OPPO Reno2

La Russie souhaite développer son propre OS mobile

Par Benjamin Trécherel

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
sailfish os

Le gouvernement russe souhaiterait créer sa propre alternative à Android et iOS pour faire reculer les OS étrangers en Russie. Des négociations seraient même en cours avec la firme finlandaise Jolla, l'éditeur de Sailfish.

La majorité des smartphones commercialisés actuellement dans le monde fonctionnent soit sous Android, soit sous iOS. Bien sûr, il existe quelques alternatives comme Windows Phone, BlackBerry OS ou Tizen OS par exemple, mais ces dernières se partagent les miettes laissées par les systèmes d'exploitation mobiles de Google et d'Apple.

Une configuration qui ne plaît pas vraiment au gouvernement russe, qui vient d'annoncer qu'il souhaitait se mettre à développer de son côté son propre OS mobile.

Selon le site russe RBC, Nikolai Nikiforov, le ministre de la communication russe serait même déjà en négociations avec la firme finlandaise Jolla au sujet d'une éventuelle collaboration, dans le but de développer un système d'exploitation qui pourrait être basé sur Sailfish (un OS bâti sur les fondations de Meego, et donc par conséquent de Linux).

Si les négociations aboutissent, le ministre espère que la part d'Android et d'iOS, qui est de 95% actuellement sur le marché russe, baissera à 50% d'ici 2025.

Le fruit d'un consortium international

En février déjà, Nikolai Nikiforov dénonçait sur Twitter l'emprise de Google sur l'environnement mobile avec sa plateforme Android. Selon lui, l'OS mobile développé par la firme américaine n'est pas réellement open-source, contrairement à d'autres interfaces comme Sailfish ou Ubuntu.

Le ministre a lui-même déclaré que le gouvernement russe réfléchissait à accorder des subventions aux développeurs intéressés par la création d'applications sur ces plateformes alternatives.

Pour en revenir au sujet qui nous intéresse aujourd'hui, Nikiforov révèle que la Russie n'entend pas mener ce projet toute seule puisqu'elle propose la création d'un consortium international rassemblant des entreprises high tech des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Le ministre n'a pas divulgué le nom exact de cette nouvelle plateforme mobile, mais il a indiqué que celle-ci prendrait la forme d'une toute nouvelle interface, indépendante de Sailfish. De quoi rivaliser avec Android et iOS ?

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer