BlackBerry OS 10 sur Playbook : chose promise, chose due… ou pas !

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
blackberry

Offrir BlackBerry OS 10 aux utilisateurs de la tablette Playbook, Thorsten Heins l’avait dans un premier temps promis. Puis, fin juin, le patron de BlackBerry est revenu sur sa promesse. Il explique aujourd’hui pourquoi il ne pourra pas mettre à jour sa tablette avec une version d’OS pourtant basée sur QNX, le système de la Playbook.

Tout est une question de RAM. BlackBerry OS 10 demande 2 Go de mémoire vive pour fonctionner convenablement. La Playbook n’en a que la moitié. Voilà dans les grandes lignes la raison pour laquelle Throsten Heins va rompre sa promesse envers tous les utilisateurs de sa tablette de leur offrir une mise à jour vers la dernière version de son OS. Cette déclaration émane du patron lui-même dans une réponse adressée au site Crackberry. La pilule est dure à avaler pour tous ceux qui espéraient redécouvrir leurs tablettes d’une part, mais également tous ceux qui ont choisi d’en acheter une suite à ces déclarations. Signalons qu’entre le début du mois de mars et la fin du mois de mai, BlackBerry a vendu près de 100 000 tablettes, chiffre officiellement dévoilé par le constructeur lors de sa conférence sur ces résultats trimestriels.

Bien sûr, il y a la déception première : celle de ne pas voir la tablette Playbook évoluer vers un OS plus moderne. Ce qui est d’autant plus frustrant, car le noyau de BlackBerry OS 10 est QNX, le système qui soutient la tablette. Les équipes du constructeur ont pourtant tout tenté pour y parvenir. Enlever des applications. Réduire les processus. Supprimer des fonctionnalités. Rien n’y fait. Selon l’avis de Thorsten Heins, l’expérience utilisateur était bancale et il se justifie en invoquant une autre promesse faite auparavant : offrir un OS fluide à tous les utilisateurs de BlackBerry, même si cela passe par une évolutivité limitée.

Toutefois, le plus choquant n’est pas la justification technique. C’est la promesse non tenue. Bien sûr, à l’impossible nul n’est tenu. Alors, pourquoi le promettre ? Surtout après avoir déclaré à qui veut l’entendre qu’il estime que le marché des tablettes sera mort dans les 5 prochaines années. Encore une petite déception alors que nous pensions que la gouvernance de BlackBerry avait changé avec l’arrivée d’une nouvelle équipe à sa direction.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.