promo red by sfr

Nokia pourrait se séparer prochainement de Here Maps

Par Samir Azzemou

here

Nokia n’est plus que l’ombre de lui-même depuis la vente de sa division Devices & Services. Perdant de l’argent, cherchant à renflouer ses dettes et concurrencé par ZTE et Huawei, le groupe finlandais pourrait céder Here Maps. Ce dernier est valorisé 2 milliards d’euros.

Depuis la vente de son activité grand public, Nokia dispose de trois divisions. D’un côté, celle qui s’adresse aux opérateurs de réseau. Elle génère 90 % de son activité. De l’autre, la recherche et le développement qui dépose et gère des brevets technologiques. Leur point commun : être des activités exclusivement b-to-b. Un peu à part se trouve le troisième larron : Here Maps.

Here Maps iPhone

Cette dernière est moitié grand public (applications mobiles), moitié professionnel (vente de cartes aux constructeurs automobiles et applications tierces comme Bing, Yahoo, Amazon). Elle enregistre une hausse de son activité sur 2014 par rapport à 2013, mais continue d’afficher un déficit colossal : 1,24 milliard d’euros de pertes nettes en 2014 pour un chiffre d’affaires de 970 millions d’euros. Il faut dire que son absence prolongée en 2014 des boutiques applicatives d’Android et iOS l’a fortement pénalisé.

Here Maps en vente ?

Et la situation de son activité cartographique l’empêche naturellement d’investir dans sa branche principale, alors que celle-ci est menacée (et cela ne date pas d’aujourd’hui) par les équipementiers chinois, comme ZTE et Huawei. D’où l’idée de s’en débarrasser. Vous avez bien lu : selon Bloomberg, Nokia souhaiterait vendre Here Maps, alors que l’entreprise s’est battue pour la conserver lors des négociations avec Microsoft.

L’agence de presse économique indique que l’entreprise est valorisée 2 milliards d’euros (une valorisation quatre fois moins importante qu’en 2008, quand Nokia a racheté Navteq). Plusieurs acheteurs potentiels se seraient déjà manifestés, dont Uber Technology (l’application pour commander un taxi, un chauffeur ou un covoiturage). Des constructeurs automobiles, notamment allemands, ainsi que des fonds d’investissement seraient également sur les rangs. Les enchères devraient débuter dès ce mois-ci. Son retour récent sur iPhone et iPad sera certainement un argument supplémentaire pour conclure une affaire à un bon prix. D’autant que Nokia ne souhaite pas brader sa division...

Réduction des dettes et croissance externe

En effet, l’argent récolté devrait avoir un double impact sur Nokia. D’abord, le Finlandais se débarrasserait d’une activité qui n’est pas rentable et renflouerait une partie de sa dette. Ce qui aura donc un effet sur ses bénéfices et ses comptes de résultat. Ensuite, l’équipementier pourrait investir à nouveau pour lutter contre la concurrence internationale.

Bloomberg évoque un possible rapprochement avec Alcatel-Lucent qui serait en partie financé grâce au produit de cette vente (le Français étant quand même valorisé 10,8 milliards d’euros...). D’où les efforts de Nokia pour multiplier les versions de Here. Reste à savoir qui reprendra l’ensemble. Car de cela dépendra clairement l’avenir de l’application sur mobile.

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

close