Lei Jun, le patron de Xiaomi, est-il un iPhone-addict ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
xiaomi

Lei Jun, le PDG de Xiaomi, la flèche montante de la téléphonie mobile chinoise, a déclaré à la presse locale que l’iPhone reste le meilleur smartphone actuel et que son entreprise a beaucoup à apprendre d’Apple. Un appel du pied ou un cri du coeur ?

Certaines déclarations valent de l’or. Et celle de Lei Jun, le patron de Xiaomi en est un bon exemple. Car elle est non seulement très surprenante, mais aussi extrêmement révélatrice. L’histoire est contée par nos confrères d’Unwiredview : accordant une interview à Beijin News, Lei Jun confie au journaliste que l’iPhone est, selon lui, le meilleur smartphone actuel et que Xiaomi, sa propre start-up, a beaucoup à apprendre d’Apple. Une déclaration particulièrement étonnante d'humilité de la part du responsable d’un constructeur de mobiles sous Android, n’est-ce pas ?

Une stratégie copiée sur celle d'Apple...

Cette déclaration est révélatrice, car elle confirme que, contrairement à Lenovo, Huawei ou ZTE (les trois grands fabricants chinois), son ambition est de calquer, en partie, le modèle d’Apple. C’est-à-dire fédérer une communauté d’utilisateurs aficionados et leur vendre des smartphones sur lesquels ils retrouveront un panel de services, véritable source des revenus de la société. Il y a cependant une grande différence entre Xiaomi et Apple : la politique tarifaire des mobiles. Apple compte sur le prix pour apporter du paraître. Xiaomi compte sur le prix pour augmenter le nombre d'utilisateurs.

... mais qui rappelle celle de Google

Et cela rapproche Xiaomi de Google. Tous deux ont fait le pari de capitaliser sur les services en maximisant le nombre des utilisateurs. Pour Google, Chrome et Android ne servent qu’à une seule chose : offrir un accès à ses services. Même principe pour Xiaom. Si la société propose aussi du haut de gamme, son Red Rice, mobile milieu de gamme vendu presque à prix coûtant, a connu un succès foudroyant qui a désarçonné des équipementiers d'envergure mondiale, dont HTC. Cette année, la jeune start-up, âgée de trois ans seulement, est devenue profitable en vendant 20 millions de smartphones. Autant de consommateurs à qui proposer des contenus et des services supplémentaires.

Xiaomi : le vrai concurrent chinois ?

D'ailleurs, dans son article, le journaliste d’Unwiredview apporte des détails intéressants sur la stratégie commune des grands leaders des nouvelles technologies. Tous investissent dans les services, les applications et les contenus, les terminaux ne devenant que des portes d’entrée. Google, Apple, Microsoft, Sony et Samsung sont tous sur ce chemin. Et, contrairement à certains de ses compatriotes déjà présents à l'international, Xiaomi emprunte aussi cette voie. Etoile montante chinoise depuis le lancement de son Red Rice, Xiaomi pourrait être dans quelques années un adversaire très sérieux, s’il ne perd pas son indépendance d’ici là.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.