Bouygues Telecom + Grandes Reprises Samsung

Broadcom démarrerait bientôt son OPA hostile sur Qualcomm

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
broadcom

Selon un article de l’agence de presse Reuters, Broadcom devrait engager cette semaine la procédure pour lancer une OPA hostile pour racheter Qualcomm. Première étape : acheter les parts d’actionnaires pour gagner des droits de vote.

Hock Tan aurait donc décidé de jouer la carte de la pression financière. Le patron de Broadcom, bien décidé à mettre la main sur Qualcomm, pourrait s’engager dans une OPA hostile afin de mener son projet de créer le troisième acteur mondial des semiconducteurs. Selon un article de l’agence de presse Reuters, Broadcom officialiserait dès aujourd’hui une OPA hostile pour racheter le fondeur de San Diego.

Snapdragon

Shadow cabinet

Afin de se préparer au long combat qui mènera, potentiellement (mais pas assurément), au rachat de Qualcomm, Hock Tan aurait choisi les onze personnes qui seraient amenées, petit à petit, à remplacer les actuels membres du conseil d’administration de Qualcomm. Le rôle de ces personnes sera de favoriser le rachat de Qualcomm par Broadcom et de piloter la société jusqu’à la prise de contrôle effective. Une tâche complexe qui inclura la gestion des brevets, la sortie de nouveaux produits, la gestion des enquêtes internationales en cours ou encore la résolution du conflit avec Apple.

Évidemment une OPA hostile n’est pas sans risque. D’abord parce qu’il faut recevoir l’approbation des autorités de régulations. Ensuite parce qu’il faut convaincre les actionnaires actuels de vendre leurs actions. Il y a quelques semaines, nous avons relayé les propos de certains d’entre eux affirmant, à nos confrères de Bloomberg, qu’il serait prêt à discuter avec Broadcom si le montant proposé par action était supérieur à 80 dollars. Un tel montant serait cependant assez élevé vis-à-vis de l’historique de Hock Tan.

Passage en force

En effet, celui-ci a réussi à ne jamais dépasser les 7 % d’augmentation de ses offres d’achat. À 80 dollars, cela représenterait une augmentation de 14 %. Dans sa proposition initiale, le patron de Broadcom ne proposait que 70 dollars par action. Ce qui était alors supérieur au cours de bourse de Qualcomm au moment de l’émission de l’offre, mais qui est aussi bien inférieur à la valorisation moyenne du fondeur sur l’année écoulée. C’est la principale raison du rejet de cette offre par le conseil d’administration de Qualcomm.

Selon Reuters, depuis le rejet de cette offre, valorisée à 103 milliards de dollars (plus les dettes à éponger), Hock Tan aurait réfléchi à une augmentation du prix, en offrant davantage d’actions Broadcom pour chaque action Qualcomm. Une offre qui aurait été émise avant le mois de mars prochain. Cependant, les nouvelles informations de l’agence de presse infirment cette hypothèse. Plus aucune offre amicale ne serait dans les tuyaux.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer