Fragmentation d’Android : Marshmallow déjà significatif

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
android 6 0 marshmallow

Alors que Lollipop a attendu le mois de décembre 2015 avant d’atteindre les 0,1 % du parc installé d’Android, Marshmallow parvient à franchir ce cap avant le début du mois de novembre. KitKat et Jelly Bean continue de reculer.

La version Marshmallow d’Android sera-t-elle celle qui freinera la fragmentation du système d’exploitation mobile de Google ? La question se pose naturellement à la vue des derniers chiffres communiqués par la firme de Mountain View sur la répartition de son parc installé au début du mois de novembre. Dévoilé avec les Nexus 5X et 6P, déployé sur certains Nexus antérieurs et proposé sur le One A9 de HTC (dès son lancement), Marshmallow fait son apparition dans le tableau de bord publié par Google sur son site dédié aux développeurs. Une arrivée timide, puisqu’Android 6.0 cumule 0,3 % des terminaux qui accèdent au Play Store. Mais une arrivée précoce : KitKat avait attendu la fin de l’année 2013 et Lollipop le début de 2015 pour dépasser le seuil nécessaire (0,1 %).

Marshmallow en avance

Marshmallow en avance donc, face à un Lollipop décidément toujours en retard en comparaison de KitKat. Il n’est pas certain qu’Android 5.x atteigne un jour les 40 %. Aujourd’hui, en cumulant les deux versions 5.0 et 5.1, Lollipop ne représente qu’un smartphone sur quatre (25,6 % exactement). Certes, la sortie régulière de nouveaux terminaux participe à l’augmentation de ce chiffre (+2,1 points en un mois). Cependant, nous voyons bien que ce regain d’énergie de la part de Lollipop est artificiel : les constructeurs « secondaires » n’ont pas encore accès à Marshmallow et se contentent donc de son prédécesseur pour animer leurs mobiles. Mais cela ne durera pas éternellement. Peut-être jusqu’au printemps, et encore...

fragmentation android novembre 2015

Derrière, la part des versions Jelly Bean et KitKat continue de s’effriter graduellement. Android 4.4 recule de 1,1 point, une descente entamée en fin d’été et qui durera certainement plusieurs années. Comme nous le pensions, KitKat, plafonné à 42 % du parc, n’aura jamais été en mesure de remplacer convenablement Jelly Bean qui dépassait les 60 % du parc il y a deux ans. Aujourd’hui Android 4.1 (cumulé avec 4.2 et 4.3) représente 29 % (-1,2 point). Il aura fallu deux années complètes et trois nouvelles versions d’Android pour diviser par deux la présence de Jelly Bean. Chez iOS, cela prend 20 fois moins de temps...

Les papys font de la résistance

Quant aux antiques versions, elles n’ont que très peu bougé en un mois. Gingerbread et Froyo se maintiennent et Ice Cream Sandwich recule de 0,1 point. Tout cela est négligeable et montre, comme à chaque édition de ce tableau de bord, à quel point il est difficile de se débarrasser des vieilles moutures pourtant incompatibles avec les nouveautés du système.

Il y a un an, Lollipop était négligeable, KitKat dépassait les 30 % du parc installé tandis que Jelly Bean animait un smartphone Android sur deux. Cette année, Marshmallow est déjà quantifiable, Lollipop est toujours à la traîne, mais continue de progresser, et KitKat n’est pas très loin de revenir au point où il était alors. Il y a un an, Froyo, Gingerbread et Ice Cream Sandwich faisaient déjà de la résistance...

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.