Test de l’Apple iPhone 6S : certainement la meilleure version « S » offerte à un iPhone

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
Apple iPhone 6S (16 Go)

Si l’iPhone 6 a clairement été un vrai renouvellement dans le design, cassant les codes de l’iPhone 4 et de l’iPhone 5, l’iPhone 6S est certainement l’une des meilleures versions S jamais proposées.

Comme chaque année en septembre, Apple présente un ou deux nouveaux iPhone (jamais trois, mais qui sait ?). Le cycle de renouvellement est à chaque fois le même : un nouveau numéro les années paires et l’ajout de la lettre « S » les années impaires. Cela correspond globalement à un renouvellement du design la première année, puis à une amélioration de la proposition en seconde année. Voilà pourquoi certains préfèrent les années « S », même s’il leur faut ronger leur frein pendant un an avant de prendre en main le nouveau design.

Apple iPhone 6S prise en main

L’année dernière, Apple a donc entrepris de grands changements dans la structure externe de son iPhone, cassant avec les codes ergonomiques des iPhone 4(S) et 5(S). Fini les contours droits autour du téléphone, la coque arrière venait doucement s’enrouler autour des bordures en une courbure élégante, depuis largement copiée par la concurrence. Le verre 2.5D était une nouvelle mode et plus personne n’avait honte du capteur photo protubérant. Cette année, Apple remet le couvert avec une version S qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de l’année dernière. Mais comme le slogan l’affirme : « Une seule chose à changer. Tout. »

Une version « S » très riche

Et lire la fiche technique (enfin complète après un mois d’investigations et de démontages) prouve que les changements sont en effet nombreux. Il nous semble même qu’aucune version « S » n’a jamais offert autant de nouveautés par rapport à la précédente. Voyez plutôt :

  • Écran IPS 4,7 pouces d’une définition de 1334 x 750 pixels, soit 326 pixels par pouce (la résolution Retina), compatible 3D Touch (capteur de pression)
  • Protection de la dalle tactile en verre aluminosilicate oléophobique
  • Chipset A9 composé de deux coeurs Typhon 64-bit cadencés à 1,8 GHz et d’un GPU PowerVR GT7600 d’Imagination Technologies
  • Coprocesseur M9 pour la gestion des capteurs de mouvements
  • 2 Go de mémoire vive
  • 16, 64 ou 128 Go de stockage interne
  • Capteur photo iSight doté de 12 millions de pixels de 1,22 micron chacun, mise au point Focus Pixels, objectif à cinq éléments ouvrant à f/2,2 et protégé par un verre en saphir, flash true tone, compatible vidéo Ultra HD avec fonction ralenti à 240 images par seconde
  • Webcam Facetime 5 mégapixels compatibles HD 720p avec optique ouvrant à f/2,2, avec Retina Flash
  • Capteur de luminosité, de proximité, d’empreinte digitale (Touch ID), accéléromètre, baromètre, gyroscope, boussole numérique
  • Connectivité LTE catégorie 6, WiFi ac MiMo, Bluetooth 4.2 LE, NFC, GPS Glonass
  • Batterie 1715 mAh
  • Dimensions : 138,3 x 67,1 x 7,1
  • Poids : 143 grammes
  • Châssis en aluminium 7000
  • Système d’exploitation : iOS 9

Apple iPhone 6S prise en main

Un chipset renouvelé et amélioré. Deux fois plus de mémoire vive. Une batterie plus petite, mais plus optimisée. Un nouveau Touch ID. Deux nouveaux capteurs photo dont l’iSight 12 mégapixels. Ecran 3D Touch. Nouveau verre de protection. Châssis en aluminium de meilleure qualité. Une petite prise de poids aussi (de 15 grammes précisément), certainement due à 3D Touch et au nouveau moteur haptique. Si en apparence, cette fiche technique est bien loin du Galaxy S6 de Samsung, rappelons qu’Apple réussit toujours à faire plus, même quand il en a moins. Et ici encore, la firme le prouve.

De petites retouches à l'extérieur

Soyons honnêtes : d’aspect extérieur, rien ne change. Si vous croisez dans la rue quelqu’un avec un iPhone 6S, il y a de fortes chances que vous confondiez le mobile avec le 6, sauf si sa couleur est rose dorée, la robe exclusive à cette version. Nous avons comparé les deux modèles et il faut tourner l’appareil et lire le petit « S » entouré d’un petit liseré carré pour les différencier. Une autre solution est de le prendre en main : les vibrations du moteur haptique sont très différentes, avec plusieurs « tonalités » différentes.

Faisons tout de même le tour du propriétaire. À l’avant, l’écran 2.5D est souligné du fameux bouton Touch ID avec le lecteur d’empreinte digitale. Au-dessus, nous retrouvons l’écouteur téléphonique, la webcam Facetime dont l’objectif n’a pas changé et les capteurs environnementaux. La vitre qui protège l’écran tactile, toujours traitée (théoriquement) pour ne pas conserver les traces de doigts, serait plus solide. Il semblerait même que cela soit du Gorilla Glass de Corning. Mais cela n’a pas été officialisé.

Apple iPhone 6S prise en main

À l’arrière, toujours protubérant, le capteur photo iSight à côté du micro secondaire et du flash true-tone, tous coincés dans le coin supérieur gauche. La pomme stylisée en plein milieu. Les séparations des éléments de la coque « anti-antennagate » sont également là. Espérons qu’elles résistent un peu mieux au temps qui passe (et aux frottements dans les poches de pantalon) que celle de l’iPhone 6. Notez que l’aluminium est ici d’une nature différente de celui du modèle précédent. Les premiers drop-tests montrent que l’iPhone s’en sort effectivement mieux.

Apple iPhone 6S prise en main

Sur les côtés, la configuration est identique : à gauche le volume et la désactivation du son, à droite la mise en veille et le tiroir pour la nanoSIM, en haut rien et en bas le jack 3,5 mm, le port Lightning, le micro principal et le haut-parleur. Il y a décidément beaucoup de monde sur cette tranche inférieure. Petit détail amusant : branchez un casque sur l’iPhone et il active, même verrouillé, l’application musicale et vous propose automatiquement une playlist parmi celles enregistrées. C’est ça aussi, « l’Apple Touch »...

Une prise en main unique

La prise en main est définitivement la même que celle de l’iPhone 6 : celle d’un smartphone haut de gamme bien décidé à vous séduire au moindre contact. Le téléphone est agréable, très agréable à manipuler. Trop peut-être. L’embonpoint du 6S ne se ressent pas vraiment. Et vous remarquerez que le nouveau moteur haptique est légèrement plus doux. Il ressort de cette coque en aluminium et de cet écran 2.5D une impression qualitative qui n’existe pas chez les autres marques, alors que nous avons eu l’occasion de manipuler des téléphones au moins aussi audacieux, comme le Galaxy S6 Edge, le Xperia Z3+ ou le G4. Samsung est certainement arrivé avec le S6 et le S6 Edge à offrir les sensations brutes les plus approchantes, les deux pour des raisons différentes.

Apple iPhone 6S prise en main

L’une des différences mises en avant par Apple lors de sa présentation du 6S est l’arrivée d’un nouveau Touch ID. Apple clame qu’il est bien plus rapide que le précédent. Et c’est vrai. Il est d’ailleurs plus rapide que celui du Galaxy S6, du G4, du OnePlus 2 ou du Honor 7. Aucun autre lecteur d’empreinte passé entre nos mains ne débloque le mobile aussi rapidement. Si vous appuyez sur le bouton home pour allumer votre téléphone, il le débloquera presque instantanément... sinon pas du tout. Comme toujours avec les capteurs biométriques, l’erreur de lecture est quotidienne. Une bonne pratique est nécessaire pour adapter la prise en main du téléphone pour la rendre optimale vis-à-vis de Touch ID.

Apple iPhone 6S prise en main

La dalle de l’iPhone 6S est la même que celle de l’année dernière : 4,7 pouces et résolution Retina. Les caractéristiques sont donc les mêmes : bonne luminosité, belle couleur, bon contraste, angles ouverts. Bref, un bel écran. Nous faisons ici la même remarque que l’année dernière vis-à-vis de la résolution : alors que le format phablette de l’iPhone dépasse les 400 pixels par pouce, le format classique reste bloqué au Retina Display, avec tout ce que cela implique comme adaptation des contenus (surtout audiovisuels) à ce format non usuel. Il serait peut-être temps de passer au Full HD, non ?

Apple iPhone 6S prise en main

iOS 9 : tout est dans la profondeur

Une fois le smartphone allumé, nous embarquons dans iOS 9, ici préinstallé, mais déjà aperçu depuis quelques semaines sur les modèles précédents de la marque. Si l’ergonomie de l’interface est strictement la même, héritage d’iOS 7 et du Flat Design de Jony Ive, ce sont les petites retouches qui vont évidemment attirer notre attention.

La première grande retouche est l’intégration de 3D Touch dans la façon d’interagir avec le système d’exploitation, mais également pour accélérer certains usages courants, comme prévisualiser un email ou un message. La force qu’il faut exercer sur l’écran peut être affinée selon trois réglages en fonction de votre poigne naturelle. Les options contextuelles développées par Apple sont d’ores et déjà bonnes, notamment avec iMessage, Téléphone, Plans ou Mail. Il est dommage que ce menu ne puisse pas être personnalisé : ceux qui n'écoutent pas Beats1 sur Apple Music aimeraient peut-être que leur playlist préférée apparaisse. Il y a donc encore quelques ajustements à faire.

Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface
Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface
3D Touch avec Safari, Plans, Musique, Twitter et Notes. En bas à droite, accès au réglage.

De « iNow » à « iKeep » ?

La seconde retouche importante est Siri, désormais accessible à n’importe quel moment avec la phrase clé « Dis Siri ». L’assistant virtuel d’iOS se dote en effet d’un panneau dédié dans le système d’exploitation, placé tout à gauche. Dans ce panneau se trouve un moteur de recherche local (ex Spotlight) dont les résultats s’étendent à l’intérieur des informations système, de certaines applications (quand elles sont indexées), sur iTunes, l’AppStore et sur le Web. Bing est resté le moteur de recherche par défaut de Siri. Vous retrouvez aussi dans Siri les contacts les plus fréquents, les applications les plus souvent utilisées et quelques articles de presse qui font la une. Les commandes vocales se sont enrichies.

Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface
Le nouveau Siri

Troisième grande nouveauté d’iOS : Apple Notes. L’outil de prise note est une excellente réplique de Google Keep, pour ceux qui aiment. Il est possible de prendre des notes, créer des listes, faire des gribouillis avec le doigt et insérer des photos. L’une des grandes différences avec le précédent Notes est la prise en charge de nouvelles polices de caractères et de couleurs pour le texte. Il se synchronise avec iCloud d’une façon qui rend les documents totalement incompatibles avec les anciens OS d’Apple (Mac OS X 10.10 ou iOS 8). Sur Windows, une mise à jour du client iCloud est nécessaire.

Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface
Apple Notes

Des ajustements vis-à-vis d'iOS 8

Nous avons aussi noté que Wallet a remplacé Passbook (dont l’utilité est toujours très portée sur les voyages et la billetterie), mais n’est toujours pas compatible Apple Pay en France. Nous avons découvert le nouveau menu multitâche pour fermer les applications en arrière-plan. Un multitâche qui ne gère plus les contacts récents, mais est capable d’activer une session Handoff (avec Safari ici). Apple Plans n’affiche pas les transports en commun à Paris. Donc cette nouvelle version, même améliorée, n’est pas une grande nouveauté pour les usagers français. Tout cela, vous les retrouvez aussi avec l’iPhone 6 et toutes les plates-formes compatibles iOS 8 (puisqu’elles sont toutes éligibles à la migration).

Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface Apple iPhone 6S interface
Multitâche (avec Handoff), Plans (sans les transports parisiens) et Wallet (sans Apple Pay)

À l’usage, l’iPhone 6S est naturellement très fluide. Apple a indiqué avoir fait des ajustements sur les performances du système afin qu’il pèse moins lourd sur les ressources et que la durée de vie de la batterie soit encore meilleure, malgré une baisse significative de sa capacité. Et avouons-le : la batterie de l’iPhone 6S tient plus longtemps qu’une journée avec un usage normal et régulier. Grâce au nouveau mode d’économie d’énergie, il sera même en mesure de tenir toute une journée et toute une nuit avec moins de 10 %. Bien sûr, les performances et les applications en pâtissent. Mais c’est pour la bonne cause. Autre point important sur les performances de l’iPhone : il est désormais compatible LTE catégorie 6. Cela veut dire qu’il est capable de surfer plus vite sur la 4G+. Mais l’un des problèmes récurrents rencontrés est le délai considérable pour fixer la 4G. Grâce au modem Qualcomm, ce temps d’attente est considérablement raccourci.

Des performances de très haute volée

Passons aux performances brutes. L’année dernière, le chipset A8, dual-core cadencé à 1,4 GHz était capable de frôler les 49 000 points sur AnTuTu. Cette version de l’iPhone dépasse largement ce chiffre. Nous avons atteint les 59 200 points avec ce nouveau dual-core cadencé à 1,8 GHz et gravé en 16 nm (maximum, nous ne savons pas qui est le fondeur du chipset de notre version). Les performances de l’iPhone 6S se ressentent également sur les autres tests réalisés : 2218 points sur Basemark OS, 27 973 points sur 3DMark. Sur ces deux benchmarks, l’iPhone 6S prend la première place parmi les plates-formes testées dans nos colonnes, Nexus 9 de HTC incluse.

Apple iPhone 6S performances Apple iPhone 6S performances Apple iPhone 6S performances

Un petit point de comparaison avec quelques smartphones haut de gamme de ces derniers mois : le Galaxy S6, le OnePlus 2 et la Nexus 9. Le flagship killer est, dans ses (rares) meilleurs moments, capable de dépasser l’iPhone 6S, mais les performances du Snapdragon 810, en dent de scie, n’offre pas la même stabilité. Le Galaxy S6 (et sa déclinaison S6 Edge+) reste le patron d’AnTuTu sur les smartphones. Il dépasse donc l’iPhone 6S. Sur Basemark et sur 3D Mark, l’iPhone 6S écrase littéralement la concurrence : aucun autre mobile ne parvient ne serait-ce qu’à empiéter dessus. Nous sommes même surpris de retrouver le dual-core d’Apple tenir tête au Tegra K1 de la Nexus 9, dont les résultats sont relativement comparables, mais un poil en dessous, même au niveau des performances graphiques, certainement grâce à Metal.

Toujours aussi bon en jeu vidéo...

Et bien sûr, cela se ressent dans les différents usages multimédias. À commencer par le jeu vidéo, naturellement. Nous avons commencé nos tests avec l’habituel Dead Trigger 2. Deux bonnes surprises avec ce jeu. D’abord, il n’y a pas plusieurs niveaux de réglage des graphismes, ce qui implique qu’ils sont toujours positionnés sur la qualité que l’iPhone est capable de supporter. Ensuite, nous avons pu observer des effets que nous n’avons pas l’habitude de voir sur Android : le reflet des zombies et des éléments de décors dans les flaques au sol, comme vous pouvez le voir sur la capture ci-dessous. En dessous encore, il s’agit de Vain Glory, un jeu que nous vous avons présenté il y a quelques mois. Il profite ici de Metal et fonctionne avec plus d’aisance que sur Android.

Apple iPhone 6S multimedia
Dead Trigger 2

La dalle de verre de protection glisse ici tout aussi bien qu’un Gorilla de Corning (ce qui nous fait croire que c’en est bien une ici). Le haut-parleur est puissant. Dommage qu’il ne soit toujours pas stéréo. Son positionnement est bon si vous tenez le smartphone en position verticale ou en position horizontale Touch ID à droite. S’il est à gauche, il tombe sous le doigt.

Apple iPhone 6S multimedia
Vain Glory

... et toujours aussi perfectible en vidéo

Pour la vidéo, toujours la même rengaine avec les formats vidéo acceptés par le lecteur par défaut de l’iPhone et la synchronisation (et la conversion) avec iTunes. Bien sûr, si vous avez un compte Netfix ou si vous achetez vos films et vos séries sur iTunes, ce n’est pas un problème. Dès que vos contenus proviennent de sources absentes nativement de l’iPhone, cela devient tout de suite plus compliqué. Nous vous conseillons naturellement de passer par une application tierce type VLC, par exemple. Il suffit ensuite de copier les fichiers depuis iTunes (dans une partie de la fenêtre de synchronisation qui n’est pas tout à fait facile à trouver) et le tour est joué. Vous auriez raison d’insister pour transformer l’iPhone 6S (et naturellement son grand frère) en lecteur multimédia portable, car l’écran s’y prête particulièrement bien.

Apple iPhone 6S multimedia
Lecteur vidéo par défaut avec film acheté sur iTunes

iSight : tellement bon qu'on en devient tatillon

Dernier usage très attendu : celui de la photo. Comme nous vous l’avons indiqué, le smartpthone profite d’un nouveau capteur iSight de 12 mégapixels dont la luminosité devrait être similaire (parce que l’objectif n’a pas évolué), mais dont le nombre de pixels a considérablement augmenté, au détriment de la taille de chaque pixel. À l’usage, nous avons retrouvé tout le piqué, tout le contraste et toute la colorimétrie que nous apprécions tant avec les iPhone. Peut-être même plus encore qu’avant. De plus, le Focus Pixel continue d’offrir une excellente rapidité dans la mise au point et la prise de vue.

Apple iPhone 6S multimedia
Photo prise avec l'iPhone 6S (sans HDR)

Grâce à l’augmentation du nombre de pixels, les zooms numériques détériorent visiblement moins les captures. Nous trouvons en revanche que la luminosité est moins au rendez-vous, notamment quand le mode HDR (activé par défaut) n’est pas actif. Cela se voit aussi bien sur l’équilibre de la photographie en pleine lumière, que dans les situations de mauvais éclairage. L’absence de véritable stabilisateur optique se fait ressentir dans cette dernière situation, quand l’objectif doit rester ouvert plus longtemps pour capter plus de lumière. Avec des pixels plus gros, l’iPhone 6 proposait des clichés d’une meilleure qualité. Relativisons bien sûr cet avis : l’iPhone 6S reste l’un des rares, avec les Galaxy S6 (et déclinaisons) à faire aussi bien, voire mieux, que le Xperia Z3+ selon les conditions.

Apple iPhone 6S multimedia
Photo nocturne prise avec l'iPhone 6S (sans HDR)

L’application est toujours très succincte. Glissez vers les côtés pour passer d’un mode à un autre. En haut de l’écran se trouvent les seuls réglages possibles (HDR, flash, retardateur, activation de la caméra Facetime et Live Photo, le petit nouveau). En bas, vous accédez aux effets colorimétriques (sépia, vieux clichés, Andy Warrol, etc.). Enfin, en choisissant un point pour l’autofocus, vous pouvez aussi augmenter ou réduire la luminosité. Cela ne sera parfois pas du luxe, même si le mode HDR sera souvent plus efficace pour offrir plus de contraste.

Apple iPhone 6S multimedia

JE LE VEUX !

L’iPhone 6S est-il un bon smartphone ? Bien sûr que oui. Il n’y a aucun doute que ce modèle rivalise d’ingéniosité et d’ergonomie avec son aîné et avec tous les autres modèles haut de gamme du marché. Vaut-il son pesant de nougat ? Nous aurions tendance à dire oui, car l’excellente intégration d’iOS avec la plate-forme technique apporte un équilibre hors du commun, impossible à retrouver chez les autres constructeurs. Nous sommes évidemment dubitatifs vis-à-vis de l’augmentation des tarifs, qui nous paraît injustifiée (même en prenant compte du cours de l’euro, de la TVA à 20 % et de la taxe à la copie privée). Mais le fait est là : il est cher, mais il le vaut bien.

Si vous cherchez un smartphone puissant, l’iPhone 6S peut s’avérer être un bon client. Si vous cherchez un smartphone équilibré, il est le meilleur de sa catégorie. Si vous cherchez un mobile design, il est également une option intéressante, même si les châssis métalliques, les bordures convexes et les écrans 2.5D sont devenus plus courants. Bien sûr, à ce prix là, vous pouvez exiger qu’il soit beau, puissant, intuitif et riche de fonctionnalités : vous serez servis.

Assez bon pour un renouvellement annuel ?

Vient ensuite une ultime question : faut-il craquer pour l’iPhone 6S après avoir acheté l’iPhone 6 ? Notre réponse est extrêmement mitigée. Bien sûr, ce changement de génération apporte de nombreuses améliorations, que ce soit dans les composants ou dans la proposition logicielle. 3D Touch, qui s’avère au départ un gadget devient vite un outil extrêmement efficace. Les performances du smartphone sont excellentes. Et les autres améliorations sont appréciables. Mais peut-être pas assez pour une seule génération d’iPhone. Si tout ce que nous avons présenté ici ne les a pas convaincus, les propriétaires de l’iPhone 6 devraient, peut-être, passer leur tour cette année et attendre la prochaine évolution.

La note de LesMobiles.com

Apple iPhone 6S (16 Go)

Apple iPhone 6S (16 Go)
100%

5 / 5

Partagez cet article

  • LinkedIn

Comparer les prix du Apple iPhone 6S (16 Go)

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer