SFR RED 50 Go + Netflix = 20

Windows Phone dépasse BlackBerry OS, mais veut mieux faire

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
windows phone 8

En mai dernier, Windows Phone a pris la troisième position des OS mobiles, chipant la place à BlackBerry. Mais cela ne suffit pas au géant de Redmond qui vise déjà la seconde place, comme il l’explique dans une interview à The Verge.

Nous avons relayé plusieurs études sur le marché des mobiles et des smartphones ces dernières semaines. Toutes s’accordent à dire que Google continue sa course en tête des systèmes d’exploitation, suivi par Apple et… Microsoft. Car, de fait, Windows Phone est depuis le mois de mai le second dauphin d’Android, encore loin derrière iOS, lequel recule inlassablement depuis quelques mois. La progression de Microsoft dans la mobilité en ce début d’année est fulgurante, doublant sa part de marché par rapport à l’année dernière. Dans une interview accordée à The Verge à l’occasion de la conférence des développeurs de Mocrosoft, Larry Lieberman, directeur des produits Windows Phone chez l’éditeur, confirme cette impression de montée en puissance, même si, dans les chiffres, son écosystème ne pèse pas encore 10 % de part de marché.

Dans cette interview, deux signaux sont assez forts. D’une part, la volonté de Microsoft de s’adresser à l’ensemble des utilisateurs, avec des produits non plus uniquement  haut et cœur de gamme pour garantir une conformité dans l’expérience utilisateur, mais également entrée de gamme, financièrement accessibles à tous, grâce à des composants moins chers. Et d’autre part, l’ambition d’aller chercher une seconde place, celle d’Apple. Rien n’est encore fait, mais les chiffres vont en faveur de Microsoft. « Windows Phone croît plus rapidement que n’importe qui d’autre actuellement », lâche Larry Lieberman. Et c’est vrai

Et BlackBerry dans tout ça ? Le désormais quatrième OS n’est pratiquement pas évoqué dans l’interview. Larry Lieberman lâche un commentaire assez dur sur l’équipementier canadien. « Je ne les pense pas capables d’apporter certaines de nos fonctionnalités », confie-t-il. Voilà qui ne laisse pas de place à une once de générosité. Pas de regard non plus pour Nokia qui n’est pas cité par le responsable de Microsoft, préférant penser que tout cela, c’est d’abord grâce à l’OS. Or c’est aussi grâce au dynamisme du constructeur finlandais que les chiffres sont aussi bons.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer