SFR RED 30 Go = 10

Prise en main du Sony Xperia XA Ultra : de bonnes intentions, mais une ambition pas toujours assumée

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
Sony Xperia XA Ultra

Véritable successeur du Xperia C5 Ultra, le Xperia XA Ultra renouvelle l’offre phablette milieu de gamme de Sony. Mais contrairement à son ainé, ce nouveau modèle ne s’arrête pas aux beaux selfies. Il renforce aussi le capteur principal pour les amateurs de tous les portraits.

Dans la gamme 2016 de Sony, le Xperia X est une base autour de laquelle la firme japonaise a tenté d’adapter ses anciens segments. Le XA Ultra est un joyeux mélange de Xperia C5 Ultra, de Xperia X et de Xperia XA. La phablette emprunte en effet quelques caractéristiques à ces trois terminaux. Un écran par ici. Un capteur photo par là. Une plate-forme technique chez un autre encore. Le résultat dépasse ainsi le « simple » cadre de la gamme Ultra des origines : des grandes tablettes pas trop chères. Et c’est tant mieux.

Sony Xperia XA Ultra prise en main

Une évolution naturelle

Ce cadre, il avait déjà évolué. Avec le C5 Ultra, la gamme démontrait qu’il était possible d’être amateur d’autoportraits et de les voir sur un grand écran. Pourquoi pas ? Mais le XA Ultra va un peu plus loin en s’adressant à tous les photographes amateurs grâce à un équipement photographique amélioré. Voici les détails techniques suivis de nos premiers commentaires :

  • dimensions : 164 x 79 x 8,4 mm
  • poids : 202 grammes
  • ratio écran / taille : 76,6 %
  • écran IPS 1080p de 6 pouces (résolution de 367 pixels par pouce) avec verre antitraces et antirayures
  • chipset MediaTek Helio P10 octo-core Cortex-A53 cadencés jusqu’à 2 GHz.
  • GPU ARM Mali-820MP2
  • 3 Go de mémoire vive
  • 16 Go de stockage interne (extensibles par microSDXC)
  • batterie de 2700 mAh (non amovible)
  • compatible LTE catégorie 4, WiFi n, Bluetooth 4.1, GPS (Glonass), NFC, radio FM
  • capteur photo Exmor RS 21 mégapixels avec flash LED, autofocus à détection de phase, objectif G ouvrant à f/2.2, compatibilité Full HD en vidéo
  • webcam Exmor R 16 mégapixels, objectif ouvrant à f/2.0, autofocus, flash LED frontal et stabilisateur optique
  • Android 6.0 avec interface Xperia UI (mise à jour vers Nougat prévue)

Il y a trois bonnes surprises dans cette fiche technique. La première est la présence de 3 Go de mémoire vive pour épauler l’Helio P10. La seconde est l’intégration d’un capteur 21,5 mégapixels à l’arrière avec autofocus à détection de phase. La dernière est l’ajout d’un stabilisateur optique pour la webcam. En revanche, nous sommes étonnés de voir que la capacité de la batterie baisse significativement entre le C5 Ultra et le XA Ultra de 200 mAh, soit 9 %.

Un design marqué par Sony

Au-delà du simple aspect technologique, le XA Ultra diffère du C5 Ultra par un châssis qui répond au cahier des charges de la gamme X. Le XA Ultra est donc visuellement un Xperia XA beaucoup plus grand. Les tranches arrondies. Le verre 2.5D au-dessus de l’écran. L’emplacement des différents éléments techniques, comme l’appareil photo, le haut-parleur, l’écouteur téléphonique, les ports et les emplacements (microUSB, microSD, nano SIM, jack 3,5 mm, webcam), etc. Vous remarquerez cependant que la webcam est beaucoup plus imposante. Nous retrouvons aussi les bordures très fines autour de l’écran, mais c’était déjà le cas avec le C5 Ultra.

Sony Xperia XA Ultra prise en main

De ce dernier, il conserve aussi quelques caractéristiques physiques, notamment au niveau des matériaux. La coque est en polycarbonate. Deux des tranches seulement sont en métal (celles qui sont en contact avec les doigts, évidemment). Le Xperia XA Ultra est encore légèrement plus fin que le C5 Ultra et très légèrement moins haut. Il est en revanche plus épais et plus lourd de 15 grammes. Ce n’est pourtant pas la batterie qui joue en sa faveur, puisqu’elle est moins puissante. Selon nos constatations, le châssis semble plus épais et plus costaud encore. Remarquez enfin la forme du bouton d’allumage : il est rond, comme les anciens Xperia. Cela veut dire que le XA Ultra est dépourvu de lecteur d’empreinte.

La prise en main, même si elle ne change pas fondamentalement, est tout de même un peu moins agréable. Déjà, le C5 Ultra était massif et lourd. Le XA Ultra l’est encore plus. C’est là l’un de ses principaux points faibles. Heureusement, il y a des points forts et l’écran en est un. D’abord, grâce à un grand travail sur les bordures entamé il y a un an, la dalle prend encore un peu plus de place sur la façade avant. La résolution de l’écran est de 367 pixels par pouce, ce qui est bien suffisant au quotidien. Les photographes amateurs auraient certainement préféré une dalle un peu plus précise pour les retouches. Mais cela est bien suffisant pour regarder une vidéo et surfer sur Internet.

Sony Xperia XA Ultra prise en main

Une interface allégée

Le Xperia XA Ultra fonctionne sur Android, naturellement. La version installée, basée sur Android 6.0 Marshmallow avec Xperia UI, est la même que celle du Xperia XA et Xperia X. Nous retrouvons donc le widget What’s New qui a pourtant disparu avec les modèles de septembre 2016 (Xperia XZ et Xperia X Compact). Le Xperia XA a démarré sa commercialisation avant le Xperia XZ, ce qui explique ce décalage. Il est en revanche dommage de constater que Sony n’uniformise pas toutes ses plates-formes sous Marshmallow au fur et à mesure des nouveautés.

En revanche, le Xperia XA Ultra bénéficie du grand nettoyage des applications préinstallées. Nous y retrouvons NewsSuite, PlayStation, What’s New, Movie Creator, Dessin, Track ID, Xperia Lounge, Spotify (partenariat PlayStation Music), Facebook, Amazon, AVG, Swiftkey et la suite Google. C’est beaucoup mieux qu’avec la génération Z3 et même Z5. Il s’agit là d’un excellent compromis. D’autant que toutes les applications Sony sont accessibles depuis What’s New et le Play Store, si jamais il venait à vous manquer quelque chose.

Sony Xperia XA Ultra interface Sony Xperia XA Ultra interface Sony Xperia XA Ultra interface

La phablette de Sony s’est avérée, lors de notre prise en main, une bonne plate-forme multimédia, malgré trois petits soucis que vous rencontrez dans certains usages particuliers. D’abord, la batterie se vide rapidement si vous jouez avec le téléphone, mais offre une bonne autonomie si restez sur des usages généraux. Ensuite, toujours si vous êtes joueurs, l’Helio P10 n’est pas fait pour épauler vos loisirs vidéoludiques. Il s’agit d’une plate-forme milieu de gamme plutôt économique dédiée aux usages classiques (téléphonie, réseaux sociaux, surf, YouTube, messagerie, un peu de photo).

Dernier point, nous trouvons dommage qu’avec une telle taille d’écran, Sony n’y offre qu’un seul haut -parleur, lequel n’est même pas en façade, mais sur la tranche inférieure. Cependant, contrebalançons cette remarque : l’équipement s’avère puissant et offre un son globalement bon pour un système mono.

Sony Xperia XA Ultra interface Sony Xperia XA Ultra interface Sony Xperia XA Ultra interface

Passons aux bonnes nouvelles. La suite multimédia de Sony est toujours de très bonnes qualités et couvre tous les besoins nécessaires. L’application vidéo, notamment, décode bien les différents formats que vous pourriez être amenés à lui soumettre (avec quelques petites exceptions). L’application musicale, moins utile si vous êtes abonné à Spotify ou à une offre concurrente, est capable de se connecter à des appareils connectés à votre réseau local (un PC, une PlayStation 4, un disque dur multimédia, etc.) pour écouter des albums qui y sont stockés. La même fonction existe aussi pour les applications Album (photo) et Vidéo.

De bonnes photos, mais loin d'être parfaites

Enfin, le XA Ultra montre de belles qualités en photo, avec des clichés de bonne qualité au niveau des détails et un bon équilibre de la lumière. La webcam réalise également des clichés très précis (pour une webcam). Sans oublier l’intégration d’un mode expert pour les réglages, ce qui n’est pas courant sur le milieu de gamme économique. Cependant, compte tenu du passé de la gamme Ultra et vis-à-vis de la promesse de la fiche technique, nous en attendions un peu plus, aussi bien à l’arrière qu’à l’avant de l’appareil. Le capteur principal de 21 mégapixels manque généralement de luminosité et un stabilisateur, même électronique, n’aurait pas été du luxe compte tenu du poids de la phablette (qui n’est pas anodin). Quant au capteur 16 mégapixels, stabilisé lui (une excellente idée), est clairement sous exposé, ce qui a tendance à modifier les couleurs.

Sony Xperia XA Ultra photo
Photo réalisée avec le capteur principal du Xperia XA Ultra

Sony Xperia XA Ultra photo
Photo réalisée avec le capteur avant du Xperia XA Ultra

En conclusion de cette prise en main, le Xperia XA Ultra de Sony est une phablette qui ne manque pas d’intérêt et propose de vraies évolutions vis-à-vis du C5 Ultra. S’appuyant sur les acquis de la firme japonaise, ce smartphone est très cohérent dans la gamme Xperia telle qu’elle est définie aujourd’hui, mais aussi telle qu’elle est segmentée depuis plusieurs années. Il n’est cependant pas exempt de quelques reproches, même en photographie, ce qui devrait pourtant être l’un de ses points forts. Mais l’impression globale reste positive malgré tout, avec un prix inférieur à 400 euros hors subvention. Ce qui en fait un choix intéressant si vous souhaitez un smartphone à grand écran qui propose autre chose qu’un grand écran.

La note de LesMobiles.com

Sony Xperia XA Ultra

Sony Xperia XA Ultra
75%

3,8 / 5

Comparer les prix du Sony Xperia XA Ultra

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer