la dotation matérielle d'un smartphone ne suffit pas forcément à garantir la fluidité de son fonctionnement. Cela dépend aussi beaucoup de la manière dont le constructeur a intégré l'OS avec les composantes matérielles.

Test samsung Galaxy Nexus Android 4.O Ice Cream Sandwich TI OMAP 4 1,2 GHz 5 megapixels Google 1080p SFR



Toutefois, vous vous doutez bien que Samsung n'est pas vraiment un débutant en la matière, même si ses ingénieurs ont ici travaillé sur un chipset qui leur est moins familier.

La fluidité et la réactivité d'Android 4.0 sur le Samsung Galaxy Nexus sont globalement très bonnes. Tout fonctionne bien et les temps de latence gênants sont rarissimes, pour ne pas dire inexistants.

Les applications se chargent rapidement, les jeux tournent bien, le multitâche apparaît prestement, etc.

Mais, car il y a quelques « mais », il arrive parfois que l'accéléromètre ne fonctionne pas correctement. L'affichage reste bloqué comme dans la même position de longues secondes alors que vous avez changé le smartphone d'orientation. Cela n'arrive heureusement pas trop souvent.

De même, il y a un tout petit temps de réaction lorsque vous passez votre doigt sur l'écran pour naviguer d'une page d'accueil à l'autre. Cela dure moins d'une seconde et cela n'arrive que sur les accueils et pas dans les menus. C'est un peu déconcertant mais l'habitude vient vite et ce n'est pas gênant.

Test samsung Galaxy Nexus Android 4.O Ice Cream Sandwich TI OMAP 4 1,2 GHz 5 megapixels Google 1080p SFR



Enfin, s'il n'y a pas de gros ralentissements qui vous donnent envie de jeter le smartphone contre un mur ou une fenêtre, force est de constater que les microlags qui existaient dans les versions précédentes sont toujours d'actualité.

Encore une fois, ce n'est pas gênant dans l'utilisation, mais il est tout de même frustrant de constater que l'interface est finalement un poil moins fluide que celle d'un Windows Phone par exemple.

Il y a une bonne explication à cela, et elle est intrinsèque au fonctionnement d'Android. L'OS de Google ne donne pas la priorité absolue à l'interface en termes de ressources, à l'inverse de iOS ou de Windows Phone par exemple. D'où les petits lags qui surviennent quand la mémoire vive commence à trop baisser ou que trop d'applications tournent à un instant donné.

Mais que ceux qui envisagent d'acheter ce smartphone se rassurent, comme écrit plus haut, ces temps de latence sont très courts, et pas du tout gênants à l'usage, voire même anecdotiques pour la plupart des utilisateurs avec ce Galaxy Nexus.
1 2 3 4 5 6 7 8
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.