image de couverture lesmobiles

Test : Sony Xperia Z1

Par La Rédac LesMobiles - 25 octobre 2013 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Quelques mois à peine après le premier Xperia Z, Sony dégaine un nouveau smartphone Android haut de gamme : le Xperia Z1. Loin de n’être qu’une simple mise à jour, le nouveau venu semble armé pour se frotter aux meilleurs. Voyant s’il tient toutes les promesses de sa fiche technique hors-norme.
Alors que le Xperia Z fête à peine ses six mois de commercialisation, Sony dégaine déjà un nouvel appareil haut de gamme, le Xperia Z1. De prime abord, ce dernier n’est qu’une mise à jour du premier cité. Néanmoins, à y regarder de plus près, les nouveautés qu’il propose sont loin, très loin même, d’être anodines. On retrouve le même design monolithique, ainsi que le revêtement en plastique-verre. Pourtant, nous verrons plus loin dans ce test que le constructeur japonais a affiné le concept, l’améliorant sensiblement au passage. Et ce n’est pas la seule chose qui a progressé avec cet appareil. Le fabricant a en effet revu sa copie pour proposer ici une fiche technique rutilante.

Sony Xperia Z1



Il a sélectionné les meilleurs composants disponibles à date pour son Xperia Z1, à commencer par le chipset Qualcomm Snapdragon 800. Pour mémoire, il s’agit d’un modèle quadruple cœur surpuissant, dont les processeurs Krait 400 sont chacun cadencés à 2,2 GHz. Il est épaulé par une puce graphique (GPU) Adreno 330 et par 2 Go de mémoire vive (RAM). Le chipset en question donne vie à un écran LCD de 5 pouces, qui profite d’une résolution Full HD 1080p, soit une définition de 1920 x 1080 pixels.

Pour ce qui est du multimédia, la prise de vue de photos et de vidéos est confiée à un capteur de 20,7 mégapixels, qui s’avère capable de filmer dans une résolution Full HD 1080p.

Sony Xperia Z1 : packaging



Côté connectivités, l'appareil propose les compatibilités habituelles avec la 3G+ Dual Carrier (HSDPA à 42,2 Mbps et HSUPA à 5,76 Mbps), le Wi-Fi (n), le Bluetooth (3.1) et le GPS (A-GPS). Mais il se montre surtout compatible avec la 4G (LTE) française, catégorie 4 à 150 Mbps, et embarque une puce NFC. Le tout tient dans des dimensions plutôt conséquentes de 144 x 74 x 8,5 mm, pour un poids de 170 grammes sur la balance. Comme son prédécesseur, le Xperia Z1 s’avère résistant à l’eau et à la poussière. Il est capable de séjourner dans l’eau, jusqu’à 1,5 mètres pendant trente minutes.

Contenu de la boite du smartphone

Comme souvent, le pack du Sony Xperia Z1 ne comporte que l’essentiel, à savoir :

• Un kit mains libres stéréo filaire
• Des embouts de rechange pour le casque stéréo
• Un câble microUSB
• Un chargeur secteur
• Le manuel de démarrage rapide
• Un accessoire pour ouvrir le compartiment microSIM

Comme d’habitude, le constructeur ne fournit pas de carte mémoire car l’appareil comporte d’emblée 16 Go de mémoire de stockage interne. En revanche, vous pourrez facilement l’augmenter grâce au lecteur de carte microSD.

Sony Xperia Z1 : contenu de la boite du smartphone






Design et prise en main

Comme son nom le laisse clairement entendre, le Xperia Z1 est une mise à jour du Xperia Z sorti il y a plus de six mois. Son design s’inscrit donc logiquement dans la même lignée que celui de son prédécesseur. À commencer par le revêtement en plastique-verre qui compose l’essentiel de la coque de l’appareil. Plus résistant que du verre et plus classieux que du plastique classique, ce matériau nous avait déjà séduits il y a plusieurs mois lorsque nous l’avions découvert sur le Z. Il n’a pas pris une ride et s’avère toujours aussi agréable. Sony a tout de même revu sa copie sur certains points puisque le Xperia Z1 dispose désormais d’un contour en aluminium, du plus bel effet.

Sony Xperia Z1



Mieux, alors que nous trouvions les bords du Xperia Z un peu trop abrupts, et donc pas vraiment agréable une fois en main, le Japonais a corrigé ce défaut. La prise en main du Xperia Z1 est quant à elle irréprochable. Évidemment, il s’agit d’un smartphone doté d’un écran de 5 pouces, avec tout ce que cela implique en termes de dimensions. Mais, là où un constructeur comme LG a tenté de minimiser l’espace autour de l’écran, Sony n’en a que faire semble-t-il. L’espace au-dessus et en dessous de l’afficheur sont en effet assez conséquents. Toutefois, assez étrangement, cela ne gêne pas l’utilisation. Nous n’avons eu, à aucun moment, l’impression de manipuler un produit beaucoup trop grand.

Dans tous les cas, ce genre de smartphones est de toute manière compliqué à gérer d’une seule main. Le seul petit reproche que nous ferons à l’ergonomie vient du fait que certains utilisateurs auront tendance à maintenir le Xperia Z1 avec le petit doigt placé sous le mobile lorsqu’ils s’en servent à une seule main. Or, c’est précisément à cet endroit que le constructeur a placé la grille des haut-parleurs. Un contact prolongé sur cette surface finit par irriter le doigt. Mais cela n’a heureusement rien de rédhibitoire.

Sony Xperia Z1 : vue du dos du smartphone



Assez curieusement, le Xperia Z1 est plus encombrant et plus lourd que son prédécesseur. On parle tout de même d’une différence loin d’être anecdotique, avec 170 grammes pour le nouveau venu contre 146 grammes pour le Xperia Z. Mais, comme évoqué plus haut, cela ne se ressent guère à l’usage. Le fait que le smartphone soit un peu plus long et large permet de répartir le poids de manière équivalente. Quant à l’épaisseur qui passe de 7,9 mm à 8,5 mm, elle passe elle aussi assez inaperçue, le Xperia Z1 restant très fin. Néanmoins, nous vous conseillons tout de même de manipuler le mobile dans un magasin avant de vous décider, car son encombrement en fait le plus grand des smartphones avec un écran de 5 pouces. Les ressentis à son égard peuvent donc varier d’une personne à l’autre.

Enfin, évoquons maintenant l’étanchéité de l’appareil. Le premier Xperia Z était bardé de caches pour les différents connecteurs, y compris pour le port jack audio. Sony a bien travaillé puisque, même si les caches demeurent, ils sont désormais facilement déplaçables. De plus, le cache du jack a pour sa part disparu et cette partie de l’appareil est étanche sans avoir besoin d’être protégé. Une initiative très louable. Signalons au passage que même le compartiment pour la carte microSIM est accessible avec les doigts, fait assez rare pour être souligné sur un smartphone « unibody ». On apprécie d’ailleurs (beaucoup) de retrouver un compartiment pour carte mémoire microSD.

Enfin, notez que le Xperia Z1 est l’un des trop rares smartphones Android à disposer d’un bouton physique pour le déclenchement de la fonction photo. Un vrai bon point. Pour en revenir à l’étanchéité de l’ensemble, nous avons laissé le smartphone dans un verre d’eau pendant plusieurs heures, sans conséquences sur son fonctionnement. Nous l’avons également invité à partager un bain avec nous à de nombreuses reprises, là encore sans conséquences. Il est à noter que Sony a réussi un mini tour de force en rendant l’écran tactile utilisable sous l’eau. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à la même ergonomie qu’habituellement. Mais l’afficheur répond pour des commandes simples comme un appui sur une zone !

Un dernier point, l’appareil est certifié IP58 alors que son prédécesseur n’était « que » IP57. Cela signifie qu’en théorie, il peut séjourner dans l’eau à une profondeur de 1,5 mètre pendant trente minutes. Contre un mètre seulement auparavant.

Sony Xperia Z1 : tranche supérieure



Sony Xperia Z1 : tranche inférieure



Sony Xperia Z1 : côté gauche



Sony Xperia Z1 : côté droit






Système d’exploitation (OS) + Interface Utilisateur (UI)

Une fois le Sony Xperia Z1 allumé, c’est le système d’exploitation Android 4.2.2 qui accueille l’utilisateur. Ou plutôt l’interface utilisateur maison de Sony qui recouvre l’ensemble du système d’exploitation. Cette surcouche étant assez légère, elle ne dénature finalement en rien l’esprit de l’OS de Google. Sans surprise, elle se compose d’écrans d’accueil entièrement paramétrables sur lesquels il est possible de placer des widgets, des raccourcis vers des applications et des dossiers.

L’autre partie clé de cette interface est évidemment le menu des applis. Il se présente dans une forme assez classique, avec la possibilité de les ranger de différentes manières. Aucune surprise notable donc.

Sony Xperia Z1 : homescreenSony Xperia Z1 : bureaux d'accueil



Sony Xperia Z1 : menu applicationsapplications



Ce qui n’est pas forcément un mal puisque Sony s’avère tout à son affaire, maitrisant visiblement son sujet. Nous verrons dans la prochaine partie que l’ensemble tourne de manière parfaite. Ajoutez à cela des éléments bien pensés, des possibilités de personnalisation pertinentes et tous les points forts d’Android (notifications, écran de verrouillage multifonctions, etc.), et vous obtiendrez l’une des toutes meilleures interfaces utilisateur disponible à date. Pour chipoter un peu, signalons tout de même l’étrange choix du constructeur pour la gestion des dossiers sur les écrans d’accueil. Bien que l’écran soit spacieux, les dossiers en question n’affichent que deux rangées d’applications. Il faut naviguer dedans avec le doigt pour afficher les autres. On a connu plus pratique.

Enfin, terminons le tour d’horizon avec les micros apps. Il s’agit d’applications qui s’affichent en miniature, dans des fenêtres flottantes. Vous pouvez en changer la taille à votre convenance, ou même les passer en plein écran au besoin. L’utilité de ces micros apps variera grandement en fonction de votre propre usage. Pour les afficher, il suffit de presser le bouton virtuel situé en bas à droite. Il s’agit en fait du bouton qui fait apparaître le gestionnaire des applications récemment utilisé. Comme pour la majorité de ses derniers modèles, Sony a en effet décidé de reconduire l’interface entièrement tactile, sans boutons physiques.

Sony Xperia Z1 : interface utilisateurSony Xperia Z1 : calculatrice



Sony Xperia Z1 : micro-applisSony Xperia Z1 : micro-applis






OS : Réactivité de système d’exploitation et de l’interface utilisateur

Avec le Xperia Z, Sony s’est vite retrouvé dépassé en termes de fiche technique. Les puristes n’ont en effet pas manqué de souligner que ce smartphone s’est rapidement retrouvé confronté à des concurrents embarquant le nec plus ultra pour l’époque, soit le chipset Qualcomm Snapdragon 600, alors que le Xperia Z devait se « contenter » d’un chipset de précédente génération, à savoir un Qualcomm Snapdragon S4 Pro. Au-delà des guéguerres de fiche technique, il est vrai que le Xperia Z souffrait de quelques micro-ralentissements assez agaçants pour un tel mobile haut de gamme.

Pour le Xperia Z1, Sony semble avoir appris la leçon. Le constructeur frappe fort en dotant son dernier-né d’un chipset Qualcomm Snapdragon 800 (MSM8974). Le chipset en question est un véritable monstre de puissance, avec quatre processeurs Krait 400, chacun cadencé à 2,2 GHz. Le tout est épaulé par 2 Go de mémoire vive et par une puce graphique (GPU) Adreno 330. Bref, personne ne pourra reprocher cette fois à Sony d’avoir fait un quelconque compromis.

Sony Xperia Z1



Mais, nous savons par expérience qu’une fiche technique rutilante ne suffit pas toujours à faire un smartphone parfaitement fluide et réactif. Heureusement, ce n’est pas le cas ici. Le Xperia Z1 se révèle en effet d’une fluidité exemplaire, dans toutes les situations. Même le gestionnaire d’applications récentes qui s’affichait de manière relativement saccadé sur le Xperia Z est ici irréprochable. À tel point que le dernier-né de Sony s’avère être l’un des smartphones les plus réactifs du moment. Ajoutez à cela l’interface claire et fonctionnelle décrite dans la précédente partie du test, et vous comprendrez que ce Xperia Z1 est l’un des Android les plus agréables à pratiquer au quotidien.




L’écran + navigateur Web

Si le Xperia Z a été particulièrement attendu à sa sortie, c’est parce qu’il représentait le tout premier smartphone doté d’un écran Full HD 1080p. Pourtant, le résultat n’a pas vraiment été à la hauteur des attentes. Si la finesse d’affichage sidérante avec 441 pixels par pouce était bien au rendez-vous, le rendu global s’est pour sa part avéré nettement perfectible, avec une colorimétrie en déca de la concurrence.

Entre temps, le constructeur a présenté le Xperia Z Ultra, doté d’un superbe écran IPS LCD. Malheureusement, le Japonais n’a pas opté pour la même technologie dans le Xperia Z1. Lors de notre premier contact avec le Xperia Z1, nous avons même cru qu’il avait purement et simplement repris le même écran que pour le Xperia Z, avec tous les défauts que cela implique. Mais cette impression est liée au fait que nous avons découvert le smartphone dans les mains d’une autre personne. Or, Sony ayant de nouveau opté pour un afficheur LCD non IPS, les angles de vision sont très perfectibles.

En revanche, une bonne surprise nous attendait lorsque nous avons pris le smartphone en main. Lorsque le regard est en face de l’afficheur, en position normale d’utilisation, on s’aperçoit (avec soulagement) que l’effet légèrement voilé du Xperia Z est ici absent. Sony propose ici sa technologie Triluminos pour le traitement de l’image. Le rendu des couleurs est au final très bon, avec une fidélité appréciable pour les puristes. Même constat pour la profondeur des noirs qui ne vaut évidemment pas celles d’un AMOLED, mais qui s’avère tout de même honnête. Enfin, inutile de vous dire que la finesse d’affichage est toujours aussi exceptionnelle, avec la même densité de 441 pixels par pouce que sur le premier Z.

Sony Xperia Z1 : écran



Comme toujours, les fonctions textuelles en général et le navigateur Web en particulier profitent à plein régime de cette finesse d’affichage. Contrairement à d’autres constructeurs qui continuent de fournir leur propre navigateur Web en plus de Chrome, Sony se contente de celui de Google, de toute façon présent par défaut dans Android depuis la version 4.1 Jelly Bean. Ce qui ne pose aucun problème dans la mesure où Chrome est certainement à l’heure actuelle le meilleur navigateur mobile. Il est l’un des plus rapides, si ce n’est le plus rapide, mais profite surtout d’une ergonomie parfaite pour le format mobile, notamment pour la gestion des onglets et la possibilité d’ouvrir des dizaines de fenêtres en parallèle.

La puissance de feu du Xperia Z1 sublime l’expérience de navigation, avec des ralentissements rarissimes, même lorsque de très nombreux onglets sont ouverts. Enfin, pour ce qui est de la lecture des articles, il est relativement rare d’avoir à passer en mode paysage tant la finesse d’affichage permet de lire de manière confortable la plupart des pages Web. Mais, si vous préférez tout de même les consulter en mode paysage, l’expérience est alors optimale et se rapproche clairement du confort d’une tablette.




Capture photo et vidéo (1/2)

L’un des principaux points d’améliorations du Xperia Z1 par rapport à son prédécesseur est à aller chercher du côté du capteur photo Sony Exmor RS qui passe de 13 à 20,7 mégapixels. Les nouveautés ne s’arrêtent pas là puisque le capteur en question est également plus gros (1/2.3 contre 1/3 pour la plupart des haut de gamme récents). Il est évidemment rétro-éclairé (BSI) et dispose d’une ouverture f/2.0 là encore supérieure à la moyenne des concurrents directs.

Sur le papier, il s’agit de superbes caractéristiques et nous attendions donc beaucoup du Z1 en matière de capture photo. Surtout que le module photo propose aussi un objectif G grand angle 27 mm, associé à processeur d’image Sony BIONZ. C’est lui qui assure la stabilisation de l’image. Il s’agit donc d’une stabilisation logicielle, et non optique contrairement à celles que l’on trouve sur les LG G2 et Nokia Lumia 1020 par exemple.

Sony Xperia Z1 : capteur photo



En pratique, nos impressions sont un peu mitigées. Lorsque les conditions de luminosité sont bonnes, le Xperia Z1 rend une copie très propre, avec des clichés à la fois fins et regorgeant de détails. Les couleurs sonnent justes, sans saturation excessive. Ce qui est plutôt rare de nos jours. Les contrastes s’avèrent également irréprochables. Toutefois, nous avons été surpris de constater que malgré les caractéristiques de la bête, le bruit s’invite de temps à autre, surtout sur les zones les plus sombres d’un cliché. De plus, Sony a de nouveau eu la main assez lourde sur le traitement de l’image, qui lisse parfois trop les détails.

Sony Xperia Z1 : photo prise avec le smartphone



Sony Xperia Z1 : photo prise avec le smartphone



Sony Xperia Z1 : photo prise avec le smartphone



Notez que le smartphone propose deux types de réglages, l’un automatique et l’autre manuel. Le premier cité capture les images en 8 mégapixels et s’occupe de tous les réglages alors que le second vous permet de pousser la résolution des clichés jusqu’à 20,7 mégapixels. Toutefois, il est peu probable que vous ayez jamais besoin de disposer d’une telle résolution avec votre téléphone portable. De plus, c’est dans ce mode manuel que les risques de mauvais réglages sont les plus nombreux. Au final, il vaut donc mieux opter pour le mode automatique dans la plupart des cas…

Sony Xperia Z1 : interface photo



Sony Xperia Z1 : interface photo


Sony Xperia Z1 : interface photo



Sony Xperia Z1 : interface photo






Capture photo et vidéo (2/2)

Si le Xperia Z1 s’avère assez performant pour les photos en situation de luminosité correcte, c’est vraiment pour celles en basse luminosité qu’il nous a (un peu) déçus. Si on le compare avec les concurrents, et que l’on met de côté l’invincible Lumia 1020, il ne s’en sort pas si mal. Toutefois, nous attendions mieux vu la fiche technique ronflante de la bête. En l’état, il permet de réaliser des clichés assez corrects quand la luminosité vient à manquer, à condition que le flash soit activé et que votre sujet ne soit pas à plus de deux mètres, et de préférence immobile.

Sony Xperia Z1 : photo prise avec le smartphone



Notez que Sony a eu la très bonne idée de placer un bouton dédié à la photo sur la tranche de l’appareil. Il permet non seulement de lancer la fonction, même lorsque le smartphone est en veille, mais aussi de déclencher une prise de vue. Notez qu’il dispose de deux positions, ce qui permet de faire la mise au point avant de shooter, sans avoir à toucher l’écran. Ce bouton s’avère très pratique au quotidien, et même carrément indispensable pour celles et ceux qui veulent faire des photos sous l’eau. On apprécie également les modes de réalité virtuelle qui laisse la possibilité d’ajouter des éléments en surimpression de votre image, comme un dinosaure, des fées, etc.

Sony Xperia Z1 : interface photo modes de réalité virtuelle



Sony Xperia Z1 : interface photo réalité virtuelle



Sony Xperia Z1 : interface photo réalité virtuelle



Enfin, nous ne nous étendrons pas outre mesure sur la capture de vidéos dans la mesure où elle s’avère assez classique. Le Xperia Z1 s’est montré capable de filmer dans une résolution Full HD 1080p, à 30 images par seconde. Le résultat est impeccable, mais ne fait pas mieux que les meilleurs smartphones concurrents. Ce qui est déjà une bonne chose.

Pourtant, avec un chipset Snapdragon 800 sous le capot, nous espérions que ce Sony serait en mesure de filmer en résolution Ultra HD (commercialement baptisée 4k). Cela ne sert certes pas à grand chose sur un téléphone portable, mais vu l’engouement du constructeur japonais pour cette technologie et la puissance du processeur, nous nous attendions à retrouver cette possibilité dans le smartphone. Le Snapdragon 800 le permet et certains concurrents comme Samsung ou Acer ne se privent pas de le proposer dans leur Note 3 ou Liquid S2. Nous nous serions contentés d’une captation en Full HD 1080p à 60 images par seconde en attendant. Mais elle est également absente de cet appareil. Toutefois, répétons encore une fois qu’il s’agit là de considérations un brin technophiles, et que la grande majorité des utilisateurs sera comblée avec le 1080p classique.




Lecture multimédia : photo / vidéo / son

Depuis le Xperia Z, les fonctions de lecture multimédia n’ont intrinsèquement pas évolué outre mesure sur les smartphones qui l’ont suivi. Et ce n’est pas le Xperia Z1 qui va les révolutionner. Ce qui n’a rien de dramatique dans la mesure où elles affichaient déjà un excellent niveau.

Commençons le tour d'horizon de ces fonctions par la plus classique d'entre-elles : la visionneuse de photos. Bien que personnalisée par le constructeur japonais, son interface propose au fond le même genre de fonctionnalités que celles que l’on trouve dans Android de base. On retrouve notamment la possibilité de consulter les photos stockées sur les réseaux sociaux de l'utilisateur directement dans la galerie d'images de l'appareil.

Sony propose également PlayMemories, un service de stockage en ligne un peu comparable à Dropbox. Mais en pratique, l'ergonomie est moins performante que ce dernier. De plus, les photos sont sauvegardées dans une résolution maximale de 2 mégapixels. On apprécie toutefois la possibilité d'envoyer des cartes postales virtuelles.

Sony Xperia Z1 : Play Memories OnlineSony Xperia Z1 : Mémoire interne



Sony Xperia Z1 : menu imageSony Xperia Z1 : menu image



Pour le lecteur musical, Sony s’appuie de nouveau sur sa célébrissime marque Walkman. Au-delà du pouvoir évocateur de ce nom, le lecteur musical en lui-même apparaît finalement comme assez classique. Sans être révolutionnaire, il se révèle à la fois très fonctionnel et joliment réalisé avec des effets et une esthétique qui flattent la rétine. Et surtout, le rendu sonore s’est avéré de très bonne facture. Outre ce lecteur musical, Sony propose également le service « Music Unlimited » pour celles et ceux qui veulent acheter de la musique directement depuis leur smartphone. Bien sûr, vous pouvez également faire fi de tout cela et passer uniquement par Google Music si vous préférez cette solution.

Sony Xperia Z1 : WalkmanSony Xperia Z1 : Walkman



Enfin, finissons avec le lecteur vidéo. Là encore, celui que l'on trouve dans le Xperia Z1 profite des mêmes forces et des mêmes faiblesses que celui du Xperia Z. Comprenez par-là que, s’il a tout ce qu’il faut pour lire n’importe quelle vidéo en termes de puissance, ce n’est pas forcément le cas en pratique. Sony s’obstine en effet à ne pas installer les codecs capables de décoder les fichiers les plus courants que l’on trouve sur le Web, comme l’AVI, le DivX / Xvid ou le MKV.

Néanmoins, si cet état de fait est assez irritant sur un tel modèle en 2013, il n’a rien de rédhibitoire dans la mesure où la boutique en ligne Google Play regorge littéralement d’applications de qualité permettant de résoudre gratuitement ce problème. Pour notre part, nous utilisons indéfectiblement MX Player. Une fois l’une de ces applis installée, la consultation de vidéos sur le Xperia Z1 est un véritable régal.

Sony Xperia Z1 : FilmsSony Xperia Z1 : Ma collection



Enfin, notez que si vous possédez des équipements audio-vidéo récents de Sony chez vous, le Xperia Z1 permet d'interagir avec eux de plusieurs façons. Ainsi, vous pourrez profiter en plus de fonctionnalités avancées, comme la transformation de votre terminal en télécommande tactile ou de passer un contenu multimédia du smartphone à la TV avec un simple geste.




Fonctions téléphoniques + conclusion

Avant de conclure, intéressons nous à aux fonctions téléphoniques du Xperia Z1. De ce côté-là, le dernier-né de Sony fait plutôt bonne figure. Il dispose d’une autonomie supérieure à la moyenne des smartphones actuels. Mais là encore, nous attendions à un peu mieux dans la mesure où il embarque tout de même une grande batterie de 3000 mAh. Si vous êtes un utilisateur assez intensif, il faudra tout de même songer à le recharger une fois par jour, si vous ne voulez pas vous retrouver en rade le lendemain. Il tiendra certes une bonne partie du-dit lendemain, mais risque d’être à court d’énergie avant que vous soyez rentrés chez vous. En revanche, ceux qui ne sont pas scotchés toute la journée sur leur mobile peuvent envisager sereinement deux journées d’utilisation. Même constat pour la qualité audio des conversations. Sans se montrer inoubliable de clarté, celle du smartphone qui nous intéresse ici ne prête guère le flanc à la critique. L’appelant et l’appelé s’entendent parfaitement, sans microcoupure ou déformation des voix.

À l’heure du bilan, le Xperia Z1 ne posera pas vraiment de choix cornélien. Si ses dimensions assez conséquentes pour un modèle doté d’un écran de 5 pouces ne vous posent pas de problème, il dispose de suffisamment d’atouts dans sa manche pour mériter le détour, et surtout les euros amassés à la sueur de votre front. Il n’est certes pas parfait, mais ses qualités l’emportent très largement sur ses défauts. À date, il se pose même comme le meilleur smartphone Android en compagnie du LG G2. Nous avons tout particulièrement apprécié la qualité de ses fonctions multimédias, son autonomie au-dessus de la moyenne, la présence d’un port pour la carte microSD, son grand écran parfaitement défini et surtout la réactivité et sa fluidité à toute épreuve de l’ensemble du système. Enfin, même si cela ne constitue pas forcément un argument imparable de vente pour la plupart des utilisateurs, son étanchéité est un vrai plus.

Sony Xperia Z1





Note : 92/100

Les plus :
• Le design monolithique toujours aussi réussi
• La prise en main plus agréable qu’avec le Xperia Z
• Compatible avec la 4G LTE catégorie 4 à 150 Mbps
• La finesse d’affichage de l’écran et son rendu des couleurs
• L’autonomie
• Le rendu des photos
• La fluidité parfaite de l’ensemble du système
• L’interface sobre, très agréable à utiliser
• L’étanchéité de l’appareil et la disparition du cache pour le connecteur mini Jack
• La présence d’un port microSD
• Très bon lecteur audio

Les moins :
• L’encombrement assez conséquent par rapport aux concurrents 5’’
• Les angles de visionnage de l’écran
• Les photos en basse luminosité, correctes, mais pas au niveau promis par Sony
• Pas de capture de vidéos en Ultra HD ou en Full HD à 60 images par seconde
• La persistance du bruit dans certains clichés
• La pauvreté des codecs vidéos supportés de base (mais cela se corrige facilement et gratuitement depuis Google Play)

Test réalisé par Sofian Nouira
Date de publication : 25/10/2013.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image guide Smartphones moins de 200 euros
image Guide trois smartphones xiaomi populaires