Nuance annonce l’arrêt des développements de Swype

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
nuance

Il fut un temps où les claviers tiers pour Android et iOS étaient une source potentielle de revenus. Mais ça, c’était avant. En voici une nouvelle preuve avec l’annonce par Nuance de l’arrêt des développements autour de Swype.

Si vous êtes un utilisateur de Swype, voici une double mauvaise nouvelle. Nuance, le créateur de Dragon Naturally Speaking et le propriétaire de Swype, a annoncé officiellement que les développements autour de son clavier tiers pour iOS et Android ont été arrêtés. L’entreprise a en effet décidé de consacrer ses fonds à des produits qui fonctionnent commercialement. Et, c’est sûr, les claviers tiers ne rapportent plus grand-chose.

Swype

Pas de mise à jour

Pourquoi est-ce une double mauvaise nouvelle ? D’abord, parce que Swype risque bientôt de ne plus être compatible avec votre smartphone si vous appliquez des mises à jour qui modifient les composants du système d’exploitation nécessaire au bon fonctionnement de l’application. Même si Google et Apple prennent des précautions pour garantir une compatibilité large, cette dernière n’est pas garantie.

Ensuite, vous aurez peut-être remarqué quelques bugs récalcitrants. C’est d’ailleurs à cause d’eux que l’information a été découverte : certains utilisateurs ont contacté Nuance pour savoir si des correctifs seraient bientôt disponibles. Et Nuance a répondu que non. Le site XDA Developers a contacté Nuance qui a confirmé l’information. Ces bugs ne seront donc pas corrigés. Ce qui est plutôt dommage pour une application payante (1 euro quand même). De même, si vous attendiez de nouvelles fonctionnalités, ce n’est plus la peine. En clair, il vous faudra peut-être, à moyen terme, vous tourner vers une solution alternative afin de continuer à profiter pleinement d’un clavier virtuel avancé.

Quelle solution alternative ?

Parmi les solutions qui sont à votre disposition, nous en citerons trois. D’abord Swiftkey, principal concurrent de Swype. Appartenant à Microsoft, Swiftkey est gratuit, avec quelques achats intégrés pour ajouter des thèmes et des stickers. Hormis cela, son usage est entièrement gratuit. Seconde possibilité, Flesky, dont la nouvelle version est arrivée en janvier dernier avec l’intégration d’applications tierces et un mode privé.

Enfin, si vous êtes sur Android : GBoard. C’est le clavier virtuel avancé de Google. Il profite de la plupart des fonctions des concurrents, il est gratuit et il intègre un moteur de recherche Google (pour ajouter des liens Web ou des GIF) et un traducteur multilingue.

La fin d'un segment de marché ?

Le funeste destin de Swype n’est qu’un exemple parmi ceux des claviers tiers. Ces derniers ont connu un moment de gloire quand Apple et Google ont offert aux développeurs la possibilité d’intégrer leur clavier en lieu et place du clavier système. À la recherche d’un modèle économique, les concepteurs de ses claviers ont vite cédé à l’appel du freemium et des achats intégrés.

Puis ce fut la période difficile quand Apple et Android ont eux aussi présenté des claviers plus intelligents, sans parler de quelques bad buzz. Swyftkey a cédé son indépendance à Microsoft. Flesky a été abandonné en 2016 par Pinterest avant d’être repris par une start-up catalane ThingThing pour une renaissance en janvier dernier. Et maintenant, Swype n’est plus financé. Il y a pourtant une place pour les claviers tiers. Nous en voulons pour preuve Flesky qui tente de créer une plate-forme ouverte pour créer un écosystème autour du clavier. Est-ce la bonne solution ? Difficile de le savoir dès à présent…

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer