SFR RED 30 Go = 10

Test du Motorola Moto X (2e Gen.) : Le même... mais en mieux, beaucoup mieux même !

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
Motorola Moto X (2e Gen.)

Le premier Moto X n’a pas réussi à être le smartphone symbolique du retour de Motorola sur le devant de la scène après deux ans d’absence. Mais son successeur, présenté début septembre, a tout d’un grand. Il reprend les bonnes idées de la mouture précédente, mais adopte enfin une plate-forme digne de ce nom ! YES !

Depuis les premières rumeurs le concernant, le nouveau Moto X se présentait comme un véritable smartphone haut de gamme. Ambitieux. Séduisant. Interactif. Personnalisé. Et personnalisable, puisque Moto Maker allait enfin arriver en France. Bref, le Moto X, attendu l’année dernière mais finalement décevant, semblait vouloir revenir en 2014 rehaussé de quelques bonnes idées de la part de Motorola. Et plus le temps avançait, plus le portrait, dévoilé petit bout par petit bout, dévoilait un smartphone capable de nous toucher, au-delà des qualités techniques pures de sa plate-forme.

Motorola Moto X appli prise en main

Nous ne nous étions pas trompés. Car, autant vous le dire tout de suite, le nouveau Moto X mérite vraiment son statut de « porte-étendard », contrairement au Moto G testé dans nos colonnes le mois dernier. Tout au long de ce test, nous avons retrouvé certaines des sensations qui nous ont particulièrement séduits chez Motorola ces deux dernières années. Le tout servi par une plate-forme enfin digne de ce nom. Alors que le premier Moto X cherchait à nous faire croire qu’un coprocesseur dédié aux interactions contextuelles suffirait à donner l’illusion d’utiliser un mobile haut de gamme, son successeur fait tomber les masques.

Une fiche technique digne d'un... Nexus ?

Faisons donc le tour du propriétaire avant d’entrer dans le vif du sujet :

  • Android 4.4.4 KitKat avec Google Now Launcher
  • Écran Amoled Full HD de 5,2 pouces (résolution de 423 points par pouce) protégé par un verre Corning Gorilla 3
  • Processeur Snapdragon 801 cadencé à 2,5 GHz
  • 2 Go de mémoire vive
  • 16 Go de stockage interne (option 32 Go sur Moto Maker)
  • Batterie 2350 mAh inamovible
  • Capteur photo 13 mégapixels compatible 4K en vidéo, optique ouvrant à f/2.25, double flash annulaire
  • Deux haut-parleurs frontaux, un pour le multimédia, l’autre pour les appels
  • Résistance aux éclaboussures (sans indice IP)
  • Webcam 2 mégapixels compatible 1080p en vidéo
  • Connectivité 4G (catégorie 4), WiFi ac dual band, Bluetooth 4.0 LE, NFC
  • Épaisseur : de 3,8 mm à 9,9 mm
  • Poids : 144 grammes

Voici une fiche technique bien plus actuelle que le premier modèle du même nom, notamment au niveau de la résolution d’écran, du chipset et du capteur photo. Si le Moto X était un Nexus, il serait un Nexus 6 « mini ». Cette image est d’autant plus flagrante que les deux smartphones sont visuellement jumeaux (outre les dimensions) et adoptent certaines caractéristiques communes, comme les deux capteurs photo, la résistance aux éclaboussures ou le double haut-parleur en façade. De même, vous retrouvez dans le Moto X une configuration légèrement en dessous sur tous les points clés : chipset, RAM, ROM, taille d’écran, résolution, batterie, etc. Bref, le Moto X offre un excellent aperçu de ce que pourrait être le dernier né de Google et Motorola.

Motorola Moto X appli apn

Un air de famille avec le... Nexus 6

Le nouveau Moto X offre un design travaillé, basé sur les acquis du premier modèle. Les bordures bien rondes. Le dos bombé. Le logo concave à l’arrière. Tout fait évidemment penser à ce modèle sorti en France il y a à peine 8 mois. À l’avant, nous retrouvons un smartphone aux bordures plus fines, notamment sur les côtés et sur le haut, celle du bas ayant déjà été particulièrement rabotée par Motorola l’année dernière. Les boutons de navigation restent intégrés à l’interface et ne viennent pas « salir » ce beau design tout en simplicité. Et vous noterez l’arrivée des deux haut-parleurs frontaux. Une excellente initiative, en apparence seulement, comme nous le verrons.

Motorola Moto X appli faces

À l’arrière, nous retrouvons un dos très familier avec un logo concave, un capteur photo rond (ici entouré d’une bague où sont logées les deux diodes du flash) et cette courbure en haut si distinctive. Si l’année dernière, Moto Maker était indisponible en France, cette année, le service de personnalisation en ligne est bien là. La couleur du cercle entourant le logo, la couleur des haut-parleurs et naturellement la coque sont personnalisables. Pour cette dernière, vous choisissez la couleur, mais aussi le matériau. Notre modèle de test arborait un faux cuir du plus bel effet (meilleur que celui des Galaxy Note).

Motorola Moto X appli tranches

Les tranches sont cerclées de métal. Les seuls boutons matériels se trouvent à droite, avec le volume et la mise en veille. En bas, un port microUSB. En haut, le jack 3,5 mm et une trappe pour la carte SIM. Et rien d’autre : la classe. Avec de telles tranches, vous conviendrez que ce smartphone est bien plus ambitieux que ne le sont le nouveau Moto G et l’ancien Moto X. Avec un petit bémol. Design unibody et absence de port d’extension mémoire : Motorola a choisi ici une combinaison peu évolutive. Sachez que l’option 32 Go coûte 50 euros sur Moto Maker (un prix dans la moyenne du marché, Apple facturant une centaine d’euros pour 64 Go). Cette option n’est pas proposée chez les opérateurs ou les distributeurs.

Motorola Moto X 2e Gen connectique

Une prise en main et un écran vraiment haut de gamme

La prise en main du smartphone est légèrement différente du premier Moto X compte tenu de la différence de taille entre les deux. Cependant, comme le design et la position des boutons restent les mêmes, nous sommes en terrain quasi conquis. Sous les doigts, le smartphone est très agréable et offre une impression de solidité. Le matériau de notre unité de test, associé au verre renforcé Gorilla Glass et aux tranches en métal, le tout rassemblé dans un châssis qui épouse agréablement la main, offre une préhension plus naturelle et plus assurée que d’autres smartphones haut de gamme, comme le One (M8) ou le Xperia Z3. Certes, le faux cuir est placébo. Mais l’impression est bonne.

Motorola Moto X appli ecran

Nous avons souvent loué les avantages d’une dalle Gorilla 3 dans les smartphones haut de gamme. Et une fois encore, nous avons été bluffés par la glisse de cette dalle sous les doigts. Pas un moment de frottement trop appuyé, pas une sollicitation digitale incomprise : un vrai régal qui participe évidemment à l’impression de fluidité de l’ensemble. Et cela vient s’ajouter aux autres qualités de cette dalle AMOLED dont les couleurs pulsent littéralement devant les yeux. Le smartphone a tendance, comme toutes les dalles AMOLED (ce que Samsung a réussi à corriger depuis avec le Super Amoled HD), à afficher des couleurs trop vibrantes. Mais cette dalle est lumineuse, bien ouverte sur les côtés, avec un contraste et un piqué marqués.

L'expérience Nexus, la touche « Moto » en plus

Une fois le smartphone allumé, nous nous retrouvons face à une interface bien connue, celle du Moto X, mais aussi celle du Nexus 6, voire même celle du Nexus 5. Bref : Android « stock » habillé du lanceur d’application Google Now Launcher. Quel plaisir de retrouver cette interface fluide, intelligente, débarrassée de nombreux ajouts parfois inutiles liés aux surcouches constructeurs ! Sur le panneau central, un dossier avec toutes les applications Google. À gauche, le panneau Google Now (également accessible avec un appui long sur la touche de navigation centrale). Et vos applications à droite, sur un panneau qui se crée automatiquement après le téléchargement de votre premier logiciel sur le Play Store.

Motorola Moto X interface Motorola Moto X interface Motorola Moto X interface
Les trois écrans du bureau positionnés comme dans le Moto X

Motorola Moto X interface Motorola Moto X interface
Menu des applications et paramétrage rapide du lanceur Google Now Launcher
 

Parmi les ajouts de Motorola, les habituelles applications Moto Migrate, Moto Help et l’assistance Moto pour la configuration de l’assistance vocale. Mais nous avons rarement vu une interface Android aussi « vide ». Pour le test de ce Moto X, et pour faire la distinction avec le test du Moto G (2e Gen.), nous nous sommes concentrés sur la gestuelle et l’assistance vocale, qui sont toutes deux des apports Motorola introduit avec le premier Moto X et réintroduit ici. Pour résumer, le smartphone est actif quasiment tout le temps. Il est capable de répondre aux sollicitations grâce à une phrase clé, ici « Hello Moto X » (mais vous avez le choix). Une fois cela fait, il vous suffit de commencer avec elle chacune de vos sollicitations vocales. « Hello Moto X, quel temps fait-il aujourd’hui ? ».

Motorola Moto X appli vocale Motorola Moto X appli vocale Motorola Moto X appli vocale
Paramétrage de l'assistant vocal

Si vous recevez une notification, le Moto X n’allume pas l’écran de verrouillage. Il active un écran intermédiaire monochrome affichant l’icône correspondant à l’application notifiée. Vous appuyez dessus pour afficher le début de la notification. Si cela vous intéresse, vous glissez vers le haut pour débloquer le mobile et basculer vers l’application. Sinon vous relâchez. Pratique. Également, si le mobile fait du bruit, passez la main par dessus pour l’arrêter. Un geste que nous avons également vu chez Samsung ou LG.

Motorola Moto X appli motorola Motorola Moto X appli motorola
Motorola Connect à gauche et un nouveau mode dans Galerie

Motorola Connect
Motorola Connect sur Chrome

 

Le Moto X propose également d’autres petites fonctionnalités très actuelles. Tap And Pay, par exemple, pour payer vos courses sur un terminal de paiement NFC. La carte bancaire utilisée est celle enregistrée sur votre compte Play Store. Ou encore Motorola Connect qui fonctionne en corrélation avec une application Google Chrome (donc compatible Mac et PC). Elle sert à recevoir dans votre navigateur toutes les notifications de votre mobile, ou encore à envoyer et recevoir des SMS depuis un ordinateur. Vous avez également accès à quelques informations comme le niveau de la batterie et la force du signal réseau, sans le sortir de votre poche. Ca ne vous rappelle pas Continuity ? Bah, si !

Un smartphone qui supporte les taquineries

Jouer avec le smartphone est une vraie partie de plaisir. Lui demander tout et n’importe quoi, pour un oui ou pour un non : voilà de quoi créer un lien d’attachement. L’association entre Google Now et l’assistance vocale toujours active est fraîche et fonctionne bien, malgré une petite latence de temps en temps, notamment quand il ne s’agit pas d’une commande vocale prédéfinie. Le Moto X est agréable à utiliser et sa navigation est fluide. Cette impression de légèreté se confirme dans les benchmarks. Le smartphone atteint 44 462 points sur AnTuTu, soit un score excellent, comparable à celui du Z3 Compact testé en fin de semaine dernière. Sur 3DMark (Ice Storm Unlimited), il obtient là encore une note à la hauteur des attentes : 19 865 points, soit à peu près autant que le OnePlus One, le Galaxy Alpha ou le Galaxy Note 4.

Motorola Moto X appli antutu Motorola Moto X appli antutu Motorola Moto X appli antutu
Résultats du Moto X 2e Gen. sur Antutu et 3DMark

Et cela se ressent évidemment dans tous les usages multimédias. Qu’il s’agisse du jeu vidéo, ici avec Dead Trigger 2  dans sa configuration la plus élevée, ou dans la lecture de vidéo Full HD. Inutile de vous dire que tout passe. Reste à changer le lecteur vidéo pour profiter vraiment de cette puissance d’affichage et de ce bel écran, car le lecteur par défaut manque cruellement de panache (pas de sous-titres, des codecs non pris en charge, aucune option de visualisation). Nous avons été un peu déçus de constater qu’un seul des haut-parleurs frontaux sert en multimédia. L’intérêt aurait été d’avoir un son en stéréo. C’est dommage. Nous attendons de tester le Nexus 6 pour savoir si c’est également le cas avec lui.

Motorola Moto X appli jeu
Motorola Moto X appli spotlight
Motorola Moto X appli video
De haut en bas : Dead Trigger 2, Spotlight et Google Vidéo

Une partie photo toujours à retravailler

Pour la photo, nous retrouvons la même interface que sur le Moto G 2e génération. Et des sensations quasiment identiques. L’application photographique propose un menu circulaire sur le côté gauche pour accéder aux différents réglages, lesquelles sont toujours aussi peu nombreux. Pas de touche virtuelle ici pour déclencher la prise de vue : vous appuyez là où la mise au point doit se faire et le déclenchement est automatique. Motorola mise ici plus sur l’instantanéité que la précision.

Motorola Moto X appli photo

Et c’est d’ailleurs dommage, car, à cette vitesse, le capteur (certainement signé Sony comme sur le Nexus 6) ne parvient pas à équilibrer les zones d’ombres et les zones lumineuses de la scène. Le capteur aura d’ailleurs tendance à sacrifier du détail dans les premières pour ne pas brûler la scène avec les secondes. Ce qui a une conséquence sur la colorimétrie, un peu plus chaude et un peu plus sombre que la normale. Cependant, le grain des photos est fin et le contraste est bon. Vous apercevez nettement les nuages dans le ciel parisien, bien dégagé après une grosse averse. Si vous avez un peu de temps, les outils d’édition d’Android vous aideront à améliorer les clichés. Et si vous vous posez encore la question, le double flash n’est pas si efficace que cela... Mais il est beau dans ce contour, c’est déjà ça.

Motorola Moto X appli photo
Photo prise avec le Moto X 2e Gen.

Le prix à payer pour un smartphone qui vous connaît ?

En conclusion, le Moto X est clairement le juste milieu entre le Nexus 5 et le Nexus 6, le premier Moto X étant loin derrière. Tout ce que Motorola a apporté pour faciliter la vie de l’usager, sans l’alourdir inutilement (comme pourrait le faire un Samsung, notamment), se retrouve concentré dans ce châssis unibody à la superbe construction. Et l’expérience est plutôt bonne. Très bonne même.

Bien sûr, la photo, les haut-parleurs, la petite taille de la batterie, l’absence de support microSD sont quelques-uns de nos regrets. Sans parler du fait qu’il coûte 540 euros (hors subvention), soit un prix finalement très (trop?) proche du Nexus 6 qui supporte une plate-forme encore meilleure. Cependant, il y a une sorte de relation étonnante qui se crée entre ce smartphone et vous. Il vous connaît. Il répond à vos questions. Il vous parle. En quelques jours d’utilisation, nous avons aimé le taquiner, faire des expériences et lui faire dire des bêtises. Le Moto X peut-il devenir votre ami imaginaire ? Non. Mais VOTRE compagnon nomade ? Clairement. Et ça vaut bien un petit surcoût.

La note de LesMobiles.com

Motorola Moto X (2e Gen.)

Motorola Moto X (2e Gen.)
80%

4 / 5

Comparer les prix du Motorola Moto X (2e Gen.)

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer