Test du Sony Xperia X : milieu de gamme premium, mais pas haut de gamme

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
Sony Xperia X

Le Xperia X est, théoriquement, le remplaçant du Xperia Z5. S’il en reprend quelques qualités ergonomiques et techniques, il voit cependant sa plate-forme baisser d’un cran, ne jouissant pas du meilleur chipset Qualcomm. Un choix presque incompréhensible. Presque.

En février dernier, Sony a surpris beaucoup d’observateurs de la téléphonie mobile en dévoilant trois smartphones, Xperia X, Xperia XA et Xperia X Performance, lesquels représentaient le premier pas de la nouvelle stratégie de sa division mobile. Ciblant trois segments de marché, le milieu de gamme, le premium abordable et le haut de gamme, ces trois terminaux ne dénotent cependant pas du catalogue 2015 de la marque japonaise. Le design omnibalance corrigé du Xperia Z5 sert de base aux Xperia X. Les amateurs ne sont donc pas déboussolés.

Sony Xperia X prise en main

Pas tout à fait haut de gamme

Ils le seront certainement davantage en parcourant les détails de la fiche technique puisqu’il n’y est pas fait mention de l’actuel chipset haut de gamme de Qualcomm, mais d’un exemplaire de son offre milieu de gamme. Et le reste de la fiche, que vous pouvez retrouver ci-dessous, répond à cette même tendance. Si bien que ce nouveau « porte-étendard » de Sony, vendu quand même 599 euros, ressemble davantage à un Xperia M6 qu’à un Xperia Z6. Jugez donc par vous même :

  • dimensions : 142,7 x 69,4 x 7,9 mm
  • poids : 153 grammes
  • ratio écran / taille : 69,6 %
  • écran Triluminos 1080p de 5 pouces (résolution de 441 pixels par pouce) avec verre antitraces et antirayures
  • chipset Snapdragon 650 de Qualcomm avec deux coeurs Cortex-A72 cadencés à 1,8 GHz et quatre coeurs Cortex-A53 cadencés à 1,4 GHz.
  • GPU Adreno 510
  • 3 Go de mémoire vive au format LPDDR3
  • 32 Go de stockage interne (extensibles par microSDXC)
  • batterie de 2620 mAh (non amovible) compatible Quick Charge 2.0
  • compatible LTE catégorie 6, WiFi ac MiMo, Bluetooth 4.2, GPS (Glonass), NFC, DLNA, radio FM
  • chipset audio ClearAudio+, double haut-parleur frontal stéréo
  • lecteur d’empreinte digitale
  • capteur photo Exmor RS 23 mégapixels avec LED, autofocus à détection de phase, objectif G grand-angles 24 mm ouvrant à f/2.0, compatibilité 4K en vidéo
  • webcam Exmor R 13 mégapixels, objectif 22 mm ouvrant à f/2.0, compatible 1080p en vidéo
  • Android 6.0 avec interface Xperia UI

Sony Xperia X prise en main

Avec cette largeur de gamme dans la série X, il n’est pas étonnant de retrouver des produits très différents. Cependant, Sony nous avait jusqu’ici habitués à une offre résolument premium, même si cela se traduit par une hausse du prix. Ici, il s’agit simplement d’une version actualisée du Xperia M5, certes convaincante, mais vendue 399 euros au lancement. Les différences  ? Un Snapdragon 650 et non un Helio X10. Deux fois plus de stockage. Une connectivité légèrement meilleure. Un capteur photo plus récent, mais très proche. Vous comprenez donc notre surprise.

Un design typique de Sony

Ergonomiquement, nous retrouvons dans le Xperia X tout ce que nous aimons chez Sony Mobile. Le design Omnibalance revu et corrigé depuis le Xperia Z5 avec le bouton d’alimentation qui devient plus long pour intégrer le lecteur d’empreinte digitale. Ce dernier est d’ailleurs légèrement plus enfoncé dans le cadre métallique. Vous devrez vous habituer à prendre le mobile d’une façon à ce que votre pouce soit bien parallèle à la tranche. Sinon, il est plus difficile de déverrouiller le mobile. Cela sous-entend aussi que vous ne pouvez débloquer le Xperia X que de la main droite (avec le majeur de la main gauche, la reconnaissance est moins pertinente).

Sony Xperia X prise en main

Comme avec le Xperia Z5, nous retrouvons avec plaisir le déclencheur mécanique pour l’appareil photo. À ces côtés, toujours un peu trop bas à notre goût, se trouvent les contrôles du volume. Pour finir avec la description des côtés du téléphone (dont la partie couvrant la tranche inférieure semble être en plastique), nous retrouvons en bas un port microUSB (et non Type-C réversible), en haut le port jack 3,5 mm et à gauche le tiroir pour la SIM (pas de dual SIM) et la microSDXC. Notez que l’extraction du tiroir est impossible à chaud : le mobile redémarre automatiquement si vous l’enlevez. C’est dommage, car l’accès à la carte mémoire nécessite donc de rebooter le téléphone.

Sony Xperia X prise en main

À l’avant, nous retrouvons une dalle de 5 pouces comparable à celle du Xperia M5. Les bordures sont très légèrement plus fines autour de cet écran. L’emplacement des capteurs et des éléments techniques est similaire aux habitudes de la marque. Les haut-parleurs situés autour de l’écran sont bien visibles, comme sur le Xperia X Performance, et non plus cachés dans l’interstice entre la dalle tactile et le contour métallique (comme c’est le cas avec le Z5, le XA, le XA Ultra ou le E5... Comprenez ce que vous pourrez).

Sony Xperia X prise en main

À l’arrière, nous retrouvons une dalle en aluminium anodisé et une configuration similaire à celle du Z5 : capteur dans le coin supérieur gauche souligné d’un flash. Deux détails à signaler ici : contrairement aux habitudes de Sony, le port NFC n’est plus placé derrière, au-dessus du logo de la marque, mais à l’avant, à gauche de la webcam. Et le nom Sony cède sa place à Xperia. C’est évidemment un changement symbolique, la griffe du constructeur étant conservé au-dessus de l’écran.

Etanche ou non ?

Officiellement, le Xperia X n’est pas étanche, mais tout porte à croire que le mobile est capable de supporter quelques éclaboussures ou une petite douche printanière. L’ergonomie et la construction du téléphone sont dignes de la firme japonaise, même si, une fois encore, nous ne sommes pas particulièrement fans du placement du contrôle du volume qui devrait, selon nous, être accessible avec le pouce qui sert à déverrouiller le terminal.

Sony Xperia X prise en main

L’écran quant à lui est une réalisation dans la lignée des Xperia M et Xperia Z. L’écran Full HD offre des contrastes profonds, des couleurs franches et une luminosité plus que correcte. Les angles de vision sont également bien ouverts, un détail qui a été amélioré vis-à-vis des précédents modèles de la marque. La protection qui recouvre l’écran tactile est identique à celle du Xperia Z5. Elle évite les traces de doigts et les rayures. Mais elle n’offre pas la même glisse sous les doigts qu’un verre Gorilla Glass.

Sony Xperia X prise en main

Réorganisation de la surcouche

En le mettant sous tension, le Xperia X affiche Android 6.0 Marshmallow affublé de la nouvelle interface Xperia UI. Il s’agit du premier modèle sous cette version de l’OS. Explorons donc ensemble les quelques changements apportés à l’interface. Nous avons évoqué ces changements dans un article datant d’avril dernier. Les voici en vrai. Et le résultat est presque à la hauteur des attentes et des promesses, puisque l’ensemble se rapproche davantage de l’effet d’une simple surcouche cosmétique et moins d’une ROM customisée. Tout d’abord, vous aurez remarqué que l’interface présentée par Sony sur l’écran principal est moins chargée que les précédentes. Les icônes des applications maison ont également légèrement changé (avec des designs plus en rondeur).

Sony Xperia X interface Sony Xperia X interface Sony Xperia X interface

Cela se traduit, à l’écran d’accueil, par la disparition de ce widget massif dédié à What’s New. Il se trouve désormais sur le panneau latéral de gauche. Les applications multimédias (Musique, Album, Vidéo, et PlayStation) ont également été déportées sur un panneau latéral, celui de droite. Restent au centre un widget horloge, les applications liées au téléphone, un navigateur Web, le Play Store et le dossier Google. Les visuels des dossiers et des applications sont désormais plus ronds et plus simples, avec un blanc omniprésent et habillé d’une couleur monochrome. Une évolution qui touche aussi certains menus, comme celui des paramètres.

Sony Xperia X interface Sony Xperia X interface

Certaines applications maison ont également été supprimées pour laisser plus de place à la personnalisation. Comparable à Samsug Apps, mais également à iTunes (car la place de marché propose aussi des films, de la musique, des livres audio), What’s New conserve son rôle de place de marché marketing où les utilisateurs retrouvent les logiciels développés par Sony, mais aussi d’autres produits liés à des accords commerciaux. Shop Heroes, un jeu où vous êtes les propriétaires d’une échoppe dédiée aux aventuriers typés « heroic fantasy », en est un exemple parmi d’autres.

Un système d'exploitation qui reste lourd

Malgré la disparition de certaines applications maison, la nouvelle interface Xperia n’est pas beaucoup plus légère que la précédente. Android pèse 9,4 Go sur le Xperia Z5 et 11,75 Go sur le Xperia X. Un système donc plus lourd, plus exigent pour le système. La présence des outils de gestion avancés (Stamina mode, Nettoyeur intelligent, etc.) permet de contrebalancer une partie de cette lourdeur, naturellement. Cependant, malgré la puissance des quatre coeurs Cortex-A72 du Snapdragon 652, le Xperia X n’offre pas la réactivité d’un HTC 10 ou LG G5, tous deux équipés d’un Snapdragon 820.

Sony Xperia X interface Sony Xperia X interface Sony Xperia X interface

Cela se traduit dans les différents benchmarks utilisés régulièrement dans nos colonnes par des scores plutôt bons, mais pas à la hauteur d’un flagship haut de gamme, que ce soit vis-à-vis des standards de 2016 ou des standards de Sony. Nous comparerons les scores du Xperia X avec ceux du Xperia Z5, pour des raisons évidentes, ainsi que quelques concurrents chinois (Meizu, Huawei). Nous ne les comparerons pas avec les HTC 10 et LG G5 : ces deux derniers se positionnent largement au-dessus.

Sony Xperia X performance Sony Xperia X performance Sony Xperia X performance

Commençons avec AnTuTu v6 : il obtient avec le Snapdragon 652, un écran Full HD et 3 Go de RAM, 77568 points. Un score qui le positionne quelques milliers de points en dessous du Xperia Z5, du Huawei P9 ou du Meizu Pro 6. Comme attendu, le SD652 est moins puissant que le SD810. Il est aussi en retrait face aux Kirin 950/955 de HiSilicon et au MT6797 de MediaTek. Sur Basemark OS II, il obtient 1555 points. Encore une fois, il est derrière les Kirin (sans parler du SD810), mais devant l’octo-core haut de gamme de MediaTek.

Sony Xperia X performance Sony Xperia X performance Sony Xperia X performance

Côté graphisme, il obtient 24707 points sur Basemark X, ce qui est score très honorable (au-dessus des Kirin et des MediaTek), mais derrière les Snapdragon. Sur 3DMark, il atteint les 17499 points sur Icestorm Unlimited, 1361 points à Slingshot ES 3.0 (Full HD) et 864 points sur Slingshot ES 3.1 (Quad HD). Ce sont des scores bien inférieurs au Xperia Z5 et proches des Snapdragon 808, Helio X25 et des Kirin.

Sony Xperia X performance

Une bonne plate-forme multimédia

À l’usage, vous ne ressentirez pas cette gêne sous-jacente, parce que le Snapdragon 652 est tout de même un excellent chipset milieu de gamme. Cependant, pour arriver au même résultat qu’un Snapdragon 810 (et son puissant GPU), les quatre coeurs Cortex-A72 auront tendance à chauffer légèrement plus et à réduire l’autonomie du mobile, laquelle est par ailleurs limitée par une batterie de 2650 mAh seulement (contre 3000 mAh dans la majorité des flagships actuels). Le jeu vidéo est naturellement un usage qui accentue encore ce déséquilibre. Avec Dead Trigger 2, le Xperia X est resté fluide en toute occasion, mais a eu aussi un petit peu chaud. Rien d’inhabituel ou de désagréable, cependant.

Sony Xperia X multimedia

En vidéo, le smartphone s’en tire beaucoup mieux, grâce à l’excellente application vidéo de Sony, au bel écran Full HD et à une certaine aisance. Les haut-parleurs frontaux montrent là encore leur intérêt : propulser un son stéréo vers l’utilisateur et non dans une autre direction, limitant la déperdition. Nous aurions aimé avoir davantage que 32 Go de stockage interne pour profiter pleinement du lecteur vidéo, la HD (en 720p ou en 1080p) étant gourmande en espace. Le port microSD contrebalance, bien sûr, mais au prix d’une carte mémoire...

Sony Xperia X multimedia

Un stabilisateur optique qui brille par son absence

La photo, enfin, est certainement l’usage où le Xperia X a une carte à jouer face à la concurrence, même face à leurs modèles haut de gamme. Car le capteur 23 mégapixels, qui équipe le smartphone et qui est associé à une optique G très lumineuse à un coprocesseur d’image Bionz efficace, révèle d’excellentes qualités visuelles.  Les photos sont très lumineuses, très équilibrées, avec de belles couleurs dans le ciel et des ruelles en contrebas parfaitement visibles. En outre l’application photo qui accompagne le capteur est toujours aussi riche en fonctionnalités.

Sony Xperia X multimedia

Nous nous attendions cependant à un résultat avec plus de piqué et de contraste. Les couleurs ne vibrent pas et quelques flous apparaissent ici et là. L’absence de stabilisateur optique se fait évidemment ressentir, d’autant plus avec un capteur aussi précis où les photorécepteurs ont besoin d’un peu plus de temps pour capter assez de lumière et produire une photo lumineuse. Le bouton mécanique dédié à la photographie est une excellente idée pour contrebalancer en partie cette absence.

Sony Xperia X multimedia

Davantage un Xperia M qu'un Xperia Z

En conclusion, le Xperia X se révèle davantage un excellent remplaçant de la série M que de la série Z. Le positionnement de sa plate-forme technique, son prix (sous la barre des 600 euros, ce qui est inhabituel pour un Xperia haut de gamme), l’absence de certains composants clés (stabilisateur optique, batterie 3000 mAh, châssis certifié étanche, etc.), ses performances, tout concourt à donner l’impression que Sony cible davantage Huawei avec son P9 que Samsung avec le Galaxy S7. 

Et c’est certainement pour cela que le Xperia X Performance existe : pour aller concurrencer les modèles que le Xperia X est incapable d’aller chercher. Car, soyons honnêtes : contrairement au Xperia Z5, véritable concurrent du Galaxy S6, le Xperia X ne peut affronter le Galaxy S7, même 100 euros moins cher. Faut-il donc se détourner du Xperia X pour autant ? Non. Si vous n’avez pas le budget pour un Galaxy S7 (ou Xperia X Performance), mais que le Huawei P9 vous a convaincu, peut-être que ce modèle « milieu de gamme premium » pourrait également combler vos désirs, la « Sony-touch » en plus.

Notez qu’entre la rédaction de ce test, dans le courant du mois d’août 2016 et sa publication, en septembre 2016, Sony a présenté le Xperia XZ, véritable successeur du Xperia Z5. Celui-ci confirme entièrement notre avis sur ce Xperia X.
 

La note de LesMobiles.com

Sony Xperia X

Sony Xperia X
75%

3,8 / 5

Partagez cet article

Comparer les prix du Sony Xperia X

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer