image de couverture lesmobiles

Test : Samsung Galaxy Mega 6.3

Par La Rédac LesMobiles - 12 juillet 2013 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Toujours plus gros ! Est-ce que Samsung s'arrêtera un jour ? Après deux générations de Galaxy Note et un Galaxy Mega 5.8 décevant, le géant coréen a décidé de repousser les limites de vos poches et de vos mains en proposant un Galaxy Mega 6.3. 6.3, c'est effectivement, en pouces, la diagonale de l'écran.
Si vous n’appréciez pas les gros smartphones, vous pouvez d’ores et déjà arrêter la lecture de ce test : nous n’arriverons pas à vous convaincre. Samsung se lance dans une quête de la démesure et entend convaincre avec sa série Mega les utilisateurs qui n’auraient pas été satisfaits de la série Note. Les Mega ne sont pas mieux équipés, ils ne sont pas non plus équipés de la fonction stylet : ce sont d’autres arguments que Samsung va tenter de mettre en avant.

Samsung Galaxy Mega 6.3



Mais alors voilà, sachant que l’on considérait déjà gros un Galaxy S2 à sa sortie, pourra-t-on pousser le relativisme de la mesure encore plus loin ? Samsung n’a pas attendu que d’autres s’y essaient : comme sur à peu près tous les secteurs de la téléphonie, il s’agissait d’être premier, de livrer massivement plusieurs tailles et d’inonder en fait le marché avec un choix toujours plus grand, quand Apple va se contenter d’un modèle par an ou HTC et Sony, un modèle phare et quelques déclinaisons. Samsung est un rouleau compresseur et entend bien le rester.

Évoquons rapidement les détails techniques de cet appareil. A peine habitués aux smartphones équipés d’écrans de 5 pouces, voilà qu’arrive une génération d’appareils encore plus grands... ou plutôt colossaux. Les mensurations du Mega 6.3 sont les suivantes : 167,6 x 88 x 8 mm pour 200 grammes. Il reste donc assez fin, mais son poids est bien au-dessus de la moyenne.

L’écran de 6,3 pouces n’est pas un AMOLED de Samsung, mais un Super Clear LCD. Contrairement aux appareils haut de gamme de l’année 2013 qui sont en Full HD, le Galaxy Mega a une définition de 1280x720 pixels, soit du HD. Vu la taille de l’écran, cela donne un taux de pixels par pouce assez faible, de l’ordre de 233 ppp. A titre de comparaison, un Galaxy S4 a, lui, 441 pixels par pouce, presque le double.

Dans les entrailles de la bête, ce n’est pas non plus du haut de gamme : on retrouve un processeur Snapdragon 400 double coeur cadencé à 1,7 GHz et accompagné d’un processeur graphique Adreno 305. Le duo devra compter sur 1,5 Go de RAM et pourra s’épauler sur 8 Go de stockage interne, extensible via carte microSD jusqu’à 64 Go. Notez, chose rare, qu’une carte microSD de 4 Go est fournie. C’est mieux que rien !

L’appareil photo est au standard de l’an passé : on retrouve un capteur de 8 mégapixels à l’arrière et une webcam de 1,9 mégapixels à l’avant. Autofocus, zoom numérique, mode rafale sont de la partie. Cela permet en outre au smartphone de capturer des vidéos en 1080p Full HD à 30 images par seconde. Au-delà de ça, on retrouve tous les petits accessoires internes standards désormais : GPS, gyroscope, capteur de lumière, capteur de proximité, NFC etc. Notez enfin qu’il s’agit d’un smartphone compatible 4G LTE.

Contenu de la boîte

Samsung Galaxy Mega 6.3 : contenu boîte



Vous aurez une belle boîte Samsung imitation bois. Le reste est très classique, avec une petite surprise tout de même.

• Un Samsung Galaxy Mega 6.3
• Un kit mains libres stéréo filaire avec des écouteurs intra et plusieurs embouts qui ont l'air de bonne qualité – nous verrons ce qu'il en est en pratique
• Un câble microUSB
• Un chargeur secteur
• Une carte microSD 4go et un adaptateur microSD vers SD
• Le manuel de démarrage rapide et quelques papiers




Design

On se souvient des critiques lors de la sortie du Galaxy S3 ! Les plus méchants des détracteurs disaient que le smartphone était la Fiat Multipla de la téléphonie, d’autres affirmaient avec force que l’appareil avait été conçu entièrement pour échapper aux brevets détenus par Apple. Un appareil conçu par des juristes plus que par des designers, en somme. Quoi qu’il en soit, depuis le Galaxy S3, Samsung n’a que très peu fait évoluer sa ligne : le Galaxy S4 est un poil plus carré mais fortement similaire, les Note 2 et Mega reprennent le design et augmentent à peine les proportions.

On retrouve donc un bloc de plastique doux, cette fois dans des mensurations colossales. Comme d’habitude chez Samsung, même si les matériaux sont très cheap, les finitions sont soignées. Alors certes, ce n’est pas un appareil unibody, et le plastique glossy ne plaît clairement pas à tout le monde, mais il faut reconnaître avec honnêteté que nous n’avons pas devant les yeux un modèle low-cost.

Samsung Galaxy Mega 6.3



Samsung Galaxy Mega 6.3



Les angles sont toujours arrondis mais vue la taille de l’engin, les courbes sont moins prononcées : on retombe plus sur une forme rectangulaire, ce qui n’est pas déplaisant. L’avant et l’arrière de l’appareil ont les mêmes motifs, un quadrillage très fin qui, à l’avant, est tellement resserré qu’il apparaît plus comme un ensemble de points bien ordonnés. Samsung oblige, vous retrouverez bien entendu le bouton physique à l’avant que les amateurs apprécient. A droite et à gauche se trouvent les boutons retour et menu, le constructeur n’ayant pas cédé aux lignes directrices d’Android qui invite plutôt les marques à proposer des boutons multitâche, la touche « menu » étant virtuellement intégrée dans l’OS.

A l’avant toujours, vous trouverez une diode luminescente qui se chargera de vous signaler vos notifications et des capteurs de proximité et de lumière. Tout est très bien intégré, comme le sont les deux capteurs photographiques, à l’avant et à l’arrière. Bien sûr, le dos est entièrement amovible pour vous permettre d’accéder à la carte SD, à l’emplacement SIM et à la batterie. Le flash est placé sous le capteur. Les tranches, comme sur le Galaxy S4, sont une imitation alu’ qui ne fera pas illusion bien longtemps une fois en main.

Samsung Galaxy Mega 6.3 côté



Samsung Galaxy Mega 6.3 côté 2



Samsung Galaxy Mega 6.3 bas



Samsung Galaxy Mega 6.3 haut



More of the same ? Exactement : ce Mega 6.3 est du Samsung tout craché, sans aucune innovation ou prise de risque. Le port stylet que l’on trouvait sur les Galaxy Note a disparu, puisqu’il n’y a plus de stylet.

Samsung Galaxy Mega 6.3 dos






Prise en main et ergonomie

Sujet qui fâche. Si vous n’avez pas de grandes mains et que vous avez l’habitude de mettre votre portable en poche, non, le Galaxy Mega 6.3 ne sera pas conseillé. Il faut alors bien se demander ce que l’on cherche : va-t-on appeler, passer des SMS ou écrire des mails ? Va-t-on surfer sur internet, regarder des films ou jouer à des jeux mobiles ? Préfère-t-on quelque chose d’énorme qui, en plus, permet d’appeler, ou souhaite-t-on un téléphone multimédia qui est avant tout un téléphone ?

Si vous cherchez un outil performant, communiquant et transportable, le Mega 6.3 ne sera clairement pas votre choix. En mains, l’appareil est très gros et il faudra tout le temps utiliser les deux paluches pour le manipuler. En plus, il faut remarquer que l’ergonomie n’est pas excellente : on pourrait croire que, plus c’est gros, plus cela sera simple par exemple d’appuyer sur les touches du clavier virtuel - c’est faux. Autant les Galaxy Note 1 et 2 ne posaient aucun problème aux grosses mains des journalistes de la rédac’, autant là, on voit la limite. Taper des SMS est très, très pénible.

Samsung Galaxy Mega 6.3 face prise en main



Souvent, vous allez vous reprendre à plusieurs fois avant de taper la bonne touche : le « a » par exemple est trop excentré en haut à gauche pour être touchable avec l’un des deux pouces. C’est assez fastidieux et vous aurez vite fait de taper, le plus souvent, sur le z immédiatement à côté. En soi, le clavier n’est pas mauvais, il réagit bien et les touches sont plutôt claires, mais le format de l’appareil va vous rendre maladroit. En 15 jours d’utilisation, nous n’avons toujours pas réussi à nous faire correctement à la tape... sans parler de l’encombrement de l’appareil, qui, s’il tient bien en mains, n’est pas vraiment agréable à utiliser intensivement au quotidien.

Cela dit, le plus gros problème vient du transport. Dans une poche de pantalon, le smartphone entre encore mais devient particulièrement gênant. Vous le sentez toujours, il sort un peu sur le côté, et pire, il vous empêche de faire des mouvements naturels, comme monter des escaliers : vous aurez toujours peur qu’il tombe quand vous plierez votre jambe. Dans une poche intérieure de veste, ce n’est absolument pas mieux. Baissez-vous pour faire vos lacets et vous pouvez être sûrs que le smartphone tombera. Trop imposant et trop lisse, il ne tient pas en place si vous inclinez un peu trop votre buste. Dans une poche de jean, n’espérez même pas en faire tenir un les deux tiers. Heureusement que le plastique est plutôt résistant...

A moins d’investir dans une pochette de transport et donc d’alourdir et épaissir l’engin, pour le porter dans un sac, le Galaxy Mega n’aura de « portable » que le nom. Comme la dernière tablette d’Asus de 7 pouces qui fait aussi téléphone, il ne faudra pas imaginer être à l’aise avec un tel engin. D’ailleurs, sur l’oreille, ce n’est pas très agréable non plus... en plus de vous donner un air bête de compétition.

Samsung Galaxy Mega 6.3 face prise en main



Dès lors, celui qui aime les gros formats ne sera pas plus emballé que celui qui aime les petits smartphones, à cause de désagréments ergonomiques très pénibles au quotidien. Le marché est donc très resserré et centré sur ceux qui n’ont pas vraiment de volonté de communication portable...




L’écran

2013, nous l’avons nommée bien souvent l’année de la mort du pixel apparent. Les smartphones ont été équipés d’écrans de mieux en mieux définis, accompagnant la poussée en taille. Samsung a toujours été en bonne place sur ce marché : dès le Galaxy Note premier du nom, il y a deux ans, le constructeur proposait un écran de 1280x800 pixels, qui préfigurait la génération « 720p » qui allait contaminer tout le marché de la téléphonie en 2012 et la génération 1080p, qui équipe le haut de gamme de 2013.

Et du coup, que retrouve-t-on sur l’écran le plus grand de la téléphonie actuelle ? Une définition d’il y a deux ans : du 1280x720 pixels. Si vous avez été habitués à un taux de pixels par pouce très élevé, c’est un net retour en arrière puisque l’engin atteint à peine les 233 ppp. En pratique, une définition faible sur un écran aussi grand est assez problématique : par exemple, quand vous affichez une page web en plein écran, sans la zoomer, le smartphone n’est pas assez bien défini pour que les caractères soit nets. On cherche donc l’utilité d’avoir un écran de cette taille pour la navigation, s’il faut à chaque fois zoomer pour lire.

Samsung Galaxy Mega 6.3 écran 1



Samsung Galaxy Mega 6.3 écran 2



Dans les jeux et à la lecture de films, en 720p donc, c’est bien moins marqué. On ne distingue pas à l’oeil nu les pixels quand ils sont en mouvement et du coup, on se retrouve avec une mini tablette qui peut parfaitement servir de lecteur multimédia mobile : nous reviendrons plus tard sur ce sujet.

Au niveau de la colorimétrie, le Super Clear LCD est plutôt bien calibré même s’il n’a pas l’effet resplendissant des AMOLED utilisés sur les téléphones haut de gamme du constructeur. Vous aurez des tons plus neutres et un contraste moins marqué, mais cela n’est pas forcément plus mal. On sent toutefois, malgré la réussite de ce côté, que l’on ne joue pas dans la même cour que celle du Galaxy S4 ou de la série Note. Dès lors, on peut dire encore une fois que Samsung a surspécialisé le Mega en choisissant un écran hors norme et moins bien défini que la plupart de ses confrères, Galaxy Note premier du nom inclus : il excelle en lecture multimédia, mais n’est pas des plus adaptés aux tâches classiques de surf.

Samsung Galaxy Mega 6.3 écran 3






Système d’exploitation (OS) + Interface utilisateur : Android 4.2.2 et Touchwiz (1/2)

Bien souvent, les constructeurs sortent des smartphones avec une version de retard sur la version d’Android. Nous avons pu voir beaucoup d’Android 4.1 sortir quand Android 4.2 était annoncé et déployé par Google. Samsung ne fait pas cette erreur avec ce Mega : vous aurez bien droit à la version 4.2.2 du système. Cela dit, depuis Android 4.0, les changements réels pour l’utilisateur ont été plutôt anecdotiques : ce sont plutôt les applications Google qui ont pris un vent de fraîcheur.

Cela dit, il est difficile de parler encore d’Android sur des OS comme Touchwiz ou Sense, tant les constructeurs ont ajouté, modifié et retravaillé les fonctionnalités et l’apparence générale du système. La question est de savoir quel est l’héritage d’Android, en somme, qu’est-ce qui est conservé et qui est utilisé par Samsung.

Samsung Galaxy Mega 6.3 home Samsung Galaxy Mega 6.3 home



Bien entendu, on retrouve la barre de notifications, extrêmement pratique pour retrouver tout ce qui se déroule sur votre smartphone. Samsung n’a pas fait l’erreur de HTC et a ajouté à sa barre des contrôles rapides des paramètres, personnalisables qui plus est, ce qui permet d’avoir accès à toutes les fonctionnalités simples en un clic. Wi-Fi, Bluetooth, Mode Avion, rotation de l’écran... tout se retrouvera dans cette barre à dérouler. C’est là aussi que vous trouverez vos appels manqués, SMS reçus, captures d’écrans prises, courriels arrivés dans vos boîtes, bref, toute l’activité de vos comptes sociaux et professionnels. C’est ce qui manque beaucoup, par exemple à Windows Phone 8.

Samsung Galaxy Mega 6.3 notifications Samsung Galaxy Mega 6.3 menu



A côté de cela, le système est organisé en bureaux, sur lesquels vous pourrez mettre des icônes d’application ou des widgets. Ces derniers sont des applications dynamiques qui restent toujours ouvertes et s’actualisent soit automatiquement, soit quand vous les manipulez. Vous pourrez consulter d’un coup d’oeil vos réseaux sociaux, Facebook ou Twitter, ou utiliser l’un des nombreux widgets de Samsung. Météo dynamique, S Travel pour les recommandations de voyage, Galerie pour afficher vos photos sur vos bureaux, S Calendrier pour, comme son nom l’indique, avoir un calendrier sous les yeux très rapidement, Story Album pour de véritables albums photos que vous aurez créé au préalable... bref, tout y est. Ajoutez à cela les widgets partenaires comme Flipboard pour l’actualité, Yahoo! News pour les brèves et ceux de Google, comme la recherche ou Music et vous aurez un panel très complet.

Samsung Galaxy Mega 6.3 widget Samsung Galaxy Mega 6.3 widget



Samsung Galaxy Mega 6.3 widget Samsung Galaxy Mega 6.3 widget



Sur Android 4.2.2, il est également possible de personnaliser son écran de verrouillage. Si vous voulez une sécurité maximale, ce n’est pas très judicieux, vu que ce sont des informations affichées dès que vous allumez l’écran de votre appareil, avant de le déverrouiller. Si le confort et l’accessibilité vous parlent plus, vous pourrez donc ajouter vos applications favorites sur plusieurs écrans de verrouillage ainsi que des widgets qui pourront s’agrandir ou se rétrécir et vous amener en un toucher aux applications. C’est le cas par exemple des notifications qui pourront se retrouver sur un de ces nouveaux bureaux et ouvrir les applications directement. On passe de 3 mouvements (déverrouiller, descendre la barre, toucher la notification) à 1 ou 2 (toucher le widget sur le lockscreen). Fort pratique.

Samsung Galaxy Mega 6.3 applications Samsung Galaxy Mega 6.3 applications



Samsung Galaxy Mega 6.3 applications Samsung Galaxy Mega 6.3 applications



Bien évidemment, on retrouve toutes les applications Google et la synchronisation de toutes vos données avec un compte Gmail. Comme d’habitude sur Android, le compte Gmail est la clef de voute de votre utilisation : contacts, mails, calendriers, chats, accès au magasin d’application Google Play, Google Now, Google Music, bref, tout passe par lui. Les applications ont reçu une petite cure de jouvence ces derniers temps, pas toujours pour le mieux (il est par exemple plus difficile maintenant de supprimer un mail sur Gmail, mais plus simple de l’archiver). Globalement, ce sont toutes des réussites.

Samsung Galaxy Mega 6.3 applications



Maps, entre toutes, est particulièrement efficace au niveau de la géolocalisation par GPS et du guidage. La localisation sur la carte est rapide et les informations sont très précises. Depuis peu, Google a ajouté les plans intérieurs de quelques monuments à visiter dans les grandes villes, fort pratique si vous ne souhaitez pas vous embarrasser d’un guide papier à l’entrée. Google Now est toujours le big brother de la firme, scrutant vos moindres déplacements pour vous donner des informations pertinentes sur vos alentours. Horaires de cinéma proches, météo, temps du trajet retour jusque chez vous, résultats sportifs, anniversaires, rendez-vous... cela fonctionne plus ou moins bien, selon le niveau d’informations que les villes et organismes laissent collecter.

Le multitâche, standard depuis Android 4.0, s'active en appuyant longuement sur la touche « Home ». Samsung a gardé l’organisation d’Android nu : vos applications s’afficheront sur une barre défilante de haut en bas. Un double appui lancera la recherche vocale par Samsung, S Voix, pas forcément convaincante. Un appui long sur le bouton retour vous permettra de faire apparaître un menu latéral, à gauche de l’écran, qui vous proposera d’utiliser un multitâche innovant avec deux applications ouvertes sur le même écran. Cela a du sens sur un appareil aussi gros.

Samsung Galaxy Mega 6.3 multitâche Samsung Galaxy Mega 6.3 lockscreen



Samsung Galaxy Mega 6.3 lockscreen Samsung Galaxy Mega 6.3 paramètres






Système d’exploitation (OS) + Interface utilisateur : écosystème Samsung (2/2)

Nous avons brièvement noté quelques fonctionnalités propres à Samsung dans notre description d’Android, entrons en détail dans l’offre de services du constructeur, qui est fort complète, comme d’habitude. Sur Android et particulièrement dans le haut de gamme, c’est devenu une exigence pour se démarquer de la concurrence pour le grand public, même si nous sommes enfin arrivés à l’heure où les constructeurs proposent des versions « Android nu » de leurs fers de lance.

Comme d'habitude, procédons par ordre alphabétique. Samsung n’innove pas, mais retrouver une application Aide en français est utile pour le néophyte. Cela remplace avantageusement le manuel papier. Calculatrice fait exactement ce que son nom indique, simple et efficace. ChatOn est l’application de chat en ligne de Samsung. Concurrente directe de Facebook Chat ou de Google Talk, elle n’est que très rarement utilisée. Pour booster sa base d’utilisateurs, Samsung la préinstalle désormais sur ses modèles. Pas sûr que le géant parvienne à convaincre. Chrome sera votre navigateur de prédilection, même si Samsung s’entête à laisser un navigateur alternatif sur ses appareils.

Samsung Galaxy Mega 6.3 apps Samsung Galaxy Mega 6.3 calculatrice



Dropbox est préinstallé sur le Galaxy Mega, fruit d’un partenariat avec Samsung qui date du Galaxy S3. C’est un service de sauvegarde dans les nuages multiplateformes ultra performant et très bien utilisé sur mobile : par exemple, dès que vous vous connectez en Wi-Fi, l’application va uploader vos photos. Lancez Dropbox sur votre ordinateur, et vous les aurez automatiquement. Le partenariat avec Samsung vous donne le droit à 50 Go d’espace gratuit pendant un an.

Samsung Galaxy Mega 6.3 dictaphone Samsung Galaxy Mega 6.3 bloc note



Enregistreur vocal est un enregistreur vocal. Les micros ne sont pas sensationnels, attendez-vous donc à avoir pas mal de bruit de fond, mais l’application fait le boulot. Flipboard est le célèbre lecteur de flux RSS qui propose une mise en page élégante de vos articles. Il est disponible sur le Play Store, mais comme Samsung avait eu l’exclusivité pour le Galaxy S3, il se retrouve toujours préinstallé sur les modèles Galaxy. Group Play n’a rien de sexuel, c’est une application assez intéressante qui vous permettra de faire plusieurs choses en connectant des appareils. Transférer des fichiers, partager des photos, mais aussi, jouer en multi-joueurs, chacun sur son écran. Il faut évidemment que l’appareil de vos amis soit compatible et que les jeux utilisés proposent la fonctionnalité : Samsung n’en fournit que 2.

Samsung Galaxy Mega 6.3 share Samsung Galaxy Mega 6.3 share 2



Samsung Galaxy Mega 6.3 share Samsung Galaxy Mega 6.3 navigateur



Internet n’est pas internet, mais un navigateur alternatif, proposé par Samsung. C’est un peu bête dans la mesure où Chrome est installé et qu’il est objectivement moins intéressant que ce dernier. C’est pourtant lui qui sera en raccourci sur les écrans d’accueil...

Mes Fichiers est un explorateur de fichiers vous permettant d’explorer vos dossiers, de déplacer et copier des fichiers, bref, d’organiser vos documents. Il est plutôt bien fichu et permet de faire à peu près tout ce que l’on souhaiterait. Recherche Vocale est l’application de Google vous permettant de faire de la recherche sur internet à l’aide de votre voix. S Memo est un bloc note fort complet et synchronisable sur plusieurs appareils, mais qui perd un peu de son intérêt sur un smartphone sans stylet. S Traducteur est un outil de traduction proposé par Samsung qui vous permettra non seulement de dicter les mots à traduire, mais aussi de faire parler votre téléphone à votre interlocuteur grâce à la synthèse vocale. Bémol incompréhensible : il vous faudra vous connecter (et donc créer) un compte Samsung pour l’utiliser.

Samsung Galaxy Mega 6.3 navigateur Samsung Galaxy Mega 6.3 s voice



Samsung Apps est un marché d’applications alternatif proposé par le constructeur. Il ne vous proposera pas grand-chose de plus que le Play Store de Google que nous vous conseillons d’utiliser. Samsung Link est un service qui vous permettra de partager votre contenu très simplement sur tous vos périphériques Samsung, en utilisant un réseau Wi-Fi ou data (attention, grosse consommation). Il vous faudra un compte Samsung et un parc d’appareils compatibles conséquent pour en profiter au maximum.

Story Album est une galerie proposée par Samsung qui vous permettra de mettre en page vos clichés dans des albums. En somme, c’est l’équivalent des après-midi collage de photographie argentique dans les albums papier en version numérique. Vous pourrez afficher vos créations sur le widget déjà évoqué. Le fameux TripAdvisor est de la partie, préinstallé sur le Mega : il vous donnera des conseils touristiques pour éviter de vous perdre dans des attrape-touriste. Video, comme son nom l’indique, sera le lecteur vidéo par défaut de Samsung. Il remplace une vieille application qui existait sur les smartphones de la marque depuis le Galaxy S2. Nous verrons ce qu’il en est dans la partie multimédia. WatchOn enfin est un service de VOD nécessitant un compte Samsung. Il vient s’ajouter à Google Play Film, lui aussi préinstallé.

Samsung Galaxy Mega 6.3 watchon Samsung Galaxy Mega 6.3 storyalbum



Du Galaxy S4, le Mega a hérité d’une tripotée de mouvements, tactiles ou non, qui sont bien plus des gadgets consommateurs de batterie, que l’on utilisera que très peu, que de véritables arguments de vente pour l’instant. La fonction la plus utile reste celle qui vous permet d’appeler un contact quand vous mettez à l’oreille le smartphone alors que vous êtes sur sa fiche ou sur un SMS qu’il aurait envoyé. Les autres mouvements repris du Galaxy S4 (insérer lien vers le test) n’ont pas été améliorés et sont donc toujours aussi peu efficaces. La fonctionnalité qui permet de laisser l’écran allumé si vous le regardez marche plutôt bien mais consomme de la batterie : à vous de voir.




OS : Réactivité de système d’exploitation et de l’interface utilisateur

En termes de réactivité, les smartphones haut de gamme récents sous Android n’ont rien à envier à la concurrence. Et pourtant, sur ce Mega, il reste quelques soucis. Samsung a souvent fait des sans faute en la matière et a peaufiné Touchwiz jusqu’à la rendre parfaitement fluide depuis les dernières versions de l’interface, mais ce n’est pas toujours le cas à l’usage : étrange.

Si l’on ne parle que des menus (et encore, parfois, cela accroche), des différents écrans de verrouillage ou de la barre de notifications, bref, du coeur du système, il n’y a rien à redire. Dans la plupart des applications et jeux, le smartphone est également fort à son aise. Cela dit, certaines applications sont anormalement longues à s’ouvrir ou à réagir. Si vous prenez la galerie par exemple, il faudra parfois attendre jusqu’à 10 secondes (!) pour que l’application réagisse et vous permette de naviguer entre vos photographies. Plusieurs fois nous l’avons crue plantée, mais non, c’était simplement le temps qu’elle mettait à se lancer. On retrouvera ces lenteurs sur des applications propriétaires et tierces, comme Story Album ou Facebook, qui ne semblent vraiment pas optimisées.

Résultat, on a un smartphone énorme qui, assez souvent, est pataud. C’est dommage quand on s’est habitué à la réactivité d’un Galaxy S4 ou d’un Galaxy Note 2, de trouver des lenteurs sur un tel modèle. Souci également : le bouton Home ne vous ramènera pas instantanément sur l’écran d’accueil quand vous ferez une pression simple. L’explication est simple : le système attend de voir si vous allez faire une deuxième pression pour lancer les commandes vocales S Voice. C’est assez pénible si l’on veut être efficace : heureusement, il est possible de désactiver S Voice dans les menus de l’application et de gagner en rapidité d’exécution.

Pour autant, du côté de la navigation, c’est du tout bon : les pages s’affichent très vite, en moins de 2 secondes en Wi-Fi, et entre 2 et 5 secondes en 3G, avec Chrome. De même, on ne retrouve plus les problèmes de GPS qui avaient causé la mauvaise réputation du Galaxy S premier du nom chez le constructeur : il se fixe très vite à votre position et vous permet une géolocalisation précise, même dans des appareils très rapides, comme un train.

Samsung Galaxy Mega 6.3 navigateur Samsung Galaxy Mega 6.3 paramètres



La batterie n’est pas un exemple du genre. Si on avait pu être impressionnés par les Galaxy Note qui autorisaient une journée complète, voire plus, en usage intensif pour l’utilisateur, le Mega n’est pas aussi bien optimisé. La faute, sûrement, à tous les gadgets ajoutés sur la ROM Samsung depuis la dernière version de Touchwiz. N’espérez pas tenir plus d’une journée avec un Galaxy Mega utilisé à son plein potentiel. De même, au rang des déceptions, la durée de charge est incroyablement longue. Il faudra une bonne matinée pour arriver aux 100% : n’espérez pas le brancher « quelques minutes » avant de partir, vous ne gagnerez que peu de répit. Préférez donc faire des recharges complètes la nuit.




Téléphonie et qualité d’écoute

Alors que la Voix HD commence à se diffuser sur les réseaux des opérateurs et que beaucoup de constructeurs équipent leurs smartphones avec cette nouvelle technologie de transmission, vous ne la retrouverez pas sur le Galaxy Mega. La qualité d’écoute est donc passable, correcte, mais n’atteint pas celle d’un HTC One ou de la plupart des Nokia sous Windows Phone 8. Ce n’est pas nouveau : Samsung n’est pas du genre à équiper ses appareils de micros de qualité et cela se sent, maintenant que la concurrence essaie de faire des efforts. Nous en reparlerons au chapitre multimédia.

Samsung Galaxy Mega 6.3 priseenmain



Côté ergonomie, vous retrouverez sur le clavier la numérotation intelligente, la recherche dans les contacts, les groupes, les favoris, l'historique des appels. Tout est synchronisé avec votre compte Gmail et vous n'aurez donc plus à vous soucier de recopier tous vos numéros si vous changez de téléphone. Samsung a également ajouté quelques petites fonctionnalités assez plaisantes : nous avons déjà évoqué, par exemple, le geste qui permet d’appeler un contact quand on porte le smartphone à l’oreille. Quand vous êtes dans le menu des contacts ou sur le menu des appels, vous pouvez également faire glisser l’icône sur la droite ou sur la gauche pour l’appeler ou lui envoyer un SMS. Très pratique.

Du côté du clavier et de la saisie de texte, c’est plus problématique. Vue la taille de l’engin, vous vous doutez que ce n’est pas forcément aisé de taper du texte à une main : c’est même impossible ou très difficile. Ce qui est plus pénible en revanche, c’est que le clavier est vraiment trop gros. Même avec deux pouces, cela n’est pas naturel d’accéder à telle ou telle touche et bien souvent, vous appuierez sur la mauvaise. C’est assez paradoxal puisqu’on aurait pensé que plus le clavier est gros plus les touches seraient accessibles, mais ce n’est pas le cas du tout en l’état : les contorsions des pouces rendent la tâche plus difficile et pénible que prévu, même avec de l’entraînement.




Capture photo et vidéo

HTC innove (et ne réussit pas parfaitement son coup), Sony améliore et Samsung... réutilise. Sur le Mega au moins, le capteur sera à peu de choses près le même que celui employé depuis longtemps sur les appareils haut de gamme : un capteur 8 megapixels équipé des dernières technologies logicielles, mais pas vraiment d’innovation côté technique. On retrouvera une galerie de filtres et quelques fonctionnalités amusantes, comme le mode panoramique. Même si nous sommes sur Android 4.2, l’option Photo Sphere qui permet de faire des photos navigables dans l’espace à 360 degrés n’est pas disponible sur ce Galaxy Mega.

Samsung Galaxy Mega 6.3 appareil photo Samsung Galaxy Mega 6.3 appareil photo



En pratique, les photos prises par l’appareil ne sont pas transcendantes. Ce n’est pas mauvais, attention, mais du niveau d’un Galaxy Note premier du nom, voire d’un Galaxy S2, qui avait, lui aussi, un capteur 8 megapixels de bonne qualité. Ce qui était du haut de gamme à l’époque apparaît banal aujourd’hui. Le plus gros souci, c’est que vu la taille de l’appareil, ce n’est absolument pas simple de prendre des photos. La mise au point tactile sera complexe à faire quand vous tiendrez l’appareil à l’horizontale avec les deux mains. On est loin en tout cas des avancées actuelles en matière de photographie de nuit, par exemple.

Samsung Galaxy Mega 6.3 appareil photo exemple



Samsung Galaxy Mega 6.3 appareil photo exemple



Samsung Galaxy Mega 6.3 appareil photo exemple



Côté vidéo, c’est en revanche franchement décevant. Des appareils comme le Nokia Lumia 620 sont capables de prendre désormais des concerts sans saturer, avec une belle gestion logicielle de la saturation audio (le micro n’enregistre pas au-delà d’une certaine limite). Nous avons tenté l’expérience avec un Galaxy Mega, et c’est tout simplement mauvais. La balance de l’enregistrement audio est une catastrophe : il y a bien un logiciel qui tente de limiter la saturation, mais il joue tellement mal son rôle qu’il change complètement l’égalisation. Résultat, un brouahah inaudible et une qualité d’image pas fantastique. Un jour, Samsung proposera de meilleurs micros et une gestion parfaite du son, mais ce n’est pas arrivé. Du reste, vous pourrez prendre des vidéos en 1080p Full HD à 30 images par seconde. C’est déjà ça.




Lecture multimédia (photos/vidéos/son)

Qui dit appareil haut de gamme dit tests poussés avec des fichiers lourds, incongrus, non compressés ou presque. Au petit jeu du décodage de fichiers, Samsung a toujours été le grand expert : depuis le Galaxy S2, aucun fichier ou presque ne résistait au lecteur par défaut des smartphones coréens. Il avait pris une belle longueur d’avance en exploitant à la fois la partie matérielle et en optimisant la partie logicielle. Samsung, notamment, a été un des rares constructeurs à proposer un lecteur vidéo natif sur Android.

Cela dit, cette fois, le fameux Lecteur vidéo s’est transformé en une application Vidéo et le processeur n’est pas construit à la maison. On partait donc confiant mais avec plus de réserves que d’habitude. Et force est de constater que nous avions raison : comble pour un appareil multimédia, tous les médias sont loin d’être décodés. Ainsi, nos fichiers tests en 1080p ne sont pas tous passés. D’emblée, Vidéo n’a pas tout affiché (le .mov en AVCHD n’était pas listé) et dans ceux affichés, seul un était lu correctement (un .mkv en h.264). Un autre était lu mais n’avait pas de son (un .mkv encodé différemment) et un troisième, en DivX, avait du son mais pas de vidéo.

Samsung Galaxy Mega 6.3 FilmsSamsung Galaxy Mega 6.3 Films



Résultat, pour un smartphone qui ferait presque télévision de poche, c’est bien faible en natif. On aurait aimé que Samsung y aille à fond et permette, sur ce modèle plus que sur tous les autres, une lecture parfaite d’un grand nombre de fichiers. En utilisant MX Player HD, c’était un peu mieux. Le décodage matériel buguait toujours, mais le décodage logiciel était quasi tout le temps fonctionnel. Quasi, puisque le deuxième .mkv n’était toujours pas parfaitement fluide et que l’AVCHD était loin, lui aussi, d’être très propre. Cela dit, le tout était lisible, l’audio calé à la vidéo. Si nous chipotons, c’est bien qu’un smartphone avec des capacités multimédia aussi évidentes ne devrait avoir aucun problème !

Côté musique, c’est dans la norme. Samsung n’a jamais fait d’effort pour intégrer des composants haut de gamme sur ces appareils à ce niveau-là et on sent bien qu’on n’est pas du tout à la hauteur d’un HTC One. Cela dit, si vous utilisez des services de streaming, vous ne devriez pas voir la différence. Google Music, par exemple, dans sa nouvelle version, joue parfaitement son rôle de lecteur audio à tout faire. Il vous proposera de télécharger vos morceaux dans les nuages pour les retrouver partout en déplacement, dans la limite de la couverture 3G. Avec une limite à 20 000 morceaux, vous aurez clairement le temps de voir venir. Notez qu’il faudra être américain pour profiter du service de streaming illimité à la Spotify ou Deezer. A côté du lecteur de Google, le lecteur de Samsung fait pâle figure, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Samsung Galaxy Mega 6.3 musiqueSamsung Galaxy Mega 6.3 musique



De son côté, la galerie est très classique et est structurée sur une colonne : elle affiche vos dossiers et vos dossiers synchronisés (ceux de Dropbox par exemple) et vos fichiers image. La navigation est intelligente et le partage est efficace, l’application vous permettant d’envoyer des fichiers vers d’autres applications, comme celles gérant vos réseaux sociaux. Sobre et fonctionnelle, en somme.

Samsung Galaxy Mega 6.3 galerieSamsung Galaxy Mega 6.3 galerie



Pour ce qui est des jeux vidéo, il faut savoir que le Snapdragon 400 embarqué n’est pas le plus avancé des processeurs actuels, mais qu’il est tout de même bien équipé pour faire tourner la quasi-totalité du catalogue Android. Le processeur graphique Adreno 305 est assez diffusé pour être pris en compte par les développeurs lors de l’optimisation des titres. Jouer sur le Galaxy Mega est vraiment intéressant pour le coup : même avec ce hardware qui n’est pas haut de gamme, l’appareil a une bonne prise en main (à deux mains) et vous pourrez mettre vos doigts ailleurs qu’en plein milieu de l’écran. Une petite console portable entièrement tactile fort agréable !




Conclusion

Le Galaxy Mega 6.3 ne fait donc pas un sans-faute, loin de là. Si le smartphone reprend les codes du Galaxy Note et du Galaxy S3, qu’il combine assez adroitement, son format et ses performances ne sont pas à la hauteur de nos espérances. Alors certes, le Mega 6.3 est bien mieux que son petit frère le 5.8, il dispose d’une des dernières versions d’Android en date, et globalement, c’est un appareil bien fini. Cela dit, plus que jamais va se poser la question de l’utilité d’un tel monstre et de ses capacités réelles par rapport à la concurrence.

Si vous avez un usage orienté vers la correspondance, qui est plus du côté « phone » que du côté « smart », vous pouvez oublier le Galaxy Mega. C’est un appareil encombrant, peu transportable, souvent maladroitement placé dans une poche, qui vous gênera dans vos moindres déplacements. De plus, le confort à la frappe n’est pas évident, car l’écran est bien trop gros pour un pouce et dans un format trop étrange pour tomber sous deux pouces. Si vous cherchez une bête de puissance, vous déchanterez bien vite : le Galaxy Mega a certes un gros écran, mais sous le capot, il se rapproche plus des smartphones du début de l’année 2012 que de ceux du milieu de l’année 2013. La taille ne fait pas tout et cela se sent à l’usage : nous ne sommes pas sur la fluidité du haut de gamme, ni celui de cette année, ni celui de l’année dernière.

On attendait au tournant ce monstre côté multimédia et nous sommes déçus également : la lecture de vidéos n’est pas aussi parfaite qu’elle devrait l’être sur un modèle qui semble avoir été taillé pour l’usage. La lecture passera sur la plupart des formats, mais pas avec le lecteur par défaut, et pas avec des codecs exotiques (pourtant trouvés sur les sites de référence de benchmark vidéo). La capture est plutôt catastrophique, en plus de la prise en main pas franchement plaisante pour filmer ou prendre des photos. Reste en fait au Galaxy Mega 6.3 le jeu vidéo, qui est vraiment très agréable sur un écran si grand et qui permet au joueur de mettre ses doigts ailleurs que sur le jeu. Nos confrères du Gorafi résument parfaitement la situation : « C’est tellement risqué et en même temps terriblement osé. Samsung, en commercialisant un appareil quasi inutilisable, se place sur un créneau très particulier qui est celui de l’originalité. »



Note : 70/100

Les plus :
• Le format original
• Les bonnes finitions
• Android 4.2.2
• L’excellente suite logicielle par Samsung
• Les jeux vidéo
• Un smartphone moyen en tout...

Les moins :
• ... mais bon en presque rien
• La prise en main dramatique dans la plupart des situations et des usages
• Des caractéristiques techniques disproportionnées par rapport au format
• Un écran finalement moyen
• Les lenteurs dans le système d’exploitation
• La partie son sous-dimensionnée pour un appareil multimédia
• La batterie : s’épuise vite, se recharge lentement

Test réalisé par Julien Cadot
Date de publication : 12/07/2013.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image Honor 70
image Google Pixel 6a