La disparition de la gamme Nexus favorisera-t-elle le retour d’Android One ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google

Une nouvelle indiscrétion affirme que le programme Android One pourrait être étendu à des terminaux dont le prix pourrait monter jusqu’à 300 dollars. Les marchés occidentaux seraient la nouvelle cible de cette nouvelle stratégie, notamment les États-Unis.

L’arrivée des Google Pixel et Pixel XL a eu une double conséquence. D’abord, le prix des mobiles proposés avec l’expérience native de Google et des mises à jour garanties a continué d’augmenter. Pire, les anciens terminaux les plus abordables ont été supprimés des étals du Google Store. Si bien qu’il faut désormais débourser l’équivalent d’un smartphone haut de gamme pour en profiter. Ensuite, les Pixel et Pixel XL, contrairement aux Nexus, sont créés par Google et fabriqués par un « sous-traitant » (ici HTC). Désormais, aucune marque ne peut s’adosser à la caution « Google » pour vendre un terminal, ni même bénéficier d’une aide budgétaire pour la promotion de leurs terminaux.

General Mobile GM5

Android One : la nouvelle incarnation des Nexus ?

La disparition de la gamme Nexus a donc créé un vide sur le milieu de gamme, même si celui-ci avait déjà commencé de se créer dès l’apparition du Nexus 6 dont le prix de vente dépassait les 600 dollars. Mais il pourrait bientôt être comblé par une autre initiative de la tentaculaire organisation de Google : Android One. Pour rappel, il s’agit d’un programme dont le but initial était de proposer des terminaux sous Android à moins de 100 dollars. Construits par des marques locales en accord avec un cahier des charges strict, les terminaux étaient mis à jour automatiquement et cofinancés par Google (notamment au niveau marketing). Des Nexus low-cost en quelque sorte.

Cependant, le programme n’a pas reçu l’accueil espéré par Google. Les premiers terminaux, commercialisés dès 2014 en Asie (notamment en Inde), se ressemblaient tous et ne s’appuyaient que sur la plate-forme minimale du cahier des charges. Avec le temps, ce dernier a été peu à peu allégé. Et les constructeurs ont eu plus de libertés pour créer des terminaux différents de la concurrence directe. Ce qui a permis au programme d’envahir d’autres marchés, parfois matures, comme l’Europe ou le Japon. Le GM5 Plus de Generale Mobile et le 507SH de Sharp en sont de bons exemples. Et cela pourrait continuer dans ce sens.

Des prix qui pourraient monter jusqu'à 300 dollars

Nos confrères américains de The Information ont publié cette semaine un article sur l’avenir d’Android One et surtout son avenir sur le territoire américain. Selon eux, la firme de Mountain View aurait contacté plusieurs marques présentes aux États-Unis pour développer une nouvelle gamme de terminaux Android One dont les spécificités techniques seraient revues à la hausse. La fourchette comprise entre 200 dollars et 300 dollars est d’ailleurs évoquée. Cette information vient appuyer une interview du responsable du programme Android One chez Google relayée dans nos colonnes en mai dernier.

À ce prix, il est facile de trouver aujourd’hui des smartphones avec écran Full HD, châssis métallique, chipset octo-core cadencé à 2 GHz, ainsi que de bons composants pour la photo et les autres usages liés à la téléphonie. Voilà un portrait que nous imaginons bien pour un futur modèle Android One. La garantie de mise à jour serait toujours la même : deux ans garantis à partir de la date d’achat. Et cela comprend non seulement les patches de sécurité, mais aussi les mises à jour du système d’exploitation Android. Personne, à part Google, ne parvient aujourd’hui dans l’écosystème Android à cet objectif. C’est l’une des grandes forces d’Apple.

Lancement au premier semestre 2017

L’arrivée du premier modèle aux États-Unis serait prévue sur le premier semestre 2017. Ce qui veut dire que Google n’en est plus au niveau des tractations et des échanges, mais que la firme a d’ores et déjà conclu un accord avec une marque. Reste évidemment à savoir laquelle. La réponse sera dévoilée dans les prochains mois. Reste en attendant à savoir si les autres marchés matures (comme l’Europe) seront visés par cette nouvelle ambition. Mais, à priori, il s’agirait là d’un palliatif intéressant à l’absence de la gamme Nexus.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.