promo red by sfr

Apple va imposer aux développeurs la compatibilité 64-bit des applications

Par Samir Azzemou

apple

L’année dernière, Apple a révolutionné (très discrètement) le marché des chipsets avec l’A7, premier composant pour mobile compatible 64-bit. Un an plus tard, Apple souhaite tirer pleinement parti de son avantage technologique et demande aux développeurs de participer à l’effort de guerre.

En 2013, Apple a réussi à implanter dans son iPhone 5S une technologie qui a bouleversé tout un marché : un chipset compatible 64-bit. Les performances étaient au rendez-vous et ont démontré à toute la concurrence (constructeurs et fondeurs) la pertinence de son choix, malgré des déclarations hasardeuses (notamment de Qualcomm). Un an plus tard, Apple récidive avec deux chipsets toujours compatibles 64-bit, les A8 de l’iPhone 6 et A8X de l’iPad Air 2. La surprise est moindre, naturellement. Mais les performances sont toujours bien présentes (même si les coeurs Cyclones ne sont pas, individuellement, les meilleurs dans les benchmarks).

iOS 8

Pour profiter de cet avantage concurrentiel, la firme de Cupertino a redéveloppé une partie de son OS et des applications système pour être compatible avec ce nouveau jeu d’instruction. Seulement, pour que l’ensemble soit cohérent, il faudrait que les développeurs tiers rendent également compatibles leurs propres applications. Jusqu’à présent, Apple n’a pas été trop regardant quant à la compatibilité des applications soumises pour validation. Mais cela ne sera plus le cas à partir de 2015.

Compatibilité 64-bit rendue obligatoire

La firme de Cupertino a publié une annonce sur son site des développeurs. À partir du 1er février prochain, toutes les applications soumises à Apple ne devront obligatoirement contenir qu’une seule archive compatible 32-bit (logique) et 64-bit, sous peine d’être refusées. Une politique drastique qui ne concernera que les nouvelles applications. Les mises à jour devraient être exemptées, même si Apple encourage naturellement les développeurs à étendre la compatibilité à tous leurs logiciels.

Si à première vue la politique de Cupertino semble brusque, elle a souvent montré une certaine cohérence. Si une application n’est pas compatible 64-bit, elle ne tire naturellement pas parti des gains de performance. Et l’utilisateur sera donc moins satisfait. L’un des éléments qui a fait rapidement le succès d’iOS (et d’Android par la suite) est la profusion d’applications sur l’App Store. Aujourd’hui, cela ne suffit plus pour être un argument concurrentiel. Cependant, avec la compatibilité 64-bit, cela pourrait le redevenir. Encore faut-il que les développeurs suivent. Apple ne prendra ici aucun risque en les y obligeant.

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.