MediaTek Helio G90 et Helio G90T : vraiment destinés aux gamers ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
mediatek chipset

L’émergence des smartphones pour gamers donne des envies à certaines entreprises, comme MediaTek. Le fondeur a présenté cet été deux composants, les Helio G90 et G90T. Mais sont-ils taillés pour leur objectif ? Pas sûr.

MediaTek fait feu de tout bois. Il faut dire que face à Qualcomm, le fondeur taïwanais doit user de tous les stratagèmes. Quand une opportunité se présente, la société la saisit donc. C’est le cas par exemple du segment des gamers qui semble avoir beaucoup de succès. Pour couvrir ce segment, MediaTek a annoncé dès le mois de juillet avoir l’intention de présenter le Helio G90, lequel a été croisé quelques semaines plus tard sur AnTuTu. Un passage qui a permis de découvrir certaines caractéristiques du chipset.

Un chipset qui voit double

Quelques jours plus tard, MediaTek a levé le voile sur la nature exacte du G90. Ou plutôt « des » G90, puisqu’ils sont deux. Le G90 « classique » et le G90T, la seconde étant bien évidemment la version améliorée de la première. Cependant, les bases des deux chipsets sont les mêmes : ce sont deux octo-core disposant de deux cœurs puissants (des Cortex-A76 cadencés à 2,05 GHz pour G90T et 2 GHz pour le G90), six cœurs économes (des Cortex-A55 cadencés à 2 GHz), de coprocesseurs pour l’intelligence artificielle et un processeur graphique Mali-G76 MC4 (cadencé à 720 MHz pour G90 et à 800 MHz pour le G90T). Notez que ce sont les premiers chipsets de MediaTek avec des coeurs Cortex-A76.

MediaTek Helio G90T

Continuons à explorer ces chipsets. Gravés en 12 nm, ils sont compatibles avec la RAM au format LPDDR4X (jusqu’à 10 Go maximum) et le stockage aux formats eMMC 5.1 et UFS 2.1. Ils disposent d’un modem LTE catégorie 12, WiFi ac et Bluetooth 5.0. Ils sont compatibles radio FM. Le processeur graphique gère les affichages jusqu’au Full HD+ (2400 x 1080 pixels) et encode les vidéos jusqu’au 4K à 30 images par seconde (ou le Full HD jusqu’à 120 images par seconde). Ils gèrent les appareils photo jusqu’à 64 mégapixels en configuration simple pour le G90T (et 48 mégapixels pour le G90) et 24+16 mégapixels en configuration double. Le G90T gère les taux de rafraichissement jusqu’à 90 Hz, contre 60 Hz pour le G90.

Des optimisations pour les joueurs

Le chipset est compatible avec l’ensemble des technologies spécifiques à MediaTek : CorePilot (pour l’activation des cœurs à la volée), TinyHub Sensor (pour la gestion des capteurs environnementaux), NeuroPilot (pour les coprocesseurs neuronaux) et Pump Express (charge rapide de la batterie). Les G90 et G90T profitent aussi de technologies propres à leurs fonctions « gaming », notamment « HyperEngine », une solution logicielle qui optimise les performances du GPU dans les sessions de jeu. Un peu comme GPU Turbo chez Huawei. Certains profils de jeux sont nativement pris en charge : Fortnite, PUBG ou King of Glory en font partie.

Que ce soit le G90 ou le G90T, ce sont des composants intéressants, même s’ils ne rivaliseront techniquement jamais avec les Snapdragon 855 et 855+ qui animent les smartphones dédiés aux gamers actuels. Leur intérêt réside, comme toujours avec MediaTek, dans la capacité du fondeur à proposer une solution équilibrée à moindre coût. Car la seule vraie contrainte de l’offre Qualcomm est son prix. Avec les Helio G, MediaTek espère convaincre les marques qui souhaitent créer des smartphones low cost pour jouer. Un objectif loin d’être évident. Redmi devrait être la première marque à officialiser un téléphone avec le Helio G90T. Mais le mobile concerné, le Redmi Note 8, ne sera certainement pas marketé en tant que mobile pour gamers.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.