Apple obtient un brevet alliant saphir synthétique et châssis métallique

Par Samir Azzemou

apple

Six ans après avoir été déposé, l’USPTO vient de valider un brevet d’Apple sur la fabrication d’un châssis à partir d’un verre en saphir synthétique encastré dans du métal liquide. Un document qui sonne curieusement à nos oreilles.

C’est presque comme par magie qu’Apple a été gratifié d’un nouveau brevet validé par l’office américain dédié, l’USPTO. Par magie, car ce brevet tombe véritablement à pic compte tenu de certaines fuites en provenance de Cupertino. Ce brevet a été validé hier, presque six ans après avoir été déposé initialement (le 11 juillet 2008). Si ça, ce n’est pas de la magie, qu’est-ce que c’est ?

Brevet Apple sur le saphir et Liquidmetal

Un brevet incorporant du saphir synthétique

Ce brevet mixe ensemble deux technologies très en vogue actuellement dans les rumeurs concernant Apple. La première est le saphir synthétique. Ce matériau, qui protège déjà le bouton « home » avec lecteur d’empreinte et l’optique de l’APN de l’iPhone 5S, est supposé protéger un futur iPhone, remplaçant le verre renforcé actuel.

Bien sûr, l’usage du saphir est cher, mais Apple a créé une usine dédiée en Arizona il y a quelques mois. Et il s’agirait aussi d’utiliser l’investissement d’un demi-milliard de dollars placé dans la création de cette usine en partenariat avec GT Advanced Technologies.

Rappelons également que ce brevet est à rapprocher d’un autre acquis par Apple en mars dernier. Celui-ci concerne une méthodologie pour rendre oléophobiques les écrans en saphir synthétique. C’est-à-dire protégés contre les traces de doigts... Les pièces du puzzle semblent s’emboîter parfaitement.

Un brevet qui rendrait utile la licence exclusive de Liquidmetal

La seconde composante de ce brevet est le métal liquide. Depuis 2010, Apple dispose d’une licence d’exploitation exclusive d’une technique développée par l’entreprise Liquidmetal Technologies. Grâce à celle-ci, il est possible de verser un alliage de métal dans un moule afin de créer des châssis d’une seule pièce. L’alliage créé par Liquidmetal est, selon la société, deux fois plus dure que le Titane et le processus offre une précision d’une grande finesse.

Il y a une semaine seulement, Apple renouvelait son contrat d’exclusivité avec Liquidmetal Technologies, relançant alors les spéculations sur l’inclusion de l’alliage métallique dans le processus de création d’un futur iPhone. Aujourd’hui, ce brevet n’est utilisé par Apple que pour la conception de certaines pièces, et non pas pour le châssis.

Un châssis en métal coulé autour d'une plaque de saphir

Revenons donc sur le brevet : il s’agit d’une méthode pour mouler autour d’une plaque de saphir synthétique un châssis en alliage métallique liquide. Sur les croquis qui accompagnent le brevet, il est facile d’identifier un smartphone ou un iPod classique. Le brevet explique comment tailler et placer le verre en saphir dans un moule qui recevra ensuite l’alliage. Reste une question : si le verre casse (ce qui est hautement improbable, mais on ne sait jamais), comment le remplace-t-on ? Mystère...

Brevet Apple sur le saphir et le Liquidmetal

C’est un brevet particulièrement important qu’Apple vient d’obtenir, car le châssis et le design de l’iPhone restent un élément essentiel dans le choix des consommateurs pour leurs smartphones. Il est étonnant de voir à quel point ce brevet s’emboîte parfaitement avec différents éléments de la stratégie de la firme de Cupertino ces derniers mois. Reste à savoir si elle est décidée à utiliser ce brevet et en combien de temps elle est en mesure de l’appliquer. Cela ne sera certainement pas pour l’iPhone 6 de septembre, mais peut-être pour le suivant.

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

close