App Slicing : et les applications iOS deviennent légères

Par Samir Azzemou

apple ios

App Slicing, c’est l’une des grandes nouveautés d’iOS 9 qui garantissaient à tous les usagers d’un iPhone 16 Go des lendemains meilleurs. Elle est désormais offerte aux développeurs, pour un effet qui se fera certainement attendre un peu...

L’année dernière, le taux d’installation d’iOS 8 sur les premières semaines après la mise en ligne du firmware était nettement moins bon que celui d’iOS 7. Cette dernière apportait le Flat Design de Jony Ive, ce qui a expliqué un certain engouement. Mais la différence observée avec iOS 8 n’était pas simplement un manque d’intérêt. Il s’avère que le poids de l’archive était trop important pour les utilisateurs de smartphones (ou de tablettes) ne disposant que de 16 Go d’origine. Un manque de place donc qui a évidemment fait réfléchir les huiles de Cupertino, avec une question devenue existentielle : Comment réduire l’empreinte du système sur la mémoire installée ? Car plus il y a de place disponible, plus l’utilisateur télécharge et plus il consomme ! Et surtout, plus il a l’impression d’être satisfait. Bref, c’est « win-win».

Appl Splicing

Deux orientations ont donc été suggérées pour iOS 9. Et elles sont bonnes. La première est l’allègement du système d’exploitation. Comme annoncé lors de la WWDC de juin dernier, l’archive pèse moins lourd et l’OS a été simplifié. Ce qui a une incidence autant sur la mémoire vive que sur l’espace de stockage. C’est une première double bonne nouvelle. Mais naturellement, ce n’est qu’une partie du problème, l’autre étant les applications. D’où la seconde bonne idée : App Slicing.

Des archives plus efficaces

Qu’est ce que c’est ? Le principe est simple : c’est la multiplication des versions d’une application pour restreindre les bibliothèques à celles qui sont réellement utilisées. Pour ceux qui sont perdus, reprenons depuis le départ. Quand un développeur fabrique une application, il prévoit l’ensemble des variantes graphiques possibles. Même si Apple a tout fait pour que le nombre de ses variantes reste limité (ou plus limité que sur Android), il en existe aujourd’hui un certain nombre : les modèles 4 pouces, 4,7 pouces, 5,5 pouces, 9,7 pouces standard et Retina, 7,9 pouces standard et Retina (nous ne parlons pas des écrans plus petits à 3,5 pouces, car ils ne seront jamais concernés).

Pour chaque écran, le développeur prévoit les éléments graphiques correspondants. Il crée ensuite l’archive et l’upload sur l’App Store. La même archive, quand elle est universelle (et elles le sont pratiquement toutes aujourd’hui), est donc proposée pour tous les usagers sans distinction de plate-forme. L’utilisateur d’iPad télécharge donc et installe les bibliothèques de l’iPad, de l’iPad Mini, de l’iPod, et des iPhone. Ce qui est inutile.

Des archives plus nombreuses, mais plus petites

App Slicing lutte contre cela. Pour le développeur, l’archive est construite de la même manière, sauf qu’il renseigne au préalable les ressources de chaque plate-forme. Une fois l’archive uploadée sur l’App Store, la moulinette d’Apple construit autant de versions de l’archive que cette dernière détient de versions d’une même ressource graphique. S’il y en a une pour les écrans Retina, une pour les phablettes et une dernière pour les tablettes à faible résolution, cela en fera donc 3. Et chaque plate-forme télécharge celle qui lui correspond.

Ainsi, pour le même usage et les mêmes caractéristiques, une application est moins lourde pour l’usager. Cette fonction est compatible à partir d’iOS 9.0.2 (soit la dernière version en date), comme l’indique Apple sur son site dédié aux développeurs. Les usagers des iPhone 16 Go seront donc ravis de constater (à petite dose, ce ne sera pas spectaculaire) que leur espace interne va être mieux géré. Notamment ceux qui téléchargent des jeux (c’est sûr, ce n’est pas Twitter qui va changer la donne). Encore faut-il que les développeurs fassent le travail de mettre à jour leurs applications en indiquant telles ressources pour tel écran. Un travail que seuls les développeurs actifs feront. Mais ce sera déjà ça.

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.