Qualcomm étoffe sa gamme de chipsets pour les « wearables »

Qualcomm étoffe sa gamme de chipsets pour les « wearables »

Par La Rédac LesMobiles - 29 juin 2017 à 13:0
À l’occasion du Mobile World Congress Shanghai, Qualcomm a dévoilé un troisième chipset pour les montres et bracelets connectés. Il s’agit du Snapragon Wear 1200, lequel viendra remplacer le Snapdragon Wear 1100 de 2016.

Tout savoir sur : Qualcomm étoffe sa gamme de chipsets pour les « wearables »

Qualcomm a présenté plusieurs nouveaux produits cette semaine, car le fondeur participe au Mobile World Congress Shanghai 2017 qui a ouvert ses portes il y a quelques jours. Cette édition du MWC est propice aux annonces sur le second semestre 2017, mais également aux nouveautés qui intéresseront plus particulièrement les constructeurs chinois, lesquels sont encore pour beaucoup dédiés au marché entrée de gamme.

Un troisième composant pour wearable

L’arrivée du Snapdragon 450 à Shanghai n’est donc pas le fruit du hasard, loin de là. Et celle du Snapdragon Wear 1200 non plus. Car ce nouveau composant, le troisième de la série « Wear », est destiné à animer des accessoires connectés low-cost. Il remplacera le Snapdragon Wear 1100 (même si Qualcomm espère qu’il viendra juste l’épauler), un composant qui avait été présenté en juin 2016 au Computex de Taiwan. L’Asie semble être propice aux annonces sur le segment des wearables.

Venons-en aux spécificités techniques du chipset. Le chipset intègre un processeur Cortex-A7 cadencé jusqu’à 1,3 GHz. Pas de GPU bien évidemment, puisque le produit devrait davantage être utilisé dans des bracelets sans écran. Il est en revanche équipé d’un modem LTE compatible avec 15 bandes de fréquences différentes. Il prend également en charge les catégories LTE dites M1 et NB1, lesquelles sont spécifiques aux objets connectés, mais aussi la technologie VoLTE. Il peut se connecter aux réseaux GSM en LTE, en 3G ou en GPRS. Et, qui dit connexion LTE, dit aussi GPS : le récepteur intégré est compatible Glonass, Beidou et Galileo.

Un composant autonome

Le chipset est capable de faire tourner un firmware basé sur Linux. Il intègre un mode économie d’énergie, ainsi qu’un module de cryptage pour la protection des données personnelles (dans le cadre du paiement mobile par exemple). Le composant est 45 % plus petit que le Snapdragon Wear 1100. Il supporte la RAM au format LPDDR2. Il est compatible WiFI ac et Bluetooth 4.2. Qualcomm annonce que son composant est d’ores et déjà disponible à la vente. Deux sous-traitants, Quanta et Borqs, annoncent d’ores et déjà prendre en charge le Snapdragon Wear 1200 avec des designs de référence pour des produits plus esthétiques que techniques (bracelet pour enfant, tracker pour les animaux de compagnie, etc.). 

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image Oppo Find X5 Pro
image Google Pixel 6a