SFR RED 30 Go = 5

Apple s’empare de Shazam pour 400 millions de dollars

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

La rumeur disait donc vrai : Apple rachète bien l’application Shazam. L’information a été confirmée à des médias américains par les deux parties. Le coût de l’opération est évalué à 400 millions de dollars.

Nos confrères de TechCrunch et Re/code affirmaient la semaine dernière que Shazam, la fameuse application qui reconnaît les chansons, avait conclu un accord avec Apple dans le but de son rachat. Mais c’est en début de semaine, auprès de The Verge, que les deux entreprises ont confirmé l’opération. Cependant, nous attendons encore le communiqué de presse commun qui annoncera les modalités.

Shazam

Racheté, mais sous quelles conditions ?

D’ailleurs, l’absence de communication officielle n’est pas un oubli de la part des deux nouveaux alliés. Ni même celle des détails de ce rachat tels que le montant, les actifs de Shazam inclus dans l’accord (notamment au niveau des ressources humaines), les modalités de paiement (actions ou liquidité) ou encore les nouvelles fonctions pour les managers de Shazam. Bref, nous ne savons encore quasiment rien.

Et ce n’est pas étonnant. Dans sa citation, le porte-parole de Shazam indique à nos confrères qu’Apple et Shazam ont signé un accord de négociation exclusive. Ce qui veut dire que les points techniques cités ci-dessous n’ont pas encore été décidés. Il faudra certainement attendre quelques jours (ou quelques heures si les deux sociétés sont pressées) avant de voir apparaître un communiqué de presse annonçant le rachat.

Valeur divisée par 2,5

Selon Re/code, le rachat de Shazam coûterait dans sa globalité 400 millions de dollars. C’est beaucoup moins que Beats Audio (3 milliards de dollars). Et c’est aussi beaucoup moins que la valorisation de Shazam à hauteur de 1 milliard de dollars lors de son dernier tour de table. Divisée par 2,5, la valeur de l’application en a pris un sacré coup. Et Apple a plutôt très bien négocié. Il faut dire que la firme de Cupertino avait toutes les cartes en main.

Le rachat de Shazam est beaucoup moins stratégique que celui de Beats. Et la marge de négociation de Shazam est très mince. En effet, Apple a intégré Shazam à Siri depuis iOS 8. Et la firme de Cupertino aurait pu continuer ainsi. Seconde raison, la start-up n’arrive toujours pas à créer un business modèle pérenne avec seulement 54 millions de chiffre d’affaires en 2016, alors qu'elle génère 1 million de visites par jour pour les services de streaming musicaux.

Un pied de nez à Spotify ?

Si Shazam ne gagne pas beaucoup d’argent, pourquoi ce rachat ? Pour trois bonnes raisons. La première est la notoriété de Shazam et le trafic que l’application génère vers Apple Music. En effet, si vous lancez une recherche de chanson, l’application vous propose de l’écouter sur Apple Music ou sur un autre service de streaming. En intégrant Shazam, Apple pourrait récupérer l’ensemble du trafic de Shazam.

Et cela débouche sur la seconde raison : Shazam ne référencerait plus Spotify. Car, Spotify aussi bénéficie du trafic généré par Shazam. Pour qu’Apple ne perde pas de vue Spotify, qui dispose d’une base d’utilisateurs bien plus importante que celle d’Apple Music (140 millions pour le Suédois, dont 60 millions de premium, contre 30 millions pour l’Américain), la firme de Cupertino doit user de toutes les ficelles possibles.

Dernière raison évoquée par nos confrères, la réalité augmentée. Shazam aurait développé une technologie de reconnaissance visuelle. Celle-ci pourrait se marier admirablement bien avec celles d’Apple. L’influence de Shazam sur ARKit pourrait se concrétiser dès la prochaine conférence WWDC de la fin du printemps.

Partagez cet article

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer