Résultats Lenovo : l’intégration de Motorola officiellement très décevante

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
lenovo

Malgré le rachat de Motorola, Lenovo a déserté en 2015 le Top 5 mondial, affichant de vraies contre-performances. Dans son rapport annuel, la firme chinoise avoue même que cette intégration n’a pas eu l’effet escompté au départ.

Lenovo a publié hier ses résultats pour l’année 2015. Des chiffres qui ne concernent évidemment pas entièrement la téléphonie mobile, puisque Lenovo est un groupe qui génère encore l’essentiel de ses revenus en informatique avec des PC et des tablettes sous Windows. La mobilité est même la troisième roue du carrosse, puisqu’il tire une partie significative de ses revenus des services et produits (logiciels et matériels) pour les entreprises. Non, la mobilité, ce n’est pas encore ça chez Lenovo, malgré le rachat de Motorola qui impacte pour la première fois en 2015 les résultats de l’ensemble de l’exercice.

Moto Z
Les nouveaux Moto de Lenovo arriveront-ils à inverser la tendance de 2015 ?

Un recul de 85 % en Chine

Et cet impact est particulièrement limité. Il est même très décevant. Un avis qui n’est pas uniquement le nôtre, puisque, dans son rapport officiel, le groupe chinois affirme que cette intégration « n’a pas atteint les objectifs attendus. » De fait, l’ensemble du groupe recule fortement, et Lenovo, positionné en quatrième position fin 2014, n'est même plus présent dans le Top 5 en fin d'année dernière. Une vraie contre-performance qui est désormais chiffrée : Lenovo a vendu 66,1 millions de téléphones en 2015.

Lenovo avoue même avoir reculé de 85 % en Chine entre 2014 et 2015. Du jamais vu. Heureusement, le reste du monde a progressé de 63 %, devenant la première source de revenus de cette division. Un comble pour un groupe d’une telle importance en Chine. Le chiffre d’affaires de la division mobile atteint 1,7 milliard de dollars sur le quatrième trimestre de l’exercice fiscal 2015/2016 (clos au 31 mars dernier), soit moins de 19 % des revenus du groupe. Lenovo aurait vendu pendant cette période 10,9 millions de smartphones, dont la moitié sont des Moto.

Un fauteuil pour deux

La stratégie initiale de Lenovo pour Motorola n’était donc pas la bonne. Séparer les marchés en fonction de la marque la plus forte dans chaque pays était certainement pertinente pour quelques marchés clés, mais l’absence de l’une n’était pas compensée par l’autre. Pour l’année 2016/2017, Lenovo affirme que sa nouvelle stratégie bicéphale, avec un patron pour la mobilité (Lenovo+Moto) dédié à chacun des deux secteurs géographiques identifiés (la Chine d’un côté, le reste du monde de l’autre, avec une forte appétence pour les États-Unis), portera ses fruits. La marque Zuk en sera l’une des armes. Les nouveaux Moto (dont certains restent encore à découvrir) en seront d’autres.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.