Bouygues OPPO Reno + Forfait Bouygues Sensation 100 Go

Les claviers prédictifs sont-ils une menace pour votre vie privée ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
swiftkey

Une drôle d’histoire est arrivée à certains utilisateurs de Swiftkey, le clavier glissant racheté en début d’année par Microsoft. Une histoire qui montre que la frappe prédictive s’avère être un trou béant dans la sécurité des données personnelles.

Depuis l’arrivée des claviers améliorée aussi bien sur iOS que sur Android, taper un texte sur un écran tactile n’a jamais été aussi simple. Glisser entre les lettres. Corriger automatiquement. Taper les premières lettres d’un mot. Ou simplement laisser le moteur prédictif suggérer des réponses adaptées. Voilà les différents services qu’ils proposent. Les grands noms sont Touchpal, Fleksy ou encore Swiftkey pour ne citer que les plus connus. Ce dernier a d’ailleurs été racheté par Microsoft il y a quelques mois avec comme idée principale de créer un nouveau clavier pour Windows 10 Mobile, voire même pour les OS concurrents.

Swiftkey
Swiftkey est le clavier par défaut de tous les mobiles de OnePlus..

Le moteur qui apprend et retient tout

Seulement, Swiftkey serait actuellement victime d’un bug qui touche l’un des piliers de son offre : le moteur d’apprentissage de la frappe prédictive. Selon nos confrères de PhoneArena qui rapporte cette histoire, il semble que ce dernier soit l’objet d’une faille de sécurité importante par laquelle les informations personnelles de certains utilisateurs apparaissent en tant que suggestions pour d’autres. Pour bien comprendre, revenons aux bases du service.

Swiftkey propose à ses utilisateurs d’utiliser un moteur prédictif (celui qui suggère des mots avant même de les taper) qui apprend et s’améliore selon plusieurs critères. Le premier est vos propres habitudes rédactionnelles. Le second est un mélange des corrections apportées par les autres utilisateurs. Le troisième est l’analyse des contenus éditoriaux dont vous êtes l’auteur : tweets, posts sur Facebook ou Google+, mails, etc. Après quelques jours ou quelques semaines d’utilisation, Swiftkey est par exemple capable de vous suggérer d’entrer votre adresse mail dans un formulaire en ligne.

Il apprend même ce que le voisin fait

Les données comportementales ne sont pas stockées uniquement sur votre appareil. Afin de créer une expérience globale, Swiftkey propose de les sauvegarder sur le Cloud afin de les télécharger sur un autre mobile si vous en avez besoin. Ainsi, les prédictions seront les mêmes sur votre tablette ou votre mobile. Or, il s’avère que Switfkey, avec ses prédictions, vous propose désormais de saisir des informations personnelles qui appartiennent même à d'autres utilisateurs. Et vice-versa. Vos données à l’écran d’autres personnes.

De nombreuses personnes auraient relevé le problème et adressé un message sur le forum de Swiftkey. Si l’éditeur n’a pas admis cette faille, il a cependant coupé la synchronisation entre le dictionnaire personnel des utilisateurs et les applications tierces où le moteur se nourrit. Dans un message rapporté par nos confrères, Swiftkey explique que la coupure du service est un bug et que l’équipe travaille sur ce problème. Si vous êtes utilisateur du clavier, vous devriez l’avoir reçu (ou le recevoir bientôt).

Et la sécurité dans tout ça ?

Bien sûr, ce problème pose la question de l’hyperconnectivité des applications les unes avec les autres, avec des niveaux de sécurité qui ne sont pas toujours les mêmes de chaque côté. Et compte tenu du nombre d’applications existantes, ce problème, qui n’est certainement pas exclusif à Swiftkey, peut-il vraiment être résolu ? Pas sûr.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer