promo red by sfr

Xiaomi chercherait à produire ses propres chipsets

Par Mathieu Freitas

xiaomi

Xiaomi pourrait bientôt rejoindre le club très fermé des constructeurs qui produisent eux-mêmes les chipsets qui équipent leurs smartphones. Il se serait pour cela associé au fondeur Leadcore,

Produire ses propres chipsets présente de nombreux avantages pour un constructeur. Des avantages financiers et logistiques. Sans oublier le facteur différenciant sur un marché largement dominé par Qualcomm. Rares sont toutefois ceux à pouvoir se le permettre. Nous en comptons trois aujourd'hui : Apple, Samsung et Huawei. LG y travaille également mais il n'est pas encore tout à fait au point alors qu'un cinquième pourrait se lancer prochainement à en croire ce que rapporte EETimes.

Xiaomi s'associerait à Leadcore pour concevoir des chipsets

Ce cinquième, ce serait Xiaomi et cela ne devrait surprendre personne. Bien que tout jeune, ce constructeur chinois a rapidement gravi les échelons jusqu'à entrer dans le top 5 des plus gros vendeurs de smartphones au monde alors même qu'il ne vend toujours les siens qu'en Asie. Rappelons toutefois qu'il vient d'ouvrir des boutiques d'accessoires en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis. Bref, la production de chipsets ne serait finalement qu'une suite logique dans ce parcours sans faute.

Xiaomi ne souhaiterait toutefois pas se lancer seul dans cette nouvelle entreprise mais avec son compatriote Leadcore qui connaît déjà bien le sujet. Logique. Leadcore est un fondeur. Reste à savoir si Xiaomi entend se contenter de customiser ses chipsets où exploiter son savoir-faire pour concevoir les siens de bout en bout. Aucun détail technique n'est évidemment donné.

Des brevets également en jeu

L'article de nos confrères s'attarde en revanche sur un autre aspect de ce partenariat. En s'associant à Leadcore, Xiaomi gagnerait également le droit d'exploiter ses brevets dont ceux hérités de Datang Telecom, propriétaire de Leadcore et équipementier très impliqué dans le développement des technologies réseaux utilisées en Asie, comme la LTE et la LTE-A.

De quoi se protéger d'éventuelles poursuites en justice, comme celle d'Ericsson qui s'était soldée par une interdiction, temporaire heureusement, de vente sur le territoire indien en fin d'année dernière. Autant dire que Xiaomi a beaucoup à gagner. Notez toutefois que ce partenariat ne devrait pas donner naissance à un chipset avant plusieurs mois encore.

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.