Apple aurait-il perdu sa capacité à analyser le marché par vanité ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

Un article paru hier sur le site BuzzFeed, citant des sources internes chez Apple, estime que le rachat de Beats a été la conséquence de « l’arrogance » d’Apple à ne pas analyser le marché lors du développement d’iTunes Radio.

Jusqu’à très récemment, la vision stratégique d’Apple n’a que très rarement été mise en doute. Mais le refus de l’entreprise à dépasser le cap des 4 pouces en téléphonie mobile et son obstination à rester concentrer sur le haut de gamme tend à émettre quelques doutes sur la capacité d’Apple à se renouveler d’une part et à analyser les besoins d’autre part. Des doutes plus sérieux encore ont été soulevés au sujet d’iTunes Radio, le service gratuit de streaming musical basé sur des playlists évolutives et financé uniquement sur le modèle publicitaire (et certainement un peu sur la souscription à iTunes Match).

iTunes Radio

Apple : une marque devenue arrogante et aveugle ?

Un article publié par le site BuzzFeed, citant des sources internes chez Apple, explique que le rachat de Beats Electronics serait la conséquence de « l’arrogance » de certains managers à ne pas écouter le marché. Ces employés de la firme de Cupertino expliquent que les chefs de projet iTunes Radio auraient délibérément évité d'étudier la concurrence. Jusqu’en 2012, date de lancement d’iTunes Radio, certains ignoraient encore que Spotify est un service « à la demande » et non une simple radio personnalisable.

Pire, les ingénieurs en charge du développement d’iTunes Radio écoutaient leur musique sur Spotify et Pandora, même après le lancement commercial du service de leur entreprise. Officiellement, c’était plus pratique compte tenu de leurs tâches. Officieusement, c’était parce que le service est simplement meilleur. Sur Spotify, l’utilisateur construit sa propre playlist. Sur iTunes Radio, il n’a pas cette liberté. Et c’est justement cette différence fondamentale qui ferait actuellement « paniquer » l’exécutif chez Apple.

Un manque de discernement ou une approche trop mercantile ?

Une crise qui rappelle celle de Ping, le service de recommandation créé par la firme de Cupertino en 2010. Ce qui devait être le premier jalon d’un réseau social orienté musique a été fermé, dans le silence, en 2012, faute de revenus. Car Apple n’était pas « intéressé par faire un réseau social, mais uniquement par créer des opportunités de ventes ». Depuis, Spotify et Pandora sont devenus des réseaux sociaux musicaux rentables...

Un an après le lancement d’iTunes Radio, le bilan économique ne serait pas bon, tout comme les retours d’expérience utilisateur. Toujours selon les sources internes, Apple n’arriverait plus à « toucher les générations les plus jeunes », qui ne considèrent plus la marque comme branchée. Ce qu’il avait pourtant fait en sortant l’iPod et iTunes il y a plus de 10 ans. Le rachat de Beats, historique par son prix, mais aussi par sa symbolique (Apple n’ayant jamais eu besoin d’aide extérieur dans ses développements) servirait donc à rattraper cette erreur. Une erreur à 3 milliards de dollars, tout de même.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.