Qualcomm WiPower : le chargement sans fil pour les châssis métalliques

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
qualcomm

Qualcomm vient de dévoiler une nouvelle technologie qui oeuvrera certainement à démocratiser l’usage du chargement sans fil au moins dans le haut de gamme : WiPower. Seul prérequis : le smartphone doit être habillé de métal.

Comme dans de nombreux domaines, un nouvel usage implique de nouveaux procédés. Et souvent, plusieurs techniques ou standards s’affrontent pour devenir celui qui sera uniformément adopté par les consommateurs. Ce fut le cas du Blu-Ray (qui a enterré le HD-DVD). Selon les territoires, les standards diffèrent. En France, nous avons par exemple l’UMTS. Aux États-Unis, c’est le WCDMA qui prône. Et cela se multiplie à l’infini.

Plusieurs standards. Un seul usage.

Dans le chargement sans fil, c’est pareil. Il existait jusqu’à très récemment quatre standards. Qi, du Wireless Power Consortium, est le plus important. Il est soutenu par de nombreux constructeurs et opérateurs. A son conseil d’administration sont présents Qualcomm, STMicroelectronics, Panasonic, Toshiba, Texas Instruments, Freescale, LG, HTC, Microsoft, Nokia, Samsung, Haier, Sony ou encore Philips.

Face à Qi, vous retrouvez principalement trois initiatives : Open Dots, du Open Dots Allance (soutenu par divers constructeurs automobiles), PMA, du Power Matters Alliance, et le récent Rezence de l’Alliance for Wireless Power. Ces deux derniers ont décidé en début d’année d’allier leurs forces face à Qi, dont la popularité ne cesse de croître (Rezence avait décidé d’adopter les principes de PMA pour l’interopérabilité, et inversement). Vous retrouvez dans cette double alliance la PCC, Energy Star (le consortium qui s’occupe de certifier les appareils qui consomment peu d’énergie), Broadcom, Intel, MediaTek, ainsi que Samsung et Qualcomm. Voilà qui est amusant.

Rezence

WiPower : la porte d'entrée de Rezence en téléphonie

Encore assez récente, Rezence a un gros défaut vis-à-vis de Qi : il n’y a encore aucun produit commercial compatible, ni en terme de transmission de l’énergie, ni en terme de réception de l’énergie. Un premier chargeur sans fil, le Teslink de Gill Electronics, aurait été certifié le mois dernier par la FCC. Mais voilà tout. Heureusement, d’autres initiatives auront plus de poids qu’une mise sur le marché d’un produit confidentiel. Notamment chez Qualcomm.

Le fondeur californien vient en effet d’annoncer l’arrivée d’une nouvelle technologie dans son catalogue appelée WiPower (ancien nom du consortium Alliance for Wirless Power dont Qualcomm est fondateur). L’idée est simple : puisque le chargement sans fil utilise l’induction, que cette dernière utilise le métal pour fonctionner et que les métaux sont de plus en plus souvent utilisés dans les châssis des mobiles, Qualcomm propose un système (compatible Rezence, évidemment) qui utilise le châssis du smartphone comme conducteur de l’énergie. Ensuite, il convient d’avoir un chipset qui transforme cette transmission par induction en énergie exploitable par la batterie.

Une technologie qui implique davantage les constructeurs

Si le principe de Qi et WiPower est le même (l’énergie est reçue par le téléphone, que ce soit à l’aide de son châssis ou d’un récepteur caché derrière la coque), l’incidence n’est pas la même pour le constructeur qui doit intégrer une nouvelle composante dans la conception du châssis de son mobile. WiPower demande à ce que la coque arrière soit métallique (ce qui n’est pas le cas du Xperia Z3+, du G4 et du Galaxy S6 par exemple). Cependant, s’il avait déjà décidé de le faire, voilà une technologie grâce à laquelle il sera en mesure de valoriser son choix autrement que par le côté esthétique.

Reste bien sûr plusieurs questions. D’abord, quelle sera l’incidence d’un tel procédé sur la température du mobile, une question soulevée souvent récemment depuis l’affaire du Snapdragon 810 ? Le chipset qui assurera la charge sans fil sera-t-il lui aussi un accumulateur de chaleur potentiel ? Qualcomm met à disposition des designs de référence à tous ces clients. Il devrait donc y avoir certaines règles à respecter. Ensuite, la charge sera-t-elle aussi rapide ? Qualcomm assure qu’elle sera aussi rapide, sinon plus rapide que Qi. Mais vis-à-vis de la charge filaire ? Voilà un point que le fondeur élude. Il ne précise pas non plus si WiPower sera compatible Quick Charge. Enfin, la technologie sera-t-elle compatible uniquement avec les chipsets applicatifs de Qualcomm, à l’image de Quick Charge ? Ce serait limitatif pour Rezence et WiPower, mais un atout de plus pour la plate-forme Snapdragon.

Le chargement sans fil bientôt dans toutes les poches ?

Il paraît évident que la démocratisation du chargement sans fil arrivera grâce à la téléphonie mobile, un produit que l’usager recharge souvent (voire quotidiennement). Et WiPower participera sans nul doute à cet objectif. Reste à savoir qui seront les premiers constructeurs à l’adopter. Pourquoi pas Apple qui a pris l’habitude d’utiliser un composé métallique pour habiller ses iPhone et iPad ? Voilà qui offrirait un pas-de-géant à ce standard qui peine aujourd’hui à se lancer.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.