Gravure en 10 nm : Samsung se serait doté d'une technologie décisive

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
samsung

Dans la course à celui qui gravera en premier des chipsets en 10 nm, Samsung vient de marquer un point décisif face à TSMC. L’entreprise a acquis une technologie qui lui permettrait de réduire les temps de développement et d’être plus efficace. Une aubaine pour rester dans la course au chipset Apple.

Jusque très récemment encore, les dernières informations en provenance de Corée et de Taïwan semblaient donner TSMC vainqueur au point face à Samsung dans la course à la gravure en 10 nm. Sautant l’étape des 14 nm pour se concentrer sur le 10 nm, le groupe taïwanais aurait été bien avancé pour conclure avec Apple pour un prochain chipset (A10 ou A11), mais également un contrat avec Qualcomm, qui a pourtant confié à Samsung la confection de son Snapdragon 820. Un double coup dur pour le groupe coréen.

Un outil pour développer des chipsets plus vite

Mais ce dernier n’est évidemment pas connu pour se laisser faire sans réagir. Il y a deux semaines, le groupe coréen a certifié une technologie pour ses ateliers de gravure en 10 nm appelée IC Compiler II. Cette dernière est développée par Synopsys, une entreprise peu connue du grand public qui crée des plates-formes logicielles pour créer et automatiser la création d’un chipset. IC Compiler II était jusqu’à présent compatible avec les ateliers 14 nm FinFET de Samsung. Ils le sont désormais avec la finesse inférieure.

Mais ce n’est pas tout : à en croire un article de Business Korea, Samsung aurait également acquis l’une de ses solutions (pour ses propres besoins ou pour ses clients). Et grâce à cette technologie, le processus de développement et de mise en production serait 10 fois plus court, simplement parce que le logiciel parvient à trouver les erreurs qui amoindrissent généralement les volumes de production. C’est donc une technologie stratégique pour convaincre les entreprises comme Apple, mais aussi pour rattraper en partie le retard d’implantation.

Objectif Apple

Officiellement, Samsung n’a pas changé sa date de démarrage des lignes de production en 10 nm (fin d’année prochaine), ce qui, logiquement, devrait l’écarter du contrat pour l’A10 d’Apple (qui équipera le prochain iPhone). Cependant, une mise en production anticipée offrirait à Samsung l’opportunité de devenir une solution de sécurité pour la firme de Cupertino (qui en a toujours besoin). En outre, si les premiers volumes sont destinés à TSMC, rien n’interdit Apple de confier a posteriori une partie des volumes suivants au Coréen...

La gravure en 10 nm est une étape importante pour les fondeurs, les designers de puces et les constructeurs de smartphone : c’est la promesse de performances accrues pour des consommations énergétiques restreintes. Comme quand l’industrie est passée du 28 nm au 16 nm (et même au 14 nm), l’arrivée du 10 nm est vue comme un nouveau relais de croissance et comme un nouvel argument commercial. Encore faut-il savoir qui sera capable de livrer des chipsets en 10 nm. Et qui en sera capable le premier. Car, comme toujours en électronique, le premier arrivé est souvent le premier servi. Notamment quand Apple est en ligne de mire.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.