Bouygues Telecom + Grandes Reprises Samsung

Google écope d’une amende record de 4,3 milliards de dollars

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google

La Commission européenne avait déjà épinglé Google avec une amende de 3 milliards de dollars en 2016. Deux ans plus tard, la firme de Mountain View reçoit une autre amende, plus forte encore pour des raisons presque similaires.

Google a pris une importance considérable dans la vie des Internautes et des mobinautes. Non seulement son moteur de recherche fait la pluie et le beau temps en matière de moteur de recherche (avec tout ce que cela implique pour l’audience des sites Web), mais son système d’exploitation pour téléphone est le plus utilisé dans le monde avec une part de marché supérieure à 80 %. La seule alternative sérieuse est iOS d’Apple. Aucun autre système n’a réussi à bouger cette situation, que ce soit BlackBerry, Windows Phone, Firefox OS, webOS, Bada ou même Tizen.

Nouvelle amende pour Google

Avec une telle position dominante, le comportement de Google est scruté de près par les organismes de régulation. Google tire-t-il parti du succès de Search pour faire la promotion de ses propres services ? La Comission européenne a jugé que oui en 2016. La firme de Mountain View a donc écopé d’une amende de 3 milliards de dollars à l’époque. Google a-t-il profité de l’omniprésence d’Android et de l’attractivité du Play Store (sans qui il n’est pas possible d’installer des applications sur un smartphone) pour accroitre la visibilité de ses propres services ? Là encore, la Commission européenne dit oui.

Google

Ce sujet était au cœur d’une enquête qui a duré plus de deux ans. Menée par Margrethe Vestager, commissaire européen en charge des questions liées à la concurrence, elle s’est conclue cette semaine par l’émission d’une nouvelle amende record à destination de la firme américaine. Une conclusion qui est loin d’être une surprise après la publication d’un article par le Washington Post il y a une semaine. Le montant de cette somme : 4,3 milliards de dollars. Une amende assortie d’une obligation pour la firme de changer ses pratiques commerciales envers le Play Store et Android dans les 90 jours, sous peine d’avoir une amende supplémentaire équivalente à 5 % de son chiffre d’affaires quotidien.

Pratiques anticoncurrentielles

Qu’est-ce qui est reproché à Google ? La Commission européenne estime que certaines pratiques commerciales de Google sont anticoncurrentielles. Comme vous le savez, Google propose gratuitement l’accès à Android à tous les constructeurs de smartphones grâce à AOSP (Android Open Source Project). Cependant, pour qu’un mobile puisse accéder au Play Store, le sésame pour enrichir l’expérience du smartphone, le constructeur doit être « certifié ». Une certification qui impose notamment que Google Search soit le moteur par défaut, que Chrome soit le navigateur par défaut et qu’un lot de ses services (Gmail, Maps, YouTube, Drive, etc.) soit préinstallé sur l’appareil et placé sur la page d’accueil d’Android.

En outre, Google aurait payé les fabricants et les opérateurs pour que Search soit le seul moteur de recherche préinstallé. Enfin, Google aurait refusé l’accès au Play Store aux fabricants qui utilisent des versions customisées d’Android, même s’ils préinstallent le pack d’applications. Curieusement, nous connaissons plusieurs constructeurs qui ont utilisé Cyanogen OS sans pour autant être privés du Play Store. Cependant, cela ne semble être que la partie émergée de l’iceberg : l’enquête de la Commission montre que plusieurs grands fabricants d’appareils connectés souhaitaient utiliser Fire OS d’Amazon, mais qu’ils y auraient été dissuadés.

Vente liée entre Play Store, Chrome et Search

C’est notamment la partie sur Google Search et Chrome que Margrethe Vestager cite particulièrement dans ses conclusions rendues publiques sur le site de la Commission. « Ces pratiques ont privé ses concurrents de la possibilité d’innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Selon la Commission européenne, Google n’a pas le droit de faire cela, car cela nuit au développement d’offres concurrentes (Bing, Edge, Firefox, etc.) et cela relève d’une vente liée, ce qui est illégal, selon les règles de l’Union européenne.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer