OPPO Reno2

Google a toujours voulu devenir un constructeur affirme son ancien PDG

Par Sofian Nouira

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google

Eric Schmidt, l'ancien PDG de Google, devenu aujourd'hui ambassadeur de la société, a affirmé au cours d'une interview que les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergei Brin, ont toujours voulu se lancer dans la fabrication de hardware (matériel). Ce qui explique donc l'acquisition de Motorola. Mais il n'est pas certain que ce genre de révélation plaise aux constructeurs de smartphones Android...

certaines déclarations sont parfois plus maladroites que d'autres. La dernière en date d'Eric Schmidt est assurément de celles-là. Lors d'une interview au New York Times, l'ancien PDG de Google, devenu depuis ambassadeur pour le géant du net, a tenus les propos suivants, à propos du rachat de Motorola par son groupe : « Nous avons toujours voulu être dans le business du hardware (…) Larry et Sergei ont toujours voulu fabriquer des appareils, sous une forme ou une autre. Ce rachat était la façon la plus rapide d'y parvenir. »

Pour mémoire, Google n'avait pas hésité à mettre 12,5 milliards de dollars sur la table pour finaliser l'acquisition de Motorola l'année dernière. Évidemment, la nouvelle n'avait pas enchanté les partenaires constructeurs du géant du Web. Ces derniers craignaient qu'étant l'éditeur d'Android, Google favorise son nouveau bras mobile, au lieu de laisser tout le monde sur un pied d'égalité. Soucieux de ne pas froisser ceux grâce à qui Android a connu un tel essor, la société de Mountain View avait multiplié les déclarations d'apaisement. Son principal argument était que le rachat de Motorola n'avait que pour seul but de consolider le portefeuille de brevets de Google, afin de mieux protéger Android des attaques d'Apple.

Si officiellement, cet argumentaire semblait avoir convaincu son monde, il se murmurait toujours en coulisse que les constructeurs asiatiques gardaient désormais un oeil attentif sur les agissements de Google. Dans ce contexte pas loin d'être explosif, la déclaration d'Eric Schmidt est de celles qui peuvent mettre le feu aux poudres. Elle est la confirmation de la volonté de Google de proposer son propre hardware, c'est-à-dire ses propres smartphones et tablettes, et pas simplement de profiter des brevets de Motorola. Pour l'instant, l'acquisition de ce dernier n'a encore rien donné en termes de matériel. Mais Eric Schmidt a affirmé que de nouveaux produits allaient bientôt être annoncés.

Il sera alors intéressant de voir quelle est la réaction des constructeurs en général et de Samsung en particulier. Le Coréen compte en effet pour plus de 60% des ventes de smartphones Android dans le monde. Nous avions remarqué lors de la conférence de presse de lancement du Galaxy S3 il y a quelques semaines à Londres qu'il n'avait quasiment pas parlé d'Android. Les autres constructeurs sont pieds et poings liés au système d'exploitation de Google. Mais si Samsung décidait de changer son fusil d'épaule et de privilégier un autre OS, cela créerait à n'en pas douter un véritable cataclysme dans l'univers Android, que ne pourrait certainement pas juguler des smartphones estampillés Google. Pour éviter ce genre de déconvenue, il se murmure que le géant du Web aurait décidé de sortir une gamme de produits Nexus chez plusieurs constructeurs à la fois. Une telle solution permettrait de mettre tout le monde sur un pied d'égalité et créerait assurément moins de frustration. Mais pour combien de temps ?

Face avant du Samsung Galaxy Nexus blanc

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer