SFR RED 30 Go = 10

Test du Wiko Highway 4G : il serait encore meilleur s'il était moins cher

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
Wiko Highway 4G

Avec le Wax, Wiko a redéfini le segment des smartphones 4G à moins de 200 euros. Et savoir qu’une déclinaison du Highway avec un chipset Nvidia était en cours de préparation nous a interpellés. Après plusieurs mois d’attente, le second smartphone sous Tegra 4i de la marque marseillaise est arrivé pour test. Et qui aime bien châtie bien.

Le Highway et le Wax sont deux smartphones emblématiques de Wiko. Le Highway est le premier modèle considéré comme « flagship » de la marque. Vendu au-dessus de la barre symbolique des 300 euros à son lancement, il proposait une plate-forme finalement assez robuste sous ses allures de Sony Xperia Zx et de Huawei Ascend Px. Le Wax est quant à lui le premier smartphone 4G de Wiko.

Pour ne pas faire comme tout le monde (écran qHD et processeur Snapdragon 400), le fabricant a choisi de faire appel à nVidia, fondeur mal aimé en mobilité, pour proposer une expérience robuste à un prix « canon » : 200 euros. Le Wax est un « game changer ». Quand nous avons appris que Wiko travaillait à fusionner ses deux smartphones en un seul, le Highway 4G, nous avons tout de suite été emballés.

Wiko Highway 4G prise en main

Le meilleur du Wax et du Highway

Car le concept promettait d’être intéressant, même si le prix risquait d’être un vrai frein pour Wiko, notamment face à des marques légèrement au-dessus au niveau des spécifications techniques (Meizu, Honor, OnePlus). Un châssis et des matériaux plutôt premium. Un chipset taillé pour le jeu et une expérience multimédia solide. Un bel écran Full HD : il y avait de quoi faire envie. Et d’une certaine manière, nous n’avons pas été déçus par la proposition, car les promesses sont tenues. Voici d’abord en détail, les caractéristiques du Highway 4G :

  • Ecran IPS Full HD de 5 pouces (résolution 440 pixels par pouce) protégé par un verre Corning Gorilla 2
  • Chipset nVidia Tegra 4i SL460N quad-core cadencé à 2 GHz avec GPU Kepler à 192 coeurs
  • 2 Go de mémoire vive
  • 16 Go de stockage interne (non extensible)
  • capteur photo principal 16 mégapixels compatible HDR et Full HD en vidéo
  • webcam 8 mégapixels à l’avant compatible 720p en vidéo
  • batterie 2350 mAh (non amovible)
  • connexion LTE catégorie 4, WiFi n, Bluetooth 4.0, GPS
  • Android 4.4.2 KitKat sans surcouche
  • 7,9 mm d’épaisseur
  • 143 grammes

Wiko Highway 4G prise en main

Dans cette fiche technique, plusieurs points à souligner. D’abord, par rapport au Wax, le Highway gagne un écran légèrement plus grand et doté d’une meilleure résolution. Il gagne également en fréquence du quad-core, en mémoire vive (x2) et en stockage (x4). Ces capteurs photo sont meilleurs et sa connectivité LTE est plus rapide. Sa batterie est légèrement plus puissante (peut-être pas suffisamment). Il est logiquement plus lourd, compte tenu des matériaux.

Par rapport au premier Highway, cette version 4G gagne naturellement la connectivité LTE et une version plus actuelle d’Android, perd un port carte SIM, échange le chipset octo-core MediaTek contre le Tegra 4i, mais conserve l’ensemble des autres composants. Nous verrons quelle incidence cela a sur les performances du mobile.

Le design premium du Highway à l'identique

Mais commençons par faire le tour du propriétaire. Le Highway 4G reprend à l’identique le design du Highway, à savoir des matériaux premium sur les deux façades et les tranches. Les premières sont protégées par deux plaques de verre minéral Gorilla 2 de Corning, tandis que les secondes sont serties d’un cadre de métal qui court tout autour.

Un look qui le fait ressembler à un Xperia Zx (notamment le Xperia Z2) de Sony, à un iPhone 4S d’Apple ou un Ascend Px de Huawei. Les plaques de verre ne sont pas protégées par le cadre en métal, comme pourraient l’être celles d’un Xperia haut de gamme, mais par une partie en plastique placée sous le métal.

Wiko Highway 4G prise en main

À l’avant, nous retrouvons des touches de navigation tactiles sous l’écran et une configuration assez classique des capteurs en haut de l’appareil, avec la LED de notification à droite du logo de la marque. À l’arrière, aucun changement : l’énorme capteur protubérant en haut à gauche, serti ici d’un cadre en métal et placé à côté de son flash. Pas de haut-parleur ici, ce dernier étant placé, comme sur le Highway, au centre de la tranche inférieure, à droite du port microUSB très excentré.

Le port jack 3,5 mm habite la tranche supérieure. La trappe d’accès au port microSIM est à gauche. Et le trio de boutons matériels est à droite, à portée du pouce. Un appareil optimisé pour les droitiers...

Wiko Highway 4G prise en main

Une belle présentation, mais quelques petits défauts

Une fois en main, malgré des dimensions loin d’être anodines, le smartphone est agréable et d’une bonne solidité apparente, même si le verre Gorilla a largement été amélioré depuis la seconde génération. Même s’il n’est pas très original (et ne l’était déjà pas avec le premier Highway), ce design est vraiment plaisant. Bien sûr, il faut aimer le verre minéral.

Sur notre modèle de test, nous avons remarqué un petit jeu entre la partie en plastique de la tranche de gauche et les plaques de verre. Un jeu qui, nous l’espérons ne se répercute pas sur l’ensemble des unités.

Wiko Highway 4G prise en main

L’écran du Wiko est assez qualitatif. Très lumineux, avec des taux de contraste très satisfaisants à l’oeil nu et un bon respect général des couleurs (avec toujours un peu de gris dans le blanc). Les angles de visions sont plutôt ouverts, mais la perte de luminosité sur les côtés n’est pas négligeable. Sous les doigts, l’écran tactile répond très bien. Les dalles Gorilla Glass offrent toujours une très bonne glisse sous les doigts, ce qui procure une bonne expérience de navigation.

Wiko Highway 4G prise en main

L'interface très sobre du Wiko Wax

L’interface proposée par Wiko est ici la même que celle du Highway, à quelques différences près. D’abord, elle intègre les éléments liés à nVidia, à savoir l’application et le widget dédiés à la Tegra Zone, sur laquelle nous reviendrons. Ensuite, elle propose la version 4.4.2 d’Android, et non plus une ancienne version Jelly Bean. Vous remarquerez donc quelques mini retouches graphiques, comme le remplacement du filet blanc au-dessus des applications du dock par des points qui indiquent sur quel écran vous vous trouvez.

Cette version inclut les quelques changements apportés par KitKat. Enfin, il semble que toute la gestuelle présente dans le Highway est totalement disparue. Impossible de savoir avec certitude si cela est dû à KitKat ou au Tegra 4i.

Wiko Highway 4G Interface Wiko Highway 4G Interface Wiko Highway 4G Interface
nVidia et Tegra sont bien présents dans l'interface (Tegra Zone à droite)

Cependant nous avons notre petite idée : visuellement, Android est ici presque identique à la version du Wax. Cela se voit grâce aux icônes carnet d’adresses et messagerie. De plus, nous nous rendons compte qu’il n’y a que très peu d’applications tierces présentes, comme sur le premier mobile sous Tegra 4i. Nous pensons donc qu’il s’agit plutôt d’une influence de nVidia. Heureusement, Play Store est là pour arranger cela.

À l’inverse, nVidia apporte deux éléments importants. D’abord la Tegra Zone qui vous conseillera des jeux à acheter sur le Play Store pour profiter des 192 coeurs du GPU Kepler. Une vraie mine d’informations si vous êtes joueur. Ensuite, le menu de paramétrage s’enrichit d’un nouveau réglage sur le profil énergétique du smartphone. Trois sont proposés : optimale (pour jouer), normal (qui limite le nombre d’images par seconde) et économe (qui désactive deux coeurs et limite la fréquence des deux restants). À cela s’ajoute nSaver qui désactive les applications un peu trop gourmandes.

Wiko Highway 4G performance Wiko Highway 4G performance Wiko Highway 4G performance
Accès au profil de performance du processeur et à nSaver

Des performances pas si différentes de celle du Wax

Moins d’applications tierces préinstallées n’ont pas que des inconvénients. Au contraire, cela libère de la mémoire pour vos propres contenus et cela allège le système d’exploitation qui gagne en réactivité. Comme nous l’avons déjà remarqué, le Highway 4G offre une navigation plutôt fluide. Il est donc agréable. Cependant, la présence du Tegra 4i nous pousse à être un peu plus exigeant. Encore une fois, la promesse d’un GPU puissant dans un smartphone plutôt économique nous interpelle. Nous avons donc fait passer quelques tests au Highway 4G.

Sur AnTuTu tout d’abord, le smartphone atteint 28 800 points, un score honorable, mais qui aurait certainement été bien meilleur avec 3 Go de mémoire vive. Comparons ce premier score avec les Wax et Highway 3G : le premier atteint 26 500 points, tandis que le second frole les 27 500 points. Toujours pour comparer, le Meizu MX3 dépasse les 26 000 points avec son Exynos 5 Octa 5410 de Samsung. Et le Xperia Z2 de Sony atteint les 34 000 points. Le Highway 4G se situe donc dans le ventre mou des smartphones à 300 euros. Il est aujourd’hui dépassé par les OnePlus One, Meizu MX4 et Honor 6, tous dépassant les 40 000 points sur AnTuTu.

Wiko Highway 4G benchmark Wiko Highway 4G benchmark Wiko Highway 4G benchmark
AnTuTu à gauche et au centre, 3DMark à droite

Second test : 3DMark. Ici, le Highway 4G réalise un score honorable, sans être ébouriffant : 10 641 points. Le Wax (cadencé à 1,7 GHz) obtenait 10 147 points. La différence n’est donc pas considérable. Nous l’attribuons à la montée en résolution de l’écran (345 ppp pour le Wax contre 440 ppp pour le Highway 4G). Comparons avec d’autres smartphones : l’octo-core MediaTek atteignait 7200 points seulement. Le Meizu MX3 obtient 9100 points. Le Honor 6 atteint les 14 000 points. Le Xperia Z2 parvient à 18 400 points. Et le OnePlus One dépasse les 20 000 points. Et nous nous contentons ici des smartphones autour des 300 euros (sauf le Z2 qui tourne plutôt autour des 400 euros).

Tegra 4i : une bonne plate-forme jeu économique

Qu’est ce que cela veut dire ? Que l’expérience multimédia devrait être aussi bonne que sur le Wax, voire même un peu meilleure. Nous l’avons vérifié avec les jeux vidéo bien sûr. Nous avons testé deux jeux optimisés pour Tegra : Dead Trigger 2 (cela tombe bien) et Modern Combat 5. Le premier tourne très bien, mais est toujours plombé par quelques petits ralentissements en début de partie. Deux explications possibles : soit il s’agit de la connexion Internet, soit de la montée en charge du jeu dans la mémoire vive.

Nous avions déjà remarqué cela avec le Wax. Cela ne gêne cependant pas la partie dans son ensemble. Notez que les graphismes sont ici automatiquement réglés pour être les plus aboutis. C’est un bon signe.

Wiko Highway 4G dead trigger 2
Dead Trigger 2

Modern Combat 5 tourne lui aussi très bien, alors qu’il est plus exigeant que Dead Trigger 2. Petit point noir : avec Modern Combat 5, le Tegra 4i a tendance à chauffer rapidement. Avec une plaque en verre qui conduit mieux la chaleur que le plastique, ce n’est pas très agréable. Autre petit point noir, l’emplacement du haut-parleur n’est pas optimal pour jouer. Dommage, car Modern Combat 5 utilise beaucoup la sortie audio pour vous donner vos instructions...

Wiko Highway 4G Modern Combat 5
Modern Combat 5

En vidéo, le chipset est capable de décoder les fichiers Full HD sans l’ombre d’un problème, que ce soit en MP4 ou en MKV. Attention, les formats audio AC3 et DTS ne sont pas pris en charge par le lecteur Android par défaut. De même pour les sous-titres encapsulés dans le MKV. Ici la séquence de Monsters & Cie est en version originale, et, normalement, sous-titrée. N’hésitez pas à aller en chercher un autre sur le Play Store, comme VLC.

Wiko Highway 4G video

Un résultat tout juste correct en photo

En photo, nous retrouvons la même interface que sur le Wax, laquelle diffère donc du premier Highway. Exit le menu sur le côté, vous avez accès ici à une interface assez simple avec quelques options réparties sur un arc de cercle. Glissez vers le haut ou le bas pour ouvrir et fermer les différents réglages. Balance des blancs, mode scène, correction d’exposition, HDR et géolocalisation : voici ce à quoi vous accédez.

Wiko Highway 4G application photo

Le résultat est globalement correct. Puisque le capteur est le même que celui du Highway original, nous avons essayé de changer les conditions de luminosité pour vous offrir un point de vue différent. En hiver, la fin de journée arrive assez tôt : l’occasion idéale de savoir comment le capteur gère cette ambiance mi-figue, mi-raisin. Et les couleurs sont plutôt bien respectées, même si la sensibilité ISO pixélise un peu trop le rendu final. Bref, ce capteur se comporte vraiment comme un milieu de gamme.

Wiko Highway 4G photo
Photo prise avec le Wiko Highway 4G

Un très bon modèle pour le catalogue Wiko...

En conclusion, le Highway 4G prend le meilleur du Wax et du Highway pour offrir un smartphone un peu nu au premier abord, mais largement capable de soutenir les différents usages actuels que vous pourriez attendre. Sans tomber dans l’extravagance de la 4K et du slow motion que personne n’utilise, Wiko parvient à offrir une plate-forme équilibrée. Et encore une fois, le choix du Tegra 4i est très malin. Nous ne pouvons qu’applaudir ce genre d’initiative, même s’il reste encore quelques optimisations à fournir.

Cependant, ce portrait très positif est largement biaisé, car il ne prend pas en compte la dimension économique. La différence entre le Wax et le Highway 4G est de 100 euros environ. Certes, il y a l’aspect premium du châssis, le métal sur les tranches, la seconde dalle de Gorilla 2 au dos et l’écran Full HD en plus d’une petite amélioration du chipset. Mais cela vaut-il vraiment cette majoration ? Dans l’absolu peut-être, car le gain est significatif. Mais en frôlant la barre des 300 euros, le Highway 4G ne se compare plus au Wax et toute la clique des smartphones sous Snapdragon 400.

... mais difficilement comparable à la concurrence chinoise

Il vient se frotter à toute la bande des puissants smartphones low-cost chinois : le Honor 6, le Meizu MX4 (dont le test est prévu la semaine prochaine) et le OnePlus One. Il vient même se confronter à des flagships comme le Xperia Z2 vendu entre 350 euros et 400 euros. Voilà pourquoi nous avons comparé les résultats des benchmarks du Highway 4G avec tous ces modèles durant le test. Et voilà pourquoi nous pensons que Wiko n’a pas réussi à nous convaincre autant qu’il avait réussi à le faire avec le Wax il y a 6 mois.

La note de LesMobiles.com

Wiko Highway 4G

Wiko Highway 4G
80%

4 / 5

Comparer les prix du Wiko Highway 4G

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer