image de couverture lesmobiles

Test : Samsung Platine

Par La Rédac LesMobiles - 12 juin 2009 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Tout pour la musique ! Samsung a entièrement dessiné ce Platine autour d'une fonction : le baladeur MP3. Sans pour autant négliger les fonctions photo et les vidéo. Le Platine pourrait plaire aux 15-25 ans.
Le Platine est conçu pour les gros consommateurs de MP3. Samsung a soigné la fonction baladeur dans les moindres détails : touches dédiées, interface intelligente, logiciel de mixage façon DJ, et beaucoup d'autres bonnes idées. Le constructeur coréen a donné au Platine un look très particulier. Le but étant probablement de séduire les ados et les jeunes adultes.



Musique à part, le Platine est un mobile complet, qui profite du savoir faire du coréen en vidéo et en photo. Côté ergonomie, il reprend l'interface des Player, réputée pour sa facilité d'usage. Le Platine part donc avec beaucoup d'atouts. Mais pour un mobile 3 mégapixels, son prix est assez élevé : 350€ hors abonnement. Samsung n'a pas le droit à l'erreur. Son Platine doit réaliser un sans faute. Car la concurrence est rude : le Nokia 5800 Xpress Music, son adversaire direct, est facturé quelques euros de moins.

Le Platine est un mobile assez compact, qui se glissera dans toutes les poches. Son épaisseur de 14 mm et ses bords très arrondis le rendent passe-partout. Le Samsung est privé de clavier mécanique. Il faut se contenter d'un clavier virtuel. Ce qui ne posera pas de gros problèmes à sa clientèle assez jeune. L'emballage du Platine est très compact. On y trouve tout ce dont un mobile MP3 devrait être doté.

Contenu du Pack

• Une batterie 960 mAh
• Un chargeur
• Un casque intra-auriculaire
• Une télécommande filaire séparée
• Un câble data micro USB
• Une carte mémoire micro SD de 1 Go + adaptateur SD
• Le mode d'emploi
• Un mini CD-ROM contenant Samsung PC Studio



Samsung nous livre un package correcte même si on aurait aimé une carte mémoire de plus grande capacité.


Aspect et Design

Samsung a visiblement laissé beaucoup de liberté aux designers du Platine. Les bords supérieurs et inférieurs du mobile sont en forme d'arrondi parfait. Les extrémités du Platine rappellent la courbure des oreilles, ou celle des haut-parleurs. Le pourtour du mobile, assez large. Il est coulé dans un métal gris plutôt agréable à l'oeil. La tranche du mobile est moins flatteuse. Ses plastiques sont assez vulgaires et ses touches un peu trop clinquantes. Au dos du mobile, le motif de la coque est assez agréable. Mais ses plastiques font un tout petit peu toc. Les matériaux employés par Samsung ne sont pas très subtils. Mais le Platine a une gueule qu'on n'oublie pas.



La coque du Platine est robuste. Mais le revêtement du pourtour en métal est fragile. Une chute de 15 cm sur une dalle en pierre a laissé un petit éclat dans la peinture du Player. Il faudra prendre soin du Platine. Peut-être même lui offrir un étui. L'écran est fin (240x480 pixels) mais un peu étroit (2,8 pouces). Ses couleurs sont irréprochables. En plein soleil, il demeure relativement lisible.



Sur la face avant, le Platine n'a que trois boutons disposés sur le côté droit : décrocher, raccrocher, revenir en arrière. Son fonctionnement est très facile à assimiler. D'autant que les boutons sont assez agréables au toucher. Le côté gauche de la face avant contient le haut-parleur ainsi qu'un objectif photo pour les appels en visio.



La tranche supérieure accueille l'emplacement pour carte mémoire micro SD ainsi que la touche dédiée à l'appareil photo.



La tranche inférieure du mobile dispose quant à elle de la touche de volume, d'un bouton coulissant permettant de verrouiller le mobile, ainsi que d'un connecteur à fonctions multiples (chargeur et câble data).



Enfin, la tranche latérale gauche accueille la prise 3,5 mm pour les écouteurs fournis.


OS & Ergonomie

Le Platine se contrôle exactement comme un Player. Son interface est entièrement pilotable au doigt. Le menu d'accueil est très clair. N'y figurent que trois icones : Clavier, Répertoire, Menu. Cliquer sur le bouton Menu ouvre une page remplie d'icônes très claires. La plupart des applications sont donc accessibles en un ou deux clics. Revenons à la page d'accueil. En cliquant sur le petit onglet qui dépasse, à gauche de l'écran, on fait apparaître une barre contenant des programmes divers et variés : Google, Allociné, le Gestionnaire d'Anniversaires, etc. Ce sont des Widgets, la réponse de Samsung à l'iPhone et à ses applications. Malheureusement, le Platine ne propose que quelques dizaines de widgets : ce n'est pas un smartphone. Tandis que l'iPhone propose plus de 15 000 applications.



Les Widgets du Platine ne sont pas très agréables à utiliser. La plupart du temps, il faut les glisser sur le bureau pour s'en servir. La manoeuvre n'est pas très agréable. Le bureau est vite encombré, et n'est pas extensible comme celui du Player One. Lequel permet d'étaler les widgets sur trois volets. Les widgets sont donc nettement moins agréables à utiliser que sur le Player One.

Widgets à part, le Platine demeure un mobile très simple d'usage, et agréable à manipuler. On regrette cependant l'absence d'un clavier virtuel Azerty à 26 touches. Le Platine présente uniquement un clavier virtuel numéroté de 0 à 9. Pour taper un SMS, la saisie est aussi lente que sur un mobile à clavier. Dommage.



Côté connectivité, le Platine fait l'impasse sur le WiFi. Son concurrent, le Nokia 5800 Xpress Music, en est doté. Mais le WiFi n'est pas une fonction indispensable sur un mobile orienté loisirs. Le Platine est équipé d'une antenne 3G+/Edge, qui sert infiniment plus souvent qu'une antenne WiFi. Edge passe presque partout. La 3G est disponible dans toutes les grandes villes. Le WiFi est rarement accessible, car protégé par mot de passe.

Côté mémoire, Samsung est mesquin. Le mobile est fourni avec une carte Micro SD de 1Go. De quoi stocker une vingtaine d'albums de musique. Un peu court. Nokia fournit son 5800 avec 8Go de mémoire. Pour passer le Samsung à 8Go, il faudra acquérir une carte mémoire facturée environ 20€. Ce qui creuse l'écart de prix entre le Nokia et le Samsung.


Fonctions Multimédia (Appareil Photo / Vidéo)

Le Platine prend des photos d'une résolution modeste de 3 mégapixels. Mais quels pixels ! Sur l'écran d'un ordinateur, les clichés paraissent très nets, très définis. Presque autant que ceux d'un appareil 8 mégapixels. La différence ne commence à sauter aux yeux que quand on imprime les photos en A4. Elle devient spectaculaire en A3, mais qui imprime ses photos en A3 ? Les couleurs des clichés sont presque irréprochables. Leur netteté est difficile à prendre en défaut : le Platine est équipé d'un autofocus.



Pourtant, les clichés du Samsung ont quelques défauts. Le capteur du Platine a tendance à « brûler » légèrement les parties les plus claires de l'image. Deuxième défaut : en intérieur, dans la pénombre, les clichés sont assez sombres, et dégradés par le « bruit numérique ». Un résultat assez passable comparé à la moyenne des mobiles. Heureusement, le Platine est équipé d'un petit flash qui éclaire correctement à 1 mètre. Bien pratique dans l'obscurité.


Photos prises depuis le Samsung Platine en 2048*1536 pixels [cliquez pour agrandir]



En somme, les amoureux de la photo préfèreront largement photographier avec un 8 mégapixels comme le Player Ultra. Mais les photographes du Dimanche s'accommoderont très bien des photos du Platine. Ils ne noteront d'ailleurs pas une différence spectaculaire. Retenons-en cette leçon : le nombre de pixels a peu d'influence sur la qualité d'un appareil photo.



Le Platine filme en VGA. Théoriquement, ses vidéos sont donc aussi fines que celles d'un vrai caméscope. Mais les images du Platine sont légèrement sautillantes. Elles manquent également parfois de fluidité. En revanche, leur netteté est excellente, et leurs couleurs plutôt correctes. On pourra les regarder sur une télévision, à condition de limiter le visionnage à quelques minutes. Après quoi le sautillement finira par fatiguer les spectateurs.


Autres Fonctions (Internet, Lecteur MP3, WiFi, Bluetooth…)

Voici le clou du spectacle : le lecteur MP3 du Platine. Il est extrêmement facile d'accès. En un seul clic, le bouton d'accès direct, disposé sur la tranche du mobile, sort le Platine du mode veille, et ouvre le lecteur MP3. Bien vu. Un deuxième clic affiche la liste des MP3 disponibles. On s'y déplace facilement, grâce à une mollette tactile ronde, particulièrement astucieuse. Cette mollette est à cheval entre le bas de l'écran, et le bas du mobile. Juste au dessus des touches mécaniques, la face avant est en effet revêtue de capteurs tactiles. On peut donc dérouler la liste des MP3 d'un mouvement circulaire, à cheval sur l'écran et la coque. Le défilement est rapide et précis. Le lecteur MP3 d'un iPhone demeure plus clair, certes, mais l'interface musicale du Platine est fort agréable.



Samsung a glissé dans la boite tous les accessoires nécessaires. Un casque intra-auriculaire au son agréable. Et une télécommande filaire séparée. On a donc quatre possibilités pour écouter ses MP3. Première option : brancher le casque Samsung dans la prise mini-jack. Deuxième option : rajouter au casque Samsung la télécommande filaire. Troisième solution : raccorder au Samsung son casque préféré. Quatrième solution : rajouter la télécommande entre le casque et le mobile. Samsung propose même une cinquième façon d'écouter ses MP3 : raccorder un casque bluetooth stéréo.



La qualité sonore du Platine est très bonne : l'écoute au casque est fine, équilibrée, agréable. On est à un cheveu de la référence, l'iPhone. Le Platine embarque deux hauts parleurs puissants signés Bang&Olufsen. D'après Samsung, ils diffusent un son stéréo exceptionnel. Le test est décevant. Le son est un peu plus fin que celui du haut parleur de l'iPhone. Mais où est la stéréo ? Et où sont les basses ? Le HP mono de l'iPhone respecte un peu mieux l'équilibre sonore des MP3 que le HP stéréo Bang&Olufsen du Samsung. Les HP du Platine n'ont qu'un avantage sur l'iPhone : leur volume sonore est plus élevé. Pas de quoi décoiffer un amateur de techno toutefois. Le Platine aligne encore deux atouts : sa radio FM, agréable. Et son lecteur de vidéos, agréable. Il lit la plupart des DivX.



Le logiciel Platine DJ est décevant. Son but : remixer les morceaux de musique électronique. Pour y parvenir, Samsung vous propose une dizaine de filtres sonores, et une vingtaine de samples à rajouter par dessus vos MP3. Les samples choisir par Samsung sont assez agressifs, mais ils peuvent convenir pour accompagner un morceau de musique électronique. On les insère manuellement, en cliquant sur l'écran. Il faut donc cliquer au bon moment, dans le tempo. Problème : le Platine lit les samples avec un léger retard. Il faut anticiper ce retard : compliqué, même pour un musicien. Une touche « record » permet d'enregistrer votre cuisine sonore pour la repasser plus tard.

Quant aux filtres, ils sont amusants, mais guère utiles pour remixer un morceau de musique (réverb, écho, atténuation des graves, atténuation d'aigus, etc). On remarque tout de même un filtre qui permet de changer la hauteur d'un morceau. Et même de l'accélérer. Cela pourrait servir pour enchaîner des MP3 pendant une soirée. Problème, le Platine n'inclut aucun logiciel qui permette d'enchaîner deux titres en les chevauchant. Les fonctions de Platine DJ sont vraiment limitées : rajouter des filtres et des samples à des MP3 existants. On peut aussi scratcher, comme sur un disque. Pour ce faire, Samsung affiche un disque virtuel au milieu de l'écran. On peut y pose son doigt et faire bouger le disque. Mais le Platine est en retard : on perçoit un net décalage entre le moment où l'on bouge le doigt, et le moment où l'on entend le scratch. Inutilisable, par conséquent.



Terminons cette revue de Platine DJ par le filtre « Outil de mise en boucle ». Il permet de découper un MP3, pour n'en garder qu'un petit bout, et le relire en boucle. Malheureusement, le logiciel se trompe souvent lorsqu'il détecte le tempo du morceau. Résultat, la boucle est mal découpée, elle est bancale, à côté du rythme. Bref, Platine DJ ne fait rien de façon convaincante. Pour ne rien arranger, c'est un logiciel difficile à comprendre. Il ne restera pas dans les annales.



Le Samsung embarque une antenne GPS. Elle est associée à Google Maps, fort pratique pour trouver son chemin lorsqu'on marche à pieds. Le GPS du Platine est lent à calculer la position du mobile : on attend plus d'une minute. Ce qui rend son utilisation assez désagréable au quotidien. Dommage car Google Maps est fluide et plaisant à utiliser.



Naviguer sur Internet n'est pas un plaisir sur le Platine. Le butineur web est mal conçu. Lorsqu'on ouvre un site, il affiche la page en 100% : on n'en aperçoit qu'un petit bout. Au lieu d'afficher la totalité de la page, et de permettre à l'internaute de cliquer sur la zone qui l'intéresse d'un simple clic, comme le permettent par exemple l'iPhone et le Player One. Quant au logiciel de messagerie du Platine, ce n'est pas un modèle du genre. Il est assez désagréable à utiliser.


Conclusion (Plus et Moins)

A l'heure du bilan, le Samsung fait plutôt bonne figure. Son lecteur MP3 est excellent en tous points : agréable à utiliser, pratique avec sa prise jack et sa télécommande, il diffuse un son très agréable. Mais la fonction DJ est une déception : elle est difficile à utiliser et inefficace. Le Samsung a d'autres armes pour séduire les 15-25 ans. Ses vidéos VGA sont fines, ses photos assez belles. Et ses menus tactiles, empruntés aux Players, sont simples et agréables à utiliser, hormis le navigateur web et le logiciel d'emails.



Dommage que le Platine soit vendu 350€ hors coffret. S'il passait sous la barre des 300€, son pouvoir de séduction en serait décuplé. Car le Nokia 5800 Xpress Music présente un bilan plus alléchant. Sa fiche technique est assez proche : photos 3 mégapixels, vidéos VGA, GPS et écran tactile. Facturé une vingtaine d'euros moins cher que le Platine, le Nokia est fourni avec 8Go de mémoire, contre 1Go pour le Samsung. Le Xpress music n'est certes pas exempt de défauts : ses photos sont nettement moins bonnes que celles du Platine, son interface est moins agréable. Mais le Nokia a également certains atouts : une antenne WiFi, un OS ouvert Symbian, un écran plus grand, plus fin, et une autonomie supérieure. En usage très intensif, le Platine ne tiendra pas 24 heures. Si l'on se contente de lire un peu de musique et de téléphoner modérément, sa batterie se décharge en 2 jours.

A l'heure du bilan, le Nokia s'impose, d'un cheveu. Le look métallique du Samsung vous fera peut-être craquer. Mais les bandes rouges du Nokia ont leur charme aussi.



Note : 80/100

Les Plus :
• Excellent lecteur MP3
• Photos de qualité
• Vidéos 640x480
• Simplicité d'usage

Les Moins :
• Tarif un peu élevé
• Navigateur web désagréable
• Logiciel d'emails peu pratique

Test réalisé par Stéphane Deschamps
Date de publication : 12/06/2009.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image guide Smartphones moins de 200 euros
image Guide trois smartphones xiaomi populaires