Nokia souhaite racheter Withings pour se lancer dans la santé connectée

Par Mathieu Freitas

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
nokia

Après la réalité virtuelle, Nokia souhaite se lancer dans un autre secteur porteur : la santé connectée. Et il ne compte pas le faire seul mais avec Withings. La start-up française devrait être rachetée pour 170 millions d'euros cette année.

Si beaucoup s'inquiétaient de l'avenir de Nokia suite à la vente de sa branche Devices & Services, la firme a rapidement su rebondir. Elle n'a certes pas oublié son activité historique de fabricant de téléphones mobiles puisqu'elle devrait la relancer, en partie au moins, une fois que l'accord passé avec Microsoft au moment de la vente l'y autorisera (en fin d'année) mais elle en a aussi profité pour revoir ses priorités et explorer de nouveaux horizons.

Après la réalité virtuelle, la santé connectée

Le groupe finlandais a ainsi cédé HERE à un trio de constructeurs automobile allemands et renforcé ses équipements réseau avec le rachat d'Alcatel Lucent en plus de faire un premier pas dans la réalité virtuelle avec le lancement d'une caméra dédiée qu'il a baptisée OZO. Et voilà qu'il s'intéresse désormais à la santé et aux objects connectés puisqu'il vient de faire une proposition de rachat à Withings.

Start-up française créée en 2008, Withings compte aujourd'hui plus de 200 employés entre la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Asie pour accompagner les personnes désireuses de mener une vie plus saine grâce à divers appareils connectés, du pèse-personne aux montres en passant par les thermomètres ou encore les babyphones, et des applications dédiées pour smartphones.

Withings GoGo, le dernier tracker d'activité de Withings

Plus de compétences pour Nokia et plus de visibilité pour Withings

Nokia ne dévoile pas précisément ce qu'il fera de cette acquisition mais des intérêts communs sont évoqués. C'est le signe que l'activité de Withings sera maintenue et s'ajoutera à celles du groupe finlandais, tout en enrichissant son portfolio de brevets (puisque la proposition vient plus précisément de Nokia Technologies) et en profitant de sa notoriété à travers le monde. Une opération win-win qui devrait tout de même lui coûter 170 millions d'euros.

La proposition a déjà été acceptée par Withings mais elle reste aujourd'hui soumise à l'approbation des organismes de régulation. La vente devrait être conclue d'ici le troisième trimestre 2016.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.