HUAWEI MATE 10 PRO HUAWEI MATE 10 PRO
HUAWEI MATE 10 PRO

La guerre des moteurs de recherche reprendra en 2015

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
yahoo

C’est un moment historique qui se jouera en 2015 : le partenariat entre Apple et Google autour du moteur de recherche par défaut de Safari Mobile va prendre fin. Microsoft, mais surtout Yahoo, se presse au portillon pour que la firme de Cupertino ne le renouvelle pas.

Yahoo, Microsoft et Google sont les trois principaux éditeurs de moteur de recherche. Ils ont chacun leur propre service concurrent. Et, nous le savons bien, Google est largement en tête, autant en terme de partenariat qu’en terme de revenus publicitaires. Si Microsoft, avec Bing, a réussi à raccourcir doucement le fossé qui le sépare de Google, Yahoo est cependant toujours un peu à la traîne.

Il faut dire que l’entreprise ne compte pas sur un accord avec un OS mobile majeur. Il n’est ni le moteur de recherche par défaut de Safari Mobile sur iOS, ni celui d’Internet Explorer sur Windows Phone et encore moins celui de Chrome sur Android. Et même si Yahoo a remporté une petite victoire face à Google en remplaçant ce dernier en tant que moteur de recherche par défaut dans Mozilla Firefox, ce n’est qu’une petite victoire qui n’aura pas d’incidence véritable sur les revenus de l’entreprise.

Un contrat juteux à renouveler en 2015

Cependant Yahoo, comme Microsoft, a peut-être une carte à jouer dans les prochains mois. En effet, un contrat qui lie Apple à Google va prendre fin en 2015 : celui du moteur de recherche par défaut dans Safari Mobile. Une place que Marissa Meyer, la patronne de Yahoo, convoite depuis longtemps. Souvenez-vous, en avril dernier, nous rapportions dans nos colonnes que Marissa Meyer campait dans les couloirs de Cupertino pour convaincre Jony Ive et Eddy Cue de la pertinence de son offre.

Or, depuis toujours Eddy Cue refusait de délaisser Google Search. Pourquoi ? Parce que le moteur de Mountain View était de loin le meilleur. Et le patron des services en ligne chez Apple a toujours « privilégié les consommateurs », quitte à signer un pacte avec l’ennemi. Cependant, le timing pourrait être bon, aussi bien pour Yahoo que Microsoft, qui convoite également la place de moteur par défaut. Apple se désengage progressivement de l’ensemble des accords qui le liait à Google, et cela pourrait bien continuer. Après YouTube et Maps, le tour de Search pourrait bien arriver. Selon un article paru hier sur le site The Information, l’idée aurait germé chez Apple, mais la firme hésiterait encore à franchir le pas. Un indice montre l’existence de cette possibilité : le moteur de recherche derrière Siri n’est pas Google, mais Bing.

Cela donne évidemment un avantage à Microsoft, vis-à-vis de Yahoo qui propose toujours les services boursiers et la météo d’iOS, mais ne parvient pas à conclure un accord plus constructif. D’autant qu’Apple gagnerait certainement à s’associer à une entreprise qui n’est pas vraiment en concurrence frontale. Yahoo le sait. Et c’est l’un de ses arguments.

Moteur par défaut : un vrai générateur de trafic

Si Marissa Meyer remporte la donne, qu’obtiendra-t-elle ? Son moteur devient celui par défaut de Safari Mobile (c'est-à-dire le navigateur Web par défaut de l'iPhone et de l'iPad). Cela veut dire que, si vous ne changez pas le paramètre réglé par défaut (Yahoo étant déjà présent dans la liste des moteurs supportés, tout comme Bing), toutes vos recherches Web (de même pour les liens commerciaux) proviendront de Yahoo.

Aujourd’hui, rares sont les personnes à changer le moteur par défaut, par laxisme ou par envie de rester avec Google. Si demain Yahoo remplace Google, certains usagers changeront le nouveau réglage par défaut (pour revenir dans le giron de Google), tandis que tous les autres (et ce n’est pas négligeable compte tenu du nombre d’appareils sous iOS en circulation) resteront avec Yahoo. Ce qui augmentera considérablement l’audience et les revenus de ce dernier.

Google ne serait-il pas lui aussi intéressé ?

Un avantage considérable pour lequel Google était prêt à mettre le prix : 1 milliard de dollars par an. Et pour lequel il pourrait lui aussi être intéressé de renouveler. Car si Microsoft et Yahoo se battent pour remplacer Google, rien ne dit que celui-ci ne posera pas sur la table des arguments qui sauront convaincre Apple. Cela pourrait donc se jouer non plus sur le service, mais sur une question « bassement » économique. Réponse dans quelques mois.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer