Prise en main Google Nexus 7 (2013) par Asus : en progrès, mais pas encore au top

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
asus

Depuis toujours, la gamme Nexus joue la carte de l'accessibilité, de la simplicité et de l'expérience Google. Une stratégie qui atteint son paroxysme avec cette seconde version de la Nexus 7, toujours produite par Asus. Ce dernier propose en effet un sublime écran Full HD animé par un chipset daté, mais largement suffisant pour Android Kitkat. Mais à force de ne pas vouloir jouer la surenchère technique, Asus n'est-il pas tombé dans son propre piège ?

Lors de la présentation de la Nexus 7 2013 en juillet dernier par Hugo Barra, alors vice-président de Google en charge d'Android et nouveau vice-président international de Xiaomi, nous avions été surpris. Car Google nous avait habitués à proposer le meilleur de la technologie disponible pour un prix très accessible.

Quelques détails au niveau des composants nous avaient alors chagrinés. Ne serait-ce que par la présence d'un chipset Snapdragon S4 Pro en lieu et place d'un Snapdragon 600 mieux loti. Ou encore d'un capteur photo de 5 mégapixels, en deçà des standards haut de gamme qui s'établissent plutôt à 8 mégapixels. Lors de la présentation, nous avions été refroidis à l'idée de voir Google et Asus faire quelques concessions, alors que la ligne Nexus a toujours tenu un discours axé sur la richesse technologique au meilleur prix (229 euros en version 16 Go, 269 euros en version 32 Go et 349 euros en version 32 Go et LTE).

Asus Nexus 7 (2013)

Bien sûr, tout cela était contrebalancé par des qualités visibles bien supérieures à la concurrence d'alors : un très bel écran Full HD protéger par un verre Corning Gorilla Glass, une construction mieux finie, un poids général plus faible. En clair : la Nexus 7 se devait d'être ostentatoire, quitte à surjouer pour cacher quelques petits défauts internes. Voici un rappel de la fiche technique dans son ensemble :

  • Écran 7,02 pouces, affichage Full HD (1920 x 1200), soit 323 ppi.
  • Protection de la dalle tactile avec verre Corning Gorilla Glass
  • Chipset quad-core Snapdragon S4 Pro cadencé à 1,5 GHz
  • Processeur graphique intégré Adreno 320
  • 2 Go de mémoire vive
  • 16 ou 32 Go de stockage interne
  • chipset audio optimisé par Fraunhofer Gesellschaft
  • Capteur photo principal 5 Mpx, capteur visio 1,2 Mpx
  • Compatibilité WiFi Dual Band, Bluetooth 4.0, HDMI, NFC, LTE, SlimPort
  • Batterie : 3950 mAh
  • Livré avec Android Jelly Bean 4.3, mise à jour vers 4.4.2 disponible
  • dimension : 114 x 200 x 8,65 mm
  • poids : 290 grammes

Asus Nexus 7 (2013)

De nombreuses améliorations

Bien sûr, même si cette édition 2013 ne pousse pas la complétude technologique jusqu'au bout, elle offre cependant une très belle évolution vis-à-vis de la première mouture de la tablette. À commencer par une résolution de l'écran qui augmente de 50 %, un processeur plus rapide comparé au Tegra 3, le double de mémoire vive, deux haut-parleurs, l'ajout d'un capteur photo au dos de l'appareil, la compatibilité native avec le chargement sans fil et la prise en charge des accessoires SlimPort (qui transforme le port microUSB en port USB maître ou en port HDMI). Seul ombre dans cette comparaison avec sa grande soeur : la batterie perd 10 % de sa puissance, une baisse compensée par un système mieux optimisé et un chipset moins gourmand.

Asus Nexus 7 (2013) et LG Nexus 5

Nexus 7 (2013) et Nexus 5

Un design qui se rapproche du Nexus 5

Côté design, là aussi, une très nette amélioration. Moins grossière, la tablette gagne en finesse et en légèreté. La dalle tactile grignote légèrement sur les côtés, même si Asus est capable de faire encore mieux. Contrairement au Nexus 5, dont les bords s'apparentent plus au Nexus 4, la Nexus 7 conserve des bordures biseautées, donnant à la coque arrière une certaine rondeur pas désagréable pour la préhension du produit. Ces bordures sont toujours garnies d'un nombre très limité de ports et de boutons matériels : volume, alimentation, jack 3,5 mm et port microUSB.

À l'avant, la caméra visio est légèrement déportée sur le côté. À l'arrière, le capteur photo est totalement excentré, laissant la place centrale pour l'un des haut-parleurs. Le second est à l'opposé, enserrant le microUSB. Contrairement à la Nexus 7 2012, cette version abandonne le plastique alvéolé et adopte la coque mate gommée qui équipe également sur le Nexus 5, donnant à l'ensemble un petit air de famille. Toujours aussi grande, plus fine et plus mince, la Nexusx 7 2013 est plus légère de 50 grammes. L'effet sur la portabilité est, curieusement, considérable.

Asus Nexus 7 (2013)

Peu de boutons sur les tranches

Asus Nexus 7 (2013)

Capteur photo dans le coin et haut-parleur au milieu

Asus Nexus 7 (2013)

Le port microUSB entouré du second haut-parleur

Atout principal : un superbe écran

À l'allumage, la différence avec l'ancienne Nexus 7 est remarquable. L'écran Full HD (légèrement supérieur au Full HD précisément puisqu'il atteint les 1920 x 1200 pixels) est en effet superbe. La très belle dalle IPS+ excelle en luminosité, en contraste, en respect des couleurs et en angle de vision. Cet écran est donc bien évidemment le point fort de cette tablette. Comparé à l'écran Full HD du Nexus 5, cette petite tablette n'a pas à rougir, bien au contraire. Sur le Web, le résultat est plus bluffant encore, car la lisibilité reste bonne, même sans réaliser de zoom. Seul petit problème, que nous aborderons un peu plus loin : la réactivité de l'écran vis-à-vis des sollicitations est un peu faible.

Asus Nexus 7 (2013) Asus Nexus 7 (2013)

Ecran de verouillage et écran d'accueil

Une version différente d'Android Kitkat 4.4.2 "stock"

L'interface proposée ici est Android dans sa version la plus pure. Pas de surcouche ici, ni de fioriture. Au lancement de la tablette, vous disposez d'une version Jelly Bean 4.3. Le système télécharge donc automatiquement la version kitkat 4.4.2. Nos tests ont donc été effectués avec cette dernière. L'expérience, très fluide, est comparable à celle du Nexus 5, livré en 4.4. Les trois boutons Android (retour, home et multitâche) sont évidemment intégrés à l'interface.

Toutefois, nous notons une ou deux différences avec la version mobile. D'abord la barre de statut n'est pas transparente comme sur mobile (que ce soit en version 4.3 ou KitKat). Ensuite, la zone de notification ne propose pas ici de touche pour accéder directement aux paramètres courants. Il faut pour cela glisser le doigt de haut en bas sur la partie droite de l'écran. De même, il n'y a pas d'écran dédié à Google Now, mais des widgets configurables. L'accès à ces widgets s'effectue à partir du menu des applications et non pas en un appui long sur l'écran. C'est bien évidemment une question de goût, mais nous préférons la version Nexus 5.

Asus Nexus 7 (2013) Asus Nexus 7 (2013)

La zone de notification est séparée en deux parties

Applications : le minimum syndical

Côté application, vous retrouvez l'ensemble de la suite Google : de Chrome à Earth, de YouTube à Galerie, en passant par GMail, Maps, Hangouts, Drive, Play (Films, Musique, Livre, Jeux, Kiosque, Store), ainsi que Quick Office. Rien n'a été oublié. Rien n'a été ajouté non plus. Vis-à-vis des tablettes et des smartphones d'Asus, le constructeur taiwanais n'a pas eu la marge de manoeuvre d'ajouter quelques petites applications additionnelles. Rien ne vous empêche bien évidemment d'aller les chercher sur le Store...

À l'usage, la plate-forme technique, composée d'un Snapdragon S4 Pro quad-core cadencé à 1,5 GHz et de 2 Go de mémoire vive, est largement suffisante pour animer Android Kitkat. Dans un usage quotidien et classique, le choix d'Asus et Google est donc assez pertinent : pas besoin d'un Snapdragon plus puissant pour offrir une très bonne expérience. De plus, cela économise légèrement la batterie qui, nous vous le rappelons, est moins puissante que celle de la première Nexus 7.

Asus Nexus 7 (2013) Asus Nexus 7 (2013)

Menu paramètre (avec mention de la version d'Android) et menu des applications

Pas si bien taillée que cela pour le multimédia

C'est certainement en passant à des usages plus exigeants, moins conventionnels, que la plate-forme S4 Pro atteint certaines de ses limites. Si les formats vidéos passent généralement de bonnes façons (avec quelques ralentissements sur le 1080p pour les films d'action), les jeux vidéo souffrent de quelques soucis. Nous reparlons ici des petits accrochages signalés plus haut avec l'écran, et que nous trouvons bien dommageables.

Nous avons installé Dead Trigger 2 de Madfinger et notre expérience de jeu s'est révélée moins fluide qu'avec le Nexus 5. Des petits retards dans la prise en compte des sollicitations, quelques saccades également quand le nombre d'ennemis augmente. Nous pensons que l'écran seul n'est pas le seul fautif. Ici, le S4 Pro semble atteindre ses limites, car afficher en Full HD un jeu en 3D temps réel n'est pas à la portée de tous les chipsets. Et qui dit sollicitations extrêmes, dit aussi consommation énergétique élevée : le S4 Pro chauffe légèrement et l'autonomie de la tablette est inférieure à la Nexus 7 2012 (malgré les quelques optimisations effectuées).

Dead Trigger 2 sur Asus Nexus 7 (2013)

Un capteur et une interface photo décevants

Côté photo, enfin, nous n'avons pas été bluffés. Certes, avec un capteur 5 mégapixels sans flash, nous ne nous attendions pas à des clichés comparables à un Xperia Z1 ou un Lumia 1020. Mais, puisque la quantité des pixels ne fait pas le capteur, nous pensions obtenir un résultat plus que satisfaisant. Sans être faible, ce dernier est juste bon, sans plus. De plus, la tablette n'est pas compatible HDR, ce qui aurait pu améliorer artificiellement certaines prises de vue.

L'interface photo est quant à elle identique à celle du Nexus 5, avec l'indicateur de mise au point et les quelques réglages disponibles via les raccourcis affichés. Cette interface, particulièrement minimaliste, mériterait d'être largement améliorée par Google. Nous ne comprenons pas en revanche l'intérêt d'avoir conservé une bordure noire qui court sur deux côtés de l'écran...

Asus Nexus 7 (2013)

Interface photo d'Android "stock"

Asus Nexus 7 (2013)

Photo prise avec le Nexus 7 (2013)

Peut encore mieux faire

En conclusion, cette seconde mouture de la Nexus 7 est une très belle amélioration de la version précédente, mais Asus a encore une grande marge de manoeuvre pour continuer d'améliorer sa copie. Toujours fidèle au principe de la gamme Nexus, cette édition 2013 propose une plate-forme équilibrée et cohérente pour un prix imbattable. Cependant, elle n'est pas exempte de quelques défauts bien regrettables. À commencer par un usage multimédia (et surtout vidéo ludique) bridé par le Snapdragon S4 Pro qui a rencontré ses limites lors de nos tests. Également, du côté photo, nous sommes face à un capteur qui ne brille pas par la qualité des clichés qu'il produit. Une petite déception donc, même si, encore une fois, la Nexus 7 2013 offre un rapport qualité/prix remarquable.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.