GPRS : un canal dédié aux données

Par Stéphane Deschamps

Présenté comme la deuxième génération de la norme GSM, le GPRS (General Packet Radio Service) est une technologie qui permet d'envoyer et de recevoir des paquets de données à partir de son téléphone portable à une vitesse de 115 Kbit/s (117 760 données binaires par seconde).

L'arrivée imminente du GPRS, une extension de la norme GSM (Global System for Mobile Communications) qui autorisera des vitesses de transfert dix fois supérieures à celles que nous connaissons aujourd'hui (9,6 Kbit/s), ouvre la voie à une convergence totale entre Internet et le téléphone portable.

Motorola TimePort GPRS

Si le GSM version WAP ne permet que la consultation de pages internet, le GPRS permettra aux opérateurs d'offrir aux abonnés des contenus plus riches (transmission de photos, téléchargement de MP3...) et une gamme de services plus élargie (accès aux e-mails comportant des fichiers joints, commerce électronique...) transformant ainsi les téléphones en véritables terminaux multimédias.

Pour vous donner un aperçu de la vitesse de transmission que permettra un réseau GPRS, voici un tableau comparatif portant sur le temps moyen pour envoyer un courrier électronique éavec un document attaché de 10 pages :

Comparatif des débits GSM, RTC, RNIS et GPRS (Source : Alcatel)

Les premières applications fonctionnant sur GPRS sont majoritairement des applications TCP/IP en point-à-point : accès au Web, Email, accès mobile à un intranet, etc. Des applications en point-à-multipoint seront supportées en GPRS Phase 2 : applications de diffusion d'information (trafic routier, informations pratiques, gestion de flotte de mobiles, etc) et applications de téléconférence. Enfin, GPRS permet de transmettre des messages courts SMS à travers des canaux radio GPRS.

Les débits théoriques sont compris entre 40 kbit/s et 115 Kbit/s environ, selon le type de codage de canal (CS1, CS2, CS3, CS4) et le nombre de timeslots radio (1 à 8) utilisés. Cependant seules les versions CS1 et CS2 seront implantées, car les versions CS3 et CS4 nécessitent des transformations importantes de l'infrastructure.

Du côté des opérateurs

La technologie GPRS demande peu de modifications aux infrastructures GSM déjà en place. C'est pourquoi elle devrait rapidement être adoptée, ne réclamant parfois a l'opérateur qu'une mise à jour niveau logiciel sur les équipements BTS. De plus, le GPRS recoure au protocole IP pour le transport des données sous forme de paquets sur un réseau GSM (il sera ainsi réutiliser par l'UMTS qui utilisera également le protocole IP).

La technologie assure également une connexion permanente entre Internet et le mobile. Son caractère bi-directionnel permet a l'utilisateur de téléphoner et de recevoir simultanément des données. Enfin, le GPRS est capable de localiser l'appel, impossible avec le protocole WAP en l'état du réseau GSM classique.

Le GPRS ne nécessite pas l'obtention d'une licence (comme c'est le cas pour l'UMTS), mais il est nécessaire d'avoir un réseau GSM existant. Ce qui signifie que tous les opérateurs disposant d'une licence GSM ont le droit de faire du GPRS. De même, le GPRS utilise les mêmes bandes de fréquences que celles attribuées au GSM (900 et 1800 Mhz).

Du côté des constructeurs de terminaux

Pour répondre aux besoins du GPRS, trois classes de terminaux ont été définies.

* La classe A : c'est le modèle haut de gamme. Il peut être en communication simultanément sur le service GPRS et sur d'autres services GSM en mode circuit. Il est donc compatible voix et data simultanément.

* La classe B : c'est le modèle de base. Il est prévu pour la voix et les données en mode non simultané. Ce sera a priori la classe dont se serviront le plus les constructeurs pour vendre leurs modèles au grand public.

* La classe C : c'est le modèle professionnel. Il peut être activé soit sur le réseau GPRS, soit sur le réseau GSM mais pas simultanément.

Du côté des constructeurs de terminaux, c'est Motorola qui vient d'annoncer le premier la fabrication de son futur téléphone mobile GPRS compatible WAP sur réseau GSM : le TimePort 7389i (voir encadré). Sa disponibilité devrait être effective a l'ouverture des réseaux GPRS pour le troisième trimestre 2000 en Europe et vers la fin de l'année en France.

Pour conclure

Alors que cette nouvelle technologie n'a pas encore fait son entrée sur le marché, constructeurs et opérateurs préparent déjà à coups de centaines de millions de francs l'avènement de l'UMTS (Universal Mobile Telecommunications System), une autre norme de téléphonie mobile offrant des vitesses de transmission bien supérieures au GPRS (2 Mbit/s).

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

close