Meizu dévoile le M8C en… Russie ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
meizu

Ce n’est pas en Chine, mais en Russie que Meizu a présenté aujourd’hui un nouveau smartphone, à la surprise générale. Il s’agit du M8C, un successeur pour le M5C. Le mobile présente un grand écran, un Snapdragon 425 et petit prix.

Voilà une surprise que nous n’avions pas vue venir. Alors que Meizu a lancé les invitations en Chine pour la conférence de presse durant laquelle sera officialisé le M6T, c’est en Russie que la marque a dévoilé un mobile apparu de nulle part : le M8C. Difficile aujourd’hui de savoir s’il existe un lien entre le M8C et le M6T. Il faudra attendre la semaine prochaine pour en avoir le cœur net. Mais force est de constater que le M8C répond relativement bien à l’image que nous nous faisons du M6T : un successeur spirituel du M5C, le modèle le plus économique à date de la gamme Blue Charm.

Entre le M5C et le E3

Bien sûr, le M8C n’est pas qu’un M5C réchauffé. Il profite de toutes les avancées du marché des smartphones depuis un an, notamment en termes d’affichage. Sa dalle IPS mesure 5,45 pouces, soit un demi-pouce de plus que l’écran du M5C. Les dimensions du M8C ne sont cependant pas plus importantes que celle du M5C, outre deux petits millimètres de plus en hauteur.  L’encombrement est donc identique, mais les bordures sont plus fines, ce qui a obligé Meizu a supprimé le bouton mécanique du M5C, comme sur le Blue Charm E3.

Meizu M8C

D’ailleurs, si vous comparez le E3, le M5C et le M8C, vous constaterez que ce dernier est un joyeux mélange physiologique des deux autres. À l’arrière, la coque métallique du M8C reprend celle du M5C (avec les mêmes équipements aux mêmes emplacements). À l’avant, nous sommes bien face à une version similaire, mais plus petite, du E3. La webcam est d’ailleurs la même : 8 mégapixels avec objectif ouvrant à f/2.0. À l’arrière, le capteur principal est un modèle 13 mégapixels avec objectif ouvrant à f/2.2, autofocus à détection de phase et flash LED.

Disparition des MediaTek chez Meizu

Autre constatation intéressante : le chipset. Il s’agit ici d’un Snapdragon 425, pour remplacer le MT6737. Le nombre de cœurs Cortex-A53 est identique, mais leur cadence maximale est plus élevée et le GPU est autrement plus puissant. Ce qui nous paraît intéressant ici est la provenance du chipset : Qualcomm. Si vous avez suivi avec nous les derniers lancements de Meizu, vous aurez peut-être remarqué qu’aucun modèle de 2018 n’est animé par un processeur MediaTek. Les M6S et Meizu 15 Plus profitent d’Exynos, tandis que les Meizu 15, M15, E3 et M8C disposent de Snapdragon. C’est d’autant plus flagrant que 6 des 7 modèles de 2016 fonctionnaient sur un composant MediaTek.

Le reste de la fiche technique inclut 2 Go de RAM, 16 ou 32 Go de stockage, Android 7.0 Nougat avec FlymeOS, deux ports SIM (dont un hybride), un port jack 3,5 mm, un tuner FM, des connexions LTE catégorie 4, WiFi n et Bluetooth 4.1, un capteur GPS, un port microUSB et une batterie de 3070 mAh. Le mobile mesure 8,5 mm d’épaisseur. Il pèse 140 grammes. Il s’habille d’or, de noir, de bleu et de rouge, au choix. Et son prix est de 9990 roubles. Ce qui correspond à 139 euros. Nous nous attendons à ce que le M6T à paraître la semaine prochaine en soit assez proche.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer