SFR RED 30 Go = 10

Pantech, le benjamin des constructeurs coréens, cherche un repreneur

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
pantech

Difficile d’être un constructeur coréen de nos jours. Plus difficile encore quand ce n’est ni Samsung, ni LG. Le troisième fabricant de smartphones local, Pantech, annonce être officiellement en vente. Le résultat de l’appel d’offres est attendu pour le 7 octobre prochain.

En Corée, comme partout ailleurs en Asie, il y a culture de la préférence nationale. Ainsi, 90 % des smartphones vendus en Corée sont fabriqués par des marques locales. Il y a Samsung bien sûr, premier constructeur mondial, et son dauphin, LG, placé à quelques rangs derrière lui. Et loin, très loin derrière, se trouve Pantech. Avec sa gamme Vega, ce dernier anime le marché coréen en offrant des produits premium, comme le Vega Iron 2 ci-dessous.

Vega Iron 2
Le Vega Iron 2 est le dernier flagship de la marque

L'entreprise est à vendre au plus offrant

Mais, malgré la qualité de son offre, l’entreprise n’a malheureusement pas les reins pour subir la concurrence de ses compatriotes et des acteurs internationaux de plus en plus pressants. Résultat, la société enregistrait récemment son sixième trimestre consécutif dans le rouge. La direction a donc décidé de chercher un partenaire financier (ou industriel) pour reprendre l’ensemble des actifs. En d’autres termes : l’entreprise est à vendre, selon nos confrères de l’édition coréenne de ZDNet.

Les enchères sont donc ouvertes pendant les sept prochains jours. La valorisation de l’entreprise est estimée à 336 millions de dollars (265 millions d’euros), soit le double de sa valorisation si Pantech se voyait liquidée. Mais cette différence s’explique par une activité maintenue durant toute la période transitoire. Selon certaines rumeurs, quatre entreprises coréennes pourraient participer aux enchères.

Quatre coréens candidats, dont Samsung

Le premier est Samsung, naturellement. Celui-ci détient déjà 10 % des parts de l’entreprise (troisième actionnaire derrière une banque coréenne et... Qualcomm). Il rachèterait donc sa propre participation avec une belle décote de 28 %. Une façon pour Samsung de ne pas tout perdre dans cette transaction. Second acteur, LG, qui pourrait profiter de ce rachat pour consolider quelques parts de marché.

Troisième acteur, le fabricant de voitures Hyundai. Il pourrait être tenté par créer des smartphones et profiter de certaines synergies industrielles. Enfin, le dernier serait l’opérateur SK Telecom, propriété du groupe SK. Ici aussi, les synergies sont importantes et une façon de concurrencer ses deux rivaux KT et U+ (ex- LG Telecom). Vous remarquerez que les quatre candidats sont également les quatre plus puissants conglomérats coréens. Ce n’est pas un hasard.

Une opportunité pour des constructeurs chinois et indiens

Hors de Corée, quelques fabricants de smartphones seraient intéressés. À commencer par le leader indien Micromax qui se verrait bien aller au-delà de son marché domestique, même si ce dernier est actuellement en pleine explosion. Les autres candidats seraient chinois. Sont cités Huawei, Lenovo et Xiaomi. Ces trois acteurs ont un point commun : ils font tous partie des 10 plus grands constructeurs mondiaux, mais ne parviennent pas à percer sur le marché coréen. Cette opportunité pourrait être la bonne. Le résultat de ces enchères sera connu la semaine prochaine.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer